30px; }
Welcome Visitor:

Novembre 2009

Cérémonie du 11 novembre à Maxéville

Texte: 

Je vous propose de retrouver cette vidéo de la cérémonie du 11 novembre de la commune de Maxéville. C'est une vidéo que j'ai réalisé en 2009.

Le 11 novembre 1918, à 5hl5 du matin, les plénipotentiaires allemands acceptaient les conditions d'armistice du Maréchal Foch. Le 11 novembre 1918, à llh00, le "Cessez le Feu" sonnait sur tout le front mettant un terme à quatre années d'une guerre effroyable.

Utilisée pour la signature de l'armistice le 11 novembre 1918, la voiture n° 2419D avait été aménagée en bureau pour le Maréchal Foch par la Société des Wagons-Lits. Le wagon du 11 novembre sera installé en 1927 dans la Clairière, Hautement symbolique, ce wagon sera utilisé par Hitler pour l'armistice de 1940, puis emporté et incendié en Allemagne en avril 1945, alors que l'Allemagne est à la veille d'un nouveau " Le 11 novembre".

Le musée actuel du 11 novembre 1918 expose une autre voiture de la même série de 1913. Rappels des fait le jour du 11 novembre : à 5h05 du 11 novembre 1918, la France et le nouveau gouvernement de la toute jeune république allemande sont d'accord sur le texte définitif de l'armistice. Au terme de cet accord du 11 novembre 1918, il est décidé d'arrêter les hostilités le plus tôt possible. Un télégramme , qui a été immédiatement envoyé sur tout le front par radio et par message téléphoné aux commandants en chef à la date du 11 novembre 1918 stipule que : "Les hostilités seront arrêtées sur tout le front à partir du 11 novembre à 11 heures, heure française" Dans le courant de la matinée du 11 novembre 1918, les différents documents sont remis aux plénipotentiaires allemands.

Leur train quitte, le jour même le garage de Rethondes à 11h30 pour Tergnier, où ils retrouveront leurs automobiles. Sur leur demande, toutes facilités ont été données au capitaine allemand Geyer pour se rendre, le même jour (11 novembre 1918) en avion au grand-quartier-général allemand, porteur des textes et de la carte. Voici ce qu'écrira Foch à propos du 11 novembre : "le 11 novembre à 11 heures, le feu était arrêté sur tout le front des armées alliées. Un silence impressionnant succédait à cinquante-trois semaines de bataille. Les peuples pouvaient entrevoir le rétablissement de la paix dans le monde. Le lendemain [du 11 novembre], j'adressais un ordre du jour de félicitations aux armées alliées".

