30px; }
Welcome Visitor:

La solidarité se vit au quotidien à Maxéville

Onglets principaux

Dans les domaines de l’emploi, du logement, de la santé ou encore de l’éducation, la Mairie de Maxéville se mobilise pour soutenir les habitants les plus fragiles. En lien avec les partenaires institutionnels et associatifs du territoire, l'équipe municipale accompagne les Maxévillois pas à pas pour les aider à surmonter leurs difficultés et retrouver leur autonomie. Michel Bonamour, Adjoint délégué Solidarité, Social, Santé et Habitat, nous explique les actions mises en place.

PiMax : Comment la Mairie de Maxéville exerce-t-elle ses missions de solidarité ?
Michel Bonamour : Nous devons répondre présent aux habitants qui en ont besoin tout au long de leur parcours de vie. Par exemple, en ce qui concerne les services péri et extrascolaires, nous proposons une tarification établie en fonction du quotient familial des usagers pour permettre à toutes les familles d’accéder à cette offre. Le service Réussite éducative aide les enfants à se construire et à se projeter dans l’avenir. Nous accordons également des bourses municipales pour soutenir les jeunes qui souhaitent suivre des études supérieures. Dans le domaine de l’emploi et de l’insertion, nous menons des actions aux côtés du Grand Nancy et d’associations partenaires, comme Arcades, Le Grand Sauvoy ou Jeunes et Cité. Les aides pour les transports et pour passer son permis de conduire complètent ce dispositif.

PiMax : L’habitat est également au coeur de l’action municipale. Quels sont les objectifs dans ce domaine ?
MB : Il s’agit tout d’abord de faciliter l’accès des ménages à un logement adapté, tout en recherchant la mixité sociale. D’autre part, dans ce contexte de crise économique, nous avons travaillé sur les charges locatives qui pèsent sur le budget des familles. Le Programme de Rénovation Urbaine du Plateau de Haye mené avec le mis de renforcer l’isolation des immeubles et de limiter les factures énergétiques des particuliers. Nous accompagnons également les propriétaires privés dans leurs projets de rénovation en les orientant vers la Maison de l'Habitat portée par la Communauté urbaine en lien avec l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat).

place dans le domaine de la santé ?
MB : En partenariat avec l’association ATD Quart Monde, le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Maxéville a été le premier à contractualiser avec la FNARS Lorraine (Fédération Nationale d’Associations de Réinsertion Sociale) et des mutuelles pour proposer un Contrat Solidarité aux tarifs très avantageux. D’autre part, le Contrat Local de Santé, financé par l’ARS (Agence Régionale de Santé) et qui sera signé très prochainement, réunira les communes du Grand Nancy, le Conseil Général, les professionnels de la santé et les associations autour de nombreuses problématiques, notamment celle de la souffrance des personnes. L'Atelier Santé Ville du Plateau de Haye, quant à lui, sensibilise les habitants à l’accès à leurs droits ou encore à la prévention du cancer du sein.

PiMax : Comment est organisé le Pôle Action Sociale de la Mairie de Maxéville ?
MB : Neuf personnes travaillent actuellement au sein du Pôle Action Sociale qui vient d’être renforcé par la Ville avec deux nouvelles affectations : un deuxième travailleur social et un référent gens du voyage sur l’aire Manitas de Plata. Ce renfort de personnel garantit un accompagnement au quotidien des personnes qui sont en situation de fragilité. Nous sommes également très attentifs à la proximité avec les habitants. C’est pour cette raison que nos permanences sont doublées à la fois au Centre et à Champ-le-Boeuf. Les réponses que nous apportons doivent être rapides, efficaces et inventives. Avec une commission par semaine, le CCAS de Maxéville est très réactif en cas de difficultés.

PiMax : Quelles sont les caractéristiques de la politique municipale en matière de médiation sociale ?
MB : La cohérence avant toute chose. La cohérence dans les actions que nous initions afin de prendre en considération le projet global des personnes, en leur simplifiant les procédures, en réduisant leurs dépenses dans le cadre de la Rénovation Urbaine ou du Contrat Solidarité. La cohérence également avec nos partenaires institutionnels, telles les assistantes sociales du Conseil Général, pour assurer un accompagnement optimal aux différentes échelles territoriales. Ce travail en réseau, nous le menons également avec nos partenaires associatifs qui sont des relais complémentaires à l’action publique. Ces synergies sont essentielles pour apporter des réponses véritablement adaptées aux besoins des Maxévillois et favoriser leur épanouissement personnel.

