30px; }
Welcome Visitor:

Pourquoi j'ai eu une ponction lombaire ?

Onglets principaux

Je suis entré à la clinique de philippe CANTON au CHU de Brabois le mercredi 6 janvier dans l'après-midi suite à la grippe B et une infection pulmonaire à la pneumocoque. Durant le transport par l'ambulance de beauregard, une des ambulancières me questionnait sur mon âge, la date du jour, l'année, le mois, sur mon nom afin de déterminer si j'avais encore toute ma tête.

Or j'entendais tout ce qui se disait autour de moi sans pour autant pouvoir participer à la conversation. Mes yeux se refermaient automatiquement. Aucun son ne pouvait sortir de ma bouche. J'avais une couverture sur moi mais j'avais froid. Il neigeait en plus ce jour là.

Lorsque je suis arrivé à ma chambre au deuxième étage au numéro 225, quatres internes étaient là pour m'examiner. Les mêmes questions furent posées que celles de l'ambulancière. Il fallait absolument savoir pourquoi j'avais 39° de fièvre depuis 3 jours sans que la température ne tombe.

Il faut signaler que le lundi 4 février, je n'ai pas pu me lever pour aller travailler. Je suis rester coucher toute la journée jusqu'à ce que le médecin de famille vienne m'osculter. j'avais omis de signaler que j'avais de la température depuis mercredi 30 janvier. Un détail qui a son importance car finalement pour elle, cela devrait se passer en 3 jours. Sauf que les 3 jours là, je les ai passé à mon travail: mercredi 30, jeudi 1 février et vendredi 2 février. Le samedi j'ai souhaité aller à l'enterrement de mon beau-père à 1h30 de route en voiture. J'ai fait le trajet aller/retour durant la journée, ce qui n'a pas arrangé ma santé. Et dimanche, j'ai eu ma livraison de bois de chauffage que je n'ai pas pu repousser pour la troisième fois. Il fallait donc ranger ces trois stères de bois malgré mes maux de tête. Par conséquent, il était évident que mon corps a pris un sacré coup de fatigue.

Les internes s'activaient donc à me faire des prises de sang, d'urine, des tests de motricités, des questions puis comme je n'arrivais pas à ouvrir les yeux parce que j'étais fatigué, parce que la lumière me gênait. L'interne a décidé de me faire une ponction lombaire pour diagnostiquer une méningite.

Pourquoi réaliser un tel examen ? Cet examen est réalisé pour recueillir et analyser le liquide céphalo-rachidien qui est sécrété dans les ventricules cérébraux et qui entoure le cerveau et la moelle épinière. Le liquide peut être infecté en cas de méningite, ou présenter des signes d'inflammation non présents dans le sang (sclérose en plaques, certaines polynévrites) ou contenir des protéines anormales dues à la destruction du tissu nerveux (maladies neuro-dégénératives).

En quoi consiste cet examen ? Il s'agit d'une ponction, réalisée par une aiguille fine, de 8 à 10 cm de longueur, introduite entre la 4ème et la 5ème vertèbre lombaire, jusque dans l'espace contenant le liquide céphalo-rachidien.

Comment se préparer à l'intervention ? Aucune préparation particulière n'est nécessaire. Généralement, la ponction lombaire se fait en position assise, au bord du lit, dans la chambre même. Un petit calmant et un analgésique peuvent être donnés dans la demi-heure qui précède en cas de nécessité. Sauf que je n'ai pas eu de calmant, juste une désinfection au niveau l'endroit où se devait pratiquer la ponction.

Durée de l'examen: L'examen est réalisé en un quart d'heure. Il y avait un interne qui me tenait les bras devant moi pour que je ne sois pas crisper. Et l'autre interne qui devait pratiquer la ponction

Quels sont les inconvénients liés à l'intervention ? Outre la douleur locale à l'endroit d'injection, l'inconvénient principal est la survenue de céphalées (maux de tête) dans les 2 à 3 jours qui suivent la ponction lombaire. Ces céphalées sont typiques, en ce sens qu'elles sont présentes en position assise ou debout et qu'elles disparaissent en position couchée. Elles sont beaucoup moins fréquentes depuis l'utilisation d'aiguilles spéciales qui respectent mieux la texture des tissus, mais qui peuvent rendre plus douloureuse la ponction elle-même. pour ma part, j'ai eu des maux de tête durant 5 jours, et suivi d'une douleur à la nuque durant 2 jours.

Quels sont les risques potentiels ? Ils sont évités par la réalisation d'un scanner cérébral préalable. L'irritation d'une racine nerveuse n'est que transitoire et se manifeste sous la forme d'un choc électrique. Des hématomes locaux sont exceptionnels.

Lorsque l'interne a effectuer la ponction, j'entendais qu'il fallait 3 flacons de liquide céphalo-rachidien pour des examens. J'ai pas senti grand chose, juste une petite piqure. J'étais relaxé jusqu'au moment où lorsqu'elle a terminé, j'avais des nausés. J'ai fini par vomir sur un des internes. j'ai vomi 3 fois, du liquide vert. Et c'est normal. Puis n'ayant plus de force pour rester assis, je me suis laissé tombé sur le lit comme une crêpe. Ensuite, j'ai dormi avec des maux de tête, j'avais froid, puis chaud.

L'interne m'a indiqué les résultats quelques jours après. Il n'y a pas de méningite.

L'avantage lorsqu'on est malade, c'est qu'on a pas faim. J'avais pas mangé depuis 3 jours, par conséquent quand je suis monté sur la balance à l'arrivé, je pesais 68 kilos au lieu de 71 kg habituellement.

Aujourd'hui, mes maux de tête se sont atténués. Mon mal de nuque aussi a disparu. Je peux rester assis ou debout 2 heures de suite sans que je sois obligé de m'allonger.