Le 11 novembre 1918, à 5hl5 du matin, les plénipotentiaires allemands acceptaient les conditions d'armistice du Maréchal Foch. Le 11 novembre 1918, à llh00, le "Cessez le Feu" sonnait sur tout le front mettant un terme à quatre années d'une guerre effroyable. Utilisée pour la signature de l'armistice le 11 novembre 1918, la voiture n° 2419D avait été aménagée en bureau pour le Maréchal Foch par la Société des Wagons-Lits. Le wagon du 11 novembre sera installé en 1927 dans la Clairière, Hautement symbolique, ce wagon sera utilisé par Hitler pour l'armistice de 1940, puis emporté et incendié en Allemagne en avril 1945, alors que l'Allemagne est à la veille d'un nouveau " Le 11 novembre". Le musée actuel du 11 novembre 1918 expose une autre voiture de la même série de 1913. Rappels des fait le jour du 11 novembre : à 5h05 du 11 novembre 1918, la France et le nouveau gouvernement de la toute jeune république allemande sont d'accord sur le texte définitif de l'armistice. Au terme de cet accord du 11 novembre 1918, il est décidé d'arrêter les hostilités le plus tôt possible. Un télégramme , qui a été immédiatement envoyé sur tout le front par radio et par message téléphoné aux commandants en chef à la date du 11 novembre 1918 stipule que : "Les hostilités seront arrêtées sur tout le front à partir du 11 novembre à 11 heures, heure française" Dans le courant de la matinée du 11 novembre 1918, les différents documents sont remis aux plénipotentiaires allemands. Leur train quitte, le jour même le garage de Rethondes à 11h30 pour Tergnier, où ils retrouveront leurs automobiles. Sur leur demande, toutes facilités ont été données au capitaine allemand Geyer pour se rendre, le même jour (11 novembre 1918) en avion au grand-quartier-général allemand, porteur des textes et de la carte. Voici ce qu'écrira Foch à propos du 11 novembre : "le 11 novembre à 11 heures, le feu était arrêté sur tout le front des armées alliées. Un silence impressionnant succédait à cinquante-trois semaines de bataille. Les peuples pouvaient entrevoir le rétablissement de la paix dans le monde. Le lendemain [du 11 novembre], j'adressais un ordre du jour de félicitations aux armées alliées". - See more at: http://www.maxeville.tv/node/31#sthash.GVfgs40G.dpuf
Le 11 novembre 1918, à 5hl5 du matin, les plénipotentiaires allemands acceptaient les conditions d'armistice du Maréchal Foch. Le 11 novembre 1918, à llh00, le "Cessez le Feu" sonnait sur tout le front mettant un terme à quatre années d'une guerre effroyable. Utilisée pour la signature de l'armistice le 11 novembre 1918, la voiture n° 2419D avait été aménagée en bureau pour le Maréchal Foch par la Société des Wagons-Lits. Le wagon du 11 novembre sera installé en 1927 dans la Clairière, Hautement symbolique, ce wagon sera utilisé par Hitler pour l'armistice de 1940, puis emporté et incendié en Allemagne en avril 1945, alors que l'Allemagne est à la veille d'un nouveau " Le 11 novembre". Le musée actuel du 11 novembre 1918 expose une autre voiture de la même série de 1913. Rappels des fait le jour du 11 novembre : à 5h05 du 11 novembre 1918, la France et le nouveau gouvernement de la toute jeune république allemande sont d'accord sur le texte définitif de l'armistice. Au terme de cet accord du 11 novembre 1918, il est décidé d'arrêter les hostilités le plus tôt possible. Un télégramme , qui a été immédiatement envoyé sur tout le front par radio et par message téléphoné aux commandants en chef à la date du 11 novembre 1918 stipule que : "Les hostilités seront arrêtées sur tout le front à partir du 11 novembre à 11 heures, heure française" Dans le courant de la matinée du 11 novembre 1918, les différents documents sont remis aux plénipotentiaires allemands. Leur train quitte, le jour même le garage de Rethondes à 11h30 pour Tergnier, où ils retrouveront leurs automobiles. Sur leur demande, toutes facilités ont été données au capitaine allemand Geyer pour se rendre, le même jour (11 novembre 1918) en avion au grand-quartier-général allemand, porteur des textes et de la carte. Voici ce qu'écrira Foch à propos du 11 novembre : "le 11 novembre à 11 heures, le feu était arrêté sur tout le front des armées alliées. Un silence impressionnant succédait à cinquante-trois semaines de bataille. Les peuples pouvaient entrevoir le rétablissement de la paix dans le monde. Le lendemain [du 11 novembre], j'adressais un ordre du jour de félicitations aux armées alliées". - See more at: http://www.maxeville.tv/node/31#sthash.GVfgs40G.dpuf

La voiture électique de Mitsubishi chez Richard Alcaraz Automobiles

Texte: 

Le journal du 12 novembre 2009

Au sommaire de notre JT de cette semaine : - La voiture électrique Mitsubishi : Imiev - Le vernissage de Monts et Voluptes par Marie-José FEIDT et Hélène SARRIBOUETTE à la MJC PIchon Nancy - La visite de l'est républicain avec la MJC étoile de vandoeuvre.

Le haut débit à Maxéville

Texte: 

Compte‐rendu Réunion publique Haut Débit à Maxéville Mercredi 1er avril 2009 18h30 Salle du Parc Etaient présents :

‐ Mr Henri BEGORRE, Maire de Maxéville ‐ Mme Aline‐Sophie Maire, Vice‐présidente à l’agglomération numérique ‐ Mme Mireille GAZIN, 1ère adjointe Maxéville ‐ Mme Edwige FRANZETTI, adjointe au Maire Maxéville ‐ Mr Patrick DESCADILLES, directeur de l’OPH ‐ Mr Philippe Soulière, Grand Nancy ‐ Mr Adrien Roussel, directeur de TUTOR ‐ Mr Jean‐Paul GLATT, RMI Maxéville ‐ Mr Laurent DUHAUT, MMH ‐ Mr Marc MASSON, Numéricâble Nancy ‐ Mrs Loïc BECK et Hugo LECOMTE, étudiants ESSTIN ‐ Céline ROUSSEL, Mairie de Maxéville ‐ Hacen ALLEG, Mairie de Maxéville

