30px; }
Welcome Visitor:

Des écrans à risques. Nos ados décrocheront-ils enfin de facebook ou de twitter ?

Onglets principaux

Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: workflownode. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1143 of /var/www/vhosts/maxeville.tv/httpdocs/includes/bootstrap.inc).

Aujourd'hui, j'aimerais aborder un sujet qui me tient à coeur avec vous. Lors de ma captation sur les états généraux de l'enfant, Monsieur Rossinot avait souligné un point important. Nos enfants passent beaucoup de temps face à leurs écrans, que ce soit un ordinateur, un téléphone, une tablette, des jeux vidéos sur télé ou simplement devant la télé. Ensuite j'ai lu un article sur ce sujet dans le magazine "psychologies" de février. Etant moi-même devant un écran toute la journée de 8h à 18h pour mon travail, je peux comprend l'addiction qu'on peut avoir.

Le progrès, oui mais...

Pour 89% des français, Internet est "indispensable". Pour des personnes d'un certain âge comme moi, on a connu l'avant Internet, pas de smartphone, pas de wifi, pas d'internet, pas de facebook, simplement le minitel. Et on vivait avec. Aujourd'hui, il est indispensable d'avoir une adresse mail, d'avoir un ordinateur pour surfer sur le net soit pour des raisons personnels ou professionnels. Dans mon cas, on est obligé d'avoir une connexion internet pour passer commande, pour recevoir, des mails, pour travailler. Chaque personne dans mon entreprise est face à son écran d'ordinateur. Lors d'une coupure de la ligne téléphonique de France Télécom, il est impensable d'être coupé de Internet durant plus d'une journée. C'est devenu une necessité. Internet fait parti d'un service comme l'électricité, l'eau, le gaz.

Aujourd'hui, je suis père d'un enfant de 10 ans qui est né avec les écrans et Internet. L'académie des sciences a publié fin janvier un avis prudent sur "l'enfant et les écrans" (de Jean-françois BACH, Serge Tisseron, Olivier HOUDE et Pierre LENA - Le pommier, en librairies le 29 janvier), appelant notamment à "une réflexion nouvelle sur l'apprentissage de la liberté responsable, de la sexualité et du respect de la vie privée", assortie d'une revue de détail, âge par âge, des risques cognitifs et psychologiques liés aux écrans, et des pratiquess pour le prévenir.

Je ne peux pas aller à l'encontre du progrès. Je prend simplement cet exemple où ma fille doit aller sur le site de l'école pour avoir des compléments d'informations sur les devoirs. En CM1, les élèves sont déjà famillioriser avec l'ordinateur et Internet. D'ailleurs, son maître lui demande parfois de faire des montages photos sur ordinateur, sans que ce soit une obligation, juste pour des volontaires. Nous avons donc pour cet usage acheter un ordinateur portable tout en mettant en place des heures d'utilisations afin d'éviter qu'elle ne passe trop de temps.

Elle a déjà pour son âge un compte mail mais pas encore un compte facebook. Et c'est normal car je trouve qu'à cet âge c'est encore jeune. Mais je suis persuadé qu'il y a beaucoup d'adolescent de 12 ans qui possèdent un compte facebook. Est-ce raisonnable ? Est-ce que les parents peuvent surveiller les messages de leurs enfants pour leurs éviter de faire des mauvaises rencontres ?

Je serais aussi confronter à ce problème. A ce propos, ma fille me demande déjà quand est-ce qu'elle pourrait avoir un compte facebook ? Je lui ai répondu que ce ne sera pas avant la rentrée des classes en sixième. Ainsi, je me laisse juste une année scolaire de réflexion ou de préparation pour justement lui montrer les dangers d'internet.

Il faut se rappeler que lorsqu'un enfant reste face à un écran pour soit un jeu vidéo, soit surfer sur Internet, c'est du temps qui n'est pas partagé. Il n'y a pas de dialogue. On est seul face à son écran. Je le vois quand dès le matin, elle prend son smartphone pour consulter ses mails, et dès que le temps lui permet, elle joue à un jeu vidéo. Certes, il est de ma responsabilité de lui avoir mis entre les mains un smartphone à son âge. J'arrive encore à lui interdire de l'utiliser à longueur de journée. mais par elle-même, elle ne parvient pas à décrocher. En regardant dans mon entourage, je constate que ce soit un enfant ou un adulte, nous passons beaucoup de temps devant un écran. Alors y-a-t-il un danger quelconque face à ce constat ?