Les chiffres-clés de la solidarité à Maxéville

 

  1. 700 interventions du CCASdans l'année4
  2. 411 personnes accompagnéesdans leur recherche d’emploi (service Ville, Mission locale, Maison de l’emploi et associations partenaires)
  3. 200 ménages bénéficiaires de bons alimentaires
  4. 135 ménages bénéficiaires d’aides financières
  5. 157 demandesde logement social constituées auprès des bailleurs pour 72 logements attribués
  6. 200 000 € de subventions accordés aux associations dans le cadre de la cohésion sociale

Articles similaires

edition 29 mai fair play maxéville

Texte: 

Le journal du 29 mai 2009

Le fair play à maxéville

La galette du Nouvel élan maxéville 2008

Texte: 

Assemblé Général de maxéville un nouvel élan

L'association maxéville, un Nouvel élan a réuni ses adhérents et sympathisants, samedi 17 janvier 16h00 à la salle du Parc de la mairie, pour fêter les rois comme il se doit en ce début d'année.

c'est Daniel JACOB, président de l'association qui a organisé cet après-midi festif et qui a ordonné les troupes.

Site

Fair Play

Texte: 

Clip du fair

 

play

Organisés par mmH et l’ASNL, les trophées du fair-play réunissent des centaines d’enfants autour de leur passion commune pour le ballon rond. Mais, cette manifestation citoyenne en profite aussi pour promouvoir le civisme et le respect de l’environnement.

Le fair play à Maxéville

La restructuration du Centre Commercial La Cascade en marche

Texte: 

Comme annoncé dès janvier, Monsieur le Préfet de Meurthe-et-Moselle avait prescrit, à l’Hôtel de Ville et au CILM, par arrêté du 29 décembre 2011, l’ouverture de deux enquêtes publiques en vue de délimiter les terrains à acquérir pour permettre la restructuration du centre commercial La Cascade au Champ-le-Boeuf : enquête sur l’utilité publique du projet de restructuration de la Cascade et enquête parcellaire conjointe en vue de délimiter les terrains à acquérir.

Fête des voisins 2004

Texte: 

Vous ne rêvez pas, il s'agit bien d'une vidéo sur la fête des voisins dans mon quartier, juste sur la place de l'Alzette, et c'est bien l'année 2004. Cette année, nous n'avons pas eu la pluie comme les dernières éditions. Il s'agit donc de ma deuxième participation à la fête des voisins et maurice Grosjean, l'organisateur de cette fête a sollicité de nouveau ma participation.

A l'époque, j'étais animateur débutant comme vous pourrez vous en rendre compte d'après la vidéo. Et si vous me voyez sur la vidéo alors il s'agit de la caméra de maurice dont j'ai récupérer la bande. Pour cette édition, j'ai proposé un jeu pour les participants afin d'agrémenter l'après-midi. Nous avons eu un chapiteau pour nous abriter en cas de pluie et j'en ai profiter pour proposer un karaoké avec un téléviseur que ma soeur christine m'a gracieusement cédé.

cahier de concertation sur l’avenir de la Politique de la Ville et la vie au sein de nos quartiers

Texte: 

Suite à l’intervention d’Yvette GAERTNER, Déléguée du Préfet Plateau de Haye, hier lors de la réunion associative CUCS 2013, je vous prie de trouver ci-joint le cahier de concertation sur l’avenir de la Politique de la Ville et la vie au sein de nos quartiers. Ce cahier s’adresse aux associations et habitants. Les contributions devront impérativement être transmises avant le 14 décembre à l'adresse concertation@ville.gouv.fr

Course de voiture à pédales au champ-le-boeuf

Texte: 

En 2008, j'ai participé à la première course de voitures à pédales dans mon quartier en tant que caméraman. Cette course a eu lieu de la pharmacie du par jusqu'au tratieur le relais gourmand, ne me demander pas le nom des rues, je ne les connais pas.

La course a durer toute l'après-midi, et par miracle il avait du soleil. Je me souviens que pour organiser cette course, il a fallu bloquer les rues, faire devier l'itinéraire des bus, ce qui a dû en mécontenter certains. Les candidats devaient fabriquer eux-même leurs voitures. J'ai filmé l'équipe du Comité des fêtes mais je ne sais plus où est-ce que j'ai pu mettre les vidéos.