Une centaine d’habitants environ ont assistés à cette réunion publique. Etaient absents : - Représentant France Telecom : Destinataire du compte‐rendu : M. Yves Robinot, responsable des Relations avec les Collectivités Locales Direction Régionale de Lorraine 6 avenue Paul Doumer 54500 Vandoeuvre‐les‐Nancy ‐ Représentant SFR ‐ Représentant Free

1) Analyse et description des problèmes rencontrés En introduction, un bref rappel sur la situation actuelle de Maxéville est présenté par M. le Maire : • Les débits ADSL sont insuffisants pour la majorité des foyers de Maxéville Analyse de la cartographie :

‐ En jaune débits compris entre 512k et 1Mega (partie basse de Maxéville)

‐ En rouge débits supérieurs à 2Mega (partie haute = Champ le Boeuf et tour panoramique)

Le constat est le suivant : beaucoup d'abonnés ne peuvent accéder à des débits n’atteignant que 512k de débit sur l’ensemble de Maxéville, excepté la partie Champ le Boeuf qui est desservie par le réseau Numéricâble (indépendant à France Télécom). => Le problème du haut débit à Maxéville est donc bien réel. Ces faibles débits sont dus au fait que la distance entre le particulier et le NRA auquel il est connecté est trop importante. Pourquoi trouve t’on parfois des distances trop importantes ? => Le réseau par lequel passe l’ADSL appartient à une entreprise privée (France Télécom). Cette société a agrandi son réseau au fil de l'eau pour desservir toutes les nouvelles constructions Il n’est donc pas toujours optimisé et c’est la raison pour laquelle nous constatons des distances trop importantes entre des habitations et le répartiteur auxquelles elles sont raccordées. Ce qui peut également expliquer dans certains cas que des maisons voisines ne soient pas desservies par le même répartiteur et/ou le même sous répartiteur, et ont donc un débit différent. Seul un changement de technologie apportera une réelle amélioration. Le cuivre arrive à ses limites et l’évolution des services (l’arrivée de la télévision HD par exemple), nécessitera des débits plus importants à l’avenir. Remarques de M. le Maire : ‐ La mairie s’investit dans la recherche de solutions. Elle a notamment tenté de collaborer avec France Télécom (envoi de 3 courriers à France Télécom) dans ce but (avec notamment la volonté de la mairie de participer aux coûts des travaux).

Ces courriers sont restés sans réponses. 2) Solutions proposées pour l’augmentation des débits • Intervention d’Aline‐Sophie MAIRE, Vice‐présidente à l’agglomération numérique : Une analyse comparative sur les solutions étant susceptibles d’être mises en place pour répondre aux besoins en haut débit sur l’ensemble de l’agglomération a récemment été effectuée par le Grand Nancy. 6 communes ‐ dont Maxéville ‐ sont concernées par ce plan d’action. 12 000 logements ont été identifiés et les travaux se dérouleront sur une période de 2 à 3 ans.

Trois solutions sont proposées :

‐ Le dégroupage à la sous boucle ‐ Une couverture Wifi ‐ La fibre optique jusque chez le particulier (FTTH)

• Le dégroupage à la sous‐boucle : Cette solution n’a été que brièvement abordée du fait du délai de sa mise en oeuvre (France Télécom doit fournir des informations sur son réseau) et son temps d’amortissement est élevé avec des débits obtenus (de 4 à 8M) qui seront dépassés d’ici quelques années (développement de la TV HD, évolution des besoins…) .