50 experts appellent à la vigilance

« Nous, spécialistes de la psychologie, des comportements et des relations humaines, appelons aujourd'hui chacun à la prudence et à la vigilance face à l'utilisation abusive des écrans. Les ordinateurs, Smartphone, tablettes représentent un formidable progrès. Ils facilitent l'accès à la connaissance et multiplient les possibilités d'échanges, d'intéractions et de coopérations. Mais en les laissant envahir notre quotidien sans nous interroger sur leurs inconvénients, voire leur utilité réelle, nous avons donné à ces technologies une emprise préoccupante sur nos vies. Une prise de conscience est nécessaire. Car l'usage abusif d'écrans induit une hypersollicitation permanente, source de stress et de fatigue. Il nous prive du temps de repos, de réflexion et de présence au monde indispensables au bien-être et au bien-penser. Il favorise les pratiques pathologiques et compulsives, notamment chez les jeunes et les personnes fragiles. Il modifie en profondeur les processus d'attention, de memorisation et d'apprentissage. Il nuit parfois à la qualite de nos relations interpersonnelles. Pour toutes ces raisons, nous appelons l'ensemble des acteurs concernes - citoyens, politiques et fabricants - a elaborer ensemble des regles de bon usage des nouvelles technologies, un code de bonne conduite de la vie numerique. L'enjeu est d'importance : c'est la preservation de notre equilibre psychique et de notre humanite face aux outils numeriques. » Article de Psychologie.

 

Commentaires

Comment apprennent nos enfants? Parents, enseignants, chercheurs, nous regardons ces digital natives, « nés avec l'Internet », comme s'il s'agissait de petits bonhommes verts. « Nous savons que le cerveau peut se modifier à grande vitesse, explique Antoine Pelissolo, psychiatre et professeur a l'hopital de la Pitie-Salpetriere, à Paris. Ce que nous ignorons, c'est ce qui se passe quand il n'y a plus de temps de récuperation cérébrale.

Entre deux taches, nous constatons que des zones se parlent dans une logique non fonctionnelle dont on n'a pas encore percé le mystere. » ce qui est avéré, c'est que les enfants « pratiquent des actions répétitives qui développent leurs savoir-faire visuo-spatiaux, leurs rétlexes, leurs capacités de détection, mais ont du mal à exécuter une tache s'il n'y a pas un stimulus qui relance l'attention sur une courte durée ».

Selon l'avis de l'Académie des sciences sur !'enfant et les écrans, il est démontré que, avant 2 ans, « les écrans non intéractifs (téIé et DVD) peuvent avoir des effets négatifs: prise de poids, retard de langage, déficit d'attention, risque d'adopter une attitude passive face au monde » ; et que, avant 6 ans, « la possession d'une console ou d'une tablette personnelle présente plus de risques que d'avantages ». Chez les adolescents, « un usage trop exclusif d'Internet peut créer une pensée zapping, appauvrissant la mémoire, la capacité de synthèse personnelle et d'intériorité ».

« Pour parliciper au métissage entre la culture traditionnelle du livre et celle du numérique, recommande l'Academie, il faut éveiller les enfants à exercer une conscience réfiexive de leur relation  aux écrans et aux mondes virtuels. » Une « education à l'autorégulation » dont tous les adultes devraient se sentir responsables.

Quelques conseils

Les proteger Montrons I'exemple et sachons doser notre propre consommation d'écrans, lisons-Ieur de longs livres,  un chapitre chaque soir, pour les habituer à un rythme de pensée plus ample et leur donner de  I'endurance » cérébrale. Aidons-Ies à prendre le temps de bien choisir leurs mots quand ils parlent. encourageons-Ies à pratiquer  le théâtre, la musique ou toute activité qui demande de longs temps d'apprentissage et entraine leur mémoire. Fixons par « contrat  des limites horaires et un temps de consultation adapté à leur âge. Jouer avec eux est aussi un bon moyen d'entamer le dialogue.