• La couverture Wifi : La solution Wifi se présente comme une solution transitoire, non pérenne, qui permettrait de soulager temporairement les zones vraiment défavorisées. Elle pourrait être mise en place dès l’été prochain et permettrait d’obtenir des débits aux alentours de 3 à 4 M, et donc de disposer du double play (téléphonie illimitée + internet). Remarque : Cette solution ne résout pas le problème de la TNT. Pour la mise en place du Wifi, il est nécessaire de disposer de points hauts, 2 antennes émettrices wifi seraient alors implanter à Maxéville. De plus, chaque habitation voulant capter le réseau Wifi devra s’équiper d’une petite antenne réceptrice à installer sur son toit. Ces antennes possèdent de faibles émissions et un rayonnement proche des 3 kms. L’installation d’antennes Wifi ouvre le débat sur les risques liés à la Santé Publique. Un grenelle des antennes sera organisé très prochainement selon Mr Soulière afin d’établir une législation précise… Il existe déjà des normes européennes et les émissions des antennes Wifi envisagées sont 20 fois moins importantes que la norme tolérée. La valeur des champs électromagnétiques de ces ondes est d’environ 0 ,3 V/m, ce qui est négligeable comparé aux téléphone portables (2 V/m), au wifi émis par une box ADSL, au micro ondes (1,5 V/m), à une plaque à induction (5,5 V/m).

Adrien ROUSSEL rappelle qu’en matière d’ondes émises par le wifi, il faut prendre en compte 3 facteurs : ‐ Puissance d’émission ‐ Position ‐ Distance par rapport au signal La solution Wifi tient compte de ces 3 facteurs. : L’antenne sur le toit des abonnés est unidirectionnelle, la puissance d’émission est faible et la distance ne joue pas de rôle ici car on ne se retrouve pas entre les antennes (points hauts). ‐ La FTTH : Le Grand Nancy est avant‐gardiste en la matière : depuis 1996, a été réalisé près de 360 kms de fibre optique qui relient des immeubles de collectivités, les universités et les entreprises des Zones d’Aménagements Concertées. Le Grand Nancy compte agrandir son réseau pour l’amener directement jusque chez les particuliers. Cette solution est de loin la meilleure à long terme, elle permet d’obtenir des débits très importants. Cependant, elle nécessite d’importants investissements et des travaux conséquents (notamment de génie civil). De ce fait, la FTTH s'étalera sur quelques années. Aucune date précise n’a été avancée quant au début des travaux. Edwige FRANZETTI confirme que dans le cadre de chaque programme de travaux de génie civil (comme pour ceux de la rue de la République), des fourreaux en attente pourront accueillir cette fibre. Remarque : ‐ En 2010, il sera obligatoire d’équiper les nouvelles constructions, habitations pour qu’elles puissent recevoir la fibre optique. Sur le grand Nancy, cela se fait déjà. TUTOR (société délégataire du réseau RMT) a équipé en fibre optique les 300 premiers nouveaux logements de la ZAC Solvay.

Toutefois, le Grand Nancy et TUTOR ne peuvent proposer d’offre de services aux habitants. Des négociations avec les opérateurs sont actuellement en cours. 3) Numéricâble et Champ le Boeuf La SEM Câble puis Numéricable garantissent aux HLM un service minimum dune dizaine de chines pour 4 à 5 € par mois Toutefois, cette offre de services n’a pas intégré récemment l’offre du bouquet TNT. ‐ Que propose Numéricâble vis‐à‐vis de la TNT ? Les locataires des collectifs peuvent s’ils le souhaitent se rendre chez Numéricâble pour disposer d’un décodeur TNT. Ils peuvent en bénéficier contre une caution de 79euros ou l’acheter pour 49euros. Toutefois, après accord des opérateurs concurrents, l’ensemble des décodeurs seront compatibles d’ici quelques semaines. ‐ Numéricâble promets 2Mega pour tous les habitants des logements sociaux en plus de la télévision. ‐ Les habitants des logements sociaux sont éligibles à l’offre 30Mega de Numéricâble (Champ le Boeuf et tour panoramique) Cependant, la partie basse de Maxéville ne peut pas disposer des services proposés par Numéricâble. 4) Remarques indépendantes faites pendant la réunion : ‐ Le Conseil Général 54 a lancé le projet « Proximit‐e », visant à fournir à toute la Meurtheet‐ Moselle un débit de 2Mb/s d’ici 2 ans.

Le haut débit sera distribué grâce à des antennes Wimax alimentées par un réseau de fibre optique Les zones de l’agglomération du Grand Nancy ne disposants pas de débits suffisants (comme c’est le cas pour Maxéville) n’ont pas été prises en considération pour ces travaux car le Grand Nancy dispose de son propre réseau fibre optique. ‐ M. le Maire envisage de confier à une association comme Imagine, le contrôle des installations chez les habitants. CONCLUSION : M. le Maire résume les échanges de cette soirée en rappelant que : ‐ l’ensemble des acteurs institutionnels sont mobilisés afin d’offrir aux maxévillois une offre de services de qualité dans les meilleurs délais. ‐ l’implantation, d’ici à l’été, de relais wifi sur les points hauts permettra d’améliorer dans un premier temps le débit internet (+ téléphone) des particuliers. M. le Maire propose à l’assemblée d’organiser une nouvelle réunion publique après l’été qui permettra de faire un nouveau point étape de la situation.

Vernissage monts et volutes

Texte: 

La MJC PICHON est heureuse de vous inviter à l'ouverture de l'exposition Monts et Volutes de Marie-José FEIDT et de Hélène Sarribouette Pâtes de verre de Marie-José FEIDT.

Marie-José Feidt pratique la poterie et anime des ateliers depuis plus de 20 ans. Ses oeuvres ont été présentées lors de nombreuses expositions personnelles et de groupe en Lorraine, Alsace, Paris,... Parallèlement, elle a acquis une parfaite maîtrise de la pâte de verre; matériau difficile à travailler mais spécialement apprécié dans l'expression artistique lorraine.

Aquarelle sur soie de Hélène Sarribouette. "depuis de nombreuses années, j'arpente avec passion les chemins de la peinture sur soie. Après les foulards de mes débuts, voici maintenant en tableaux, les promenades au coeur de la nature. Les paysages de montagnes me sont chers. Ils me rapprochent de mes racines savoyardes. Je vous invite à découvrir des paysages de couleurs, de calme et de beauté." 

edition 26 novembre

Texte: 

Le journal du 26 novembre 2009

troc des plantes

commerce équitable

aventures partagées

défilé st martin

Conseil municipal lundi 30 novembre 2009

Texte: 

Sauvegarde du blog de Max dany

Réaction à chaud de mon viel ami, le Raton Laveur: "Bon, le patron vient de rentrer de la mairie, il a pas l'air de bon poil... Il m'explique que le Conseil Municipal de ce lundi fut pourtant très calme et très classique, avec ses 6 affaires délibératives, votées à l'unanimité... Est arrivée ensuite, en question orale, une motion proposée par le Groupe de Gauche "Maxéville, un Nouvel Elan", contre le projet de la loi de Finances 2010 et la réforme des Collectiviés Locales... Mon patron se dit que ça va chauffer... Non, Christophe Choserot présente, très sobrement, sa motion et la commente... Ce que retient mon patron, c'est que l'opposition "demande que ces projets de réforme fassent l'objet d'un grand débat national, considérant que l'organisation du territoire, la démocratie de proximité et les grands principes constitutionnels sont en jeu"... Ce que nie aussitôt, en bloc, le maire, Henri Bégorre, qui prouve qu'en gros tout va très bien, madame la marquise... Mon patron ne comprend pas... Il lève timidement la main et déclare: "Voici, très rapidement, monsieur le maire, ma position: la réforme territoriale, elle est nécessaire, mais pas n'importe comment... Comme l'a dit François Bayrou, "Il faut une loi électorale juste, qui représente équitablement toutes les sensibilités du pays"... Quant à la taxe professionnelle, on a assez dit que c'était un impôt imbécile, alors, OK, supprimons-le, mais nous ne savons pas bien aujourd'hui par quoi il sera remplacé... De plus, face au flou arstitique de la réforme proposée, on a tous besoin de précisions: pourquoi ne pas inviter ici notre sénateur, notre député, notre conseiller régional, notre conseiller général, pour faire le point avec eux ?... En attendant, en mon âme et conscience, ce soir, un peu pômé, et pour faire bouger les choses, je voterai pour cette motion, comme l'ont fait de nombreux maires, de nombreuses mairies, toutes tendances politiques confondues"...  Silence désapprobateur de la majorité... Regards dubitatifs de l'opposition... Mon patron pense qu'il a dû faire une connerie... Mais non, je lui dis: "T'as fait ton boulot, t'as dit ton truc, t'as la conscience tranquille... Point... C'est ça être Modem, au sein d'un Conseil Municipal, où la majorité et l'opposition, tu verras, voudront bien souvent te récupérer"... OK, et merci de ton soutien, mon bon raton-laveur...