Se proteger Participer à des groupes d'échanges entre parents permet de mieux comprendre les comportements des enfants et des adolescents dans leur vie numérique.

Pages

Articles similaires

Etats généraux de l'enfant : Forum « Art , pratiques artistiques, culture : pour des enfants épanouis ? »

Texte: 

Jeudi 14 mars 2013 à 18h Hall de la Médiathèque Manufacture. Dans le cadre des Etats Généraux de l’Enfant dans la Ville , plusieurs rencontres publiques et de forums sont programmés par les sept groupes de travail thématiques qui ont été définis. Le groupe «Epanouissement de l’enfant par la culture et le sport», piloté par Marie-Catherine Tallot, adjointe déléguée aux sports, organIsera ainsi un forum intitulé «Art, pratiques artistiques, culture: pour des enfants épanouis?».

Etat généraux de l'enfant dans la ville - Vidéomaton citoyenneté

Texte: 

Publiée le 2 avril 2013

Participez au vidéomaton des Etats Généraux de l'Enfant dans la Ville et partagez vos témoignages. Un stand est déployé sur différents sites de la ville (MJC, écoles, centre social,...).

Projet vidéomaton MJC Beauregard - Etats généraux de l'enfant dans la Ville

Texte: 

Publiée le 11 avril 2013

La MJC Beauregard à Nancy a travaillé sur un projet vidéo dans le cadre des Etats généraux de l'enfant dans la ville.

 

Animations au Parc de la Pépinière dans le cadre des Etats Généraux de l'Enfant dans la ville

Texte: 

Dans le cadre des Etats Généraux de l'enfant dans la ville, j'ai reçu une invitation de la ville de Nancy qui organisait des animations, démonstrations et ateliers pour enfants de 12 heures à 18 heures le samedi 13 avril 2013 au parc de la Pépinière. Comme il ne pleuvait pas ce jour là alors que toute la semaine, il n'a pas cessé de pleuvoir, il ne fallait pas rater une occasion de sortir ma caméra. Et puis j'étais disponible.

Etats généraux de l'enfant à Nancy

Texte: 

J'ai reçu une invitation de la mairie de Nancy pour participer à l'état généraux de l'enfant qui fête ses 10 ans cette année. Le rendez-vous a eu lieu à 16h00 rue michel Ney à l'auditorium. Et c'était la première fois que je vais faire une captation dans cette salle, à force je vais connaître toutes salles de Nancy. J'avais pas trop envie d'y aller parce que je ne savais pas en quoi cela consistait. Une fois arrivé au deuxième étage, je rentre dans la salle à moitié remplie. Une demi heure plus tard, il n'y a presque plus de place.

L'enfant dans l'espace public, l'enfant dans le débat public

Texte: 

La ville de Nancy a lancé depuis novembre 2012, les états généraux de l'enfant dans la ville. Je me suis impliqué dans le groupe thématique "l'enfant dans l'espace public, l'enfant dans le débat public". N'ayant pas pu assister à la réunion d'information, je me suis chargé de récupérer les vidéos d'interviews effectué par Geoffroy et filmé par son camescope.

Pour éviter dorénavant des séquences trop longues, j'ai opté pour mettre en ligne plusieurs vidéos. Cette première vidéo est donc une introduction par Chantal Carraro et la présenation des différentes personnes ayant rejoint le groupe thématique.

Espace public : Interviews

Texte: 

Dans le cadre de ma participation aux états généraux de l'enfant de la ville de Nancy, sur la thématique de l'enfant dans l'espace public, l'enfant dans le débat public, je suis chargé de faire un reportage vidéo et un rendu vidéo. Pour l'instant, je n'ai réussi qu'à faire un clip vidéo de présentation de cette thématique. Il ne s'agit pas d'une version finalisée car je n'ai aps encore visionner les différents interviews que Geoffroy a fait.