Welcome Visitor:

Pimax N°202 janvier 2008 blake et mortimer

Onglets principaux

Texte: 

Pour la seconde année, Maxéville rend hommage à Edgar P. Jacobs avec une exposition inédite à l’occasion du cinquantenaire de la bande dessinée S.O.S. METEORES. Les premières pages de S.O.S. Météores, cinquième aventure des célèbres Blake et Mortimer, ont été publiées par Edgar P. Jacobs le 8 janvier 1958 dans le magazine Tintin (édition Belge) numéro 2.

50 ans plus tard, la mairie de Maxéville, en collaboration avec la Fondation Jacobs et avec le soutien du CGRI (Commissariat Général aux Relations Internationales de Wallonie-Bruxelles), rend hommage à Edgar P. Jacobs et à cet album qui renvoie étrangement à l’enjeu global et mondial du XXIe : le climat.

Occasion unique de redécouvrir cet album culte, cette exposition propose
notamment une sélection de planches, de dessins, de croquis, d’esquisses
de couvertures… bref une sélection spéciale et unique.
Sans oublier son volet pédagogique et ludique, elle jette encore une fois un
pont entre la fiction et la réalité, l’imagination et la science, le rêve et
l’Histoire… Alors quoi de plus normal que de jeter ce pont sur deux lieux de
Maxéville : L’IUFM de Lorraine et le Site des Caves…
Des ateliers scientifiques et de découverte de la sérigraphie, organisés par
la MJC de Maxéville, les Petits Débrouillards de Lorraine et l’association
l’atelier du Panda, permettront même aux plus jeunes de goûter à cet
univers envoûtant.
Les enfants d’hier devenus parents, et ceux d’aujourd’hui, profiteront de
cette promenade dans le monde imaginaire de Jacobs pour découvrir une
réalité toujours fascinante et empreinte d’actualité.

 

Commentaires

Il y a une question que tout le monde se pose : l’hiver 2006-2007 a été particulièrement doux. Est-ce déjà un signe du réchauffement climatique ?

Il n’y a pas de signe isolé en climatologie. Les événements obéissent d’abord aux lois du hasard, une sorte de chaos. C’est au fil des années qu’on peut faire des statistiques qui prennent sens. S’il y a un hiver doux qui se reproduit plusieurs années de suite, c’est un signe. Une année ne suffit pas.
Mais si on ajoute l’ensemble des signes qui, à l’échelle de la planète, montrent que le climat devient différent, alors, collectivement, ils prennent sens.

 

Le GIEC, qui rassemble 2500 scientifiques de 130 pays, a livré le 2 février un rapport qui dresse l’état des connaissances sur le changement climatique. Quel est l’enseignement principal du rapport du GIEC ?

L’enseignement principal, c’est la confirmation des rapports précédents. L’alerte a été donnée par les scientifiques au milieu des années 80. Le premier rapport du GIEC est en 1990. Ce fut l’aliment pour le sommet de la terre à Rio en 1992 qui lui même a donné la Convention climat puis le protocole de Kyoto.
Les modèles étaient encore simples. A la fin des années 1980, on n’était pas encore dans le réchauffement. Les gaz à effet de serre ont augmenté brutalement dans les années 60. Mais il faut plusieurs décennies pour que le système climatique enregistre et réponde à ces émissions. Depuis, ce qu’on voit rapport après rapport, c’est la confirmation des premières prévisions, sur la base de modèles plus complexes et plus complets que ceux de la première génération.
Et l’on commence à avoir des indices que le climat change comme les modèles l’avaient prévu.

Quels sont ces signes visibles ?

D’abord l’augmentation de la température elle même. Ensuite le fait que les changements majeurs apparaissent dans l’Arctique. Les modèles avaient prévu que les climats arctiques soient plus sensibles que le reste de la planète. La modification des cycles hydriques et le relèvement du niveau de la mer. Il est de 3mm par an actuellement, au delà de ce qu’on avait constaté au XXe siècle.

Dans ces évolutions, quel est le rôle de l’homme ?

Le rapport du GIEC a essayé d’évaluer la probabilité pour que le réchauffement des dernières décennies soit lié aux activités humaines. On est passé d’une probabilité de 66% il y a six ans à 90% maintenant. C’est approximatif mais l’évolution observée des températures, du relèvement du niveau des mers, des précipitations, de la fonte des glaciers, du recul de l’enneigement, du décalage des dates de floraison, tout cela construit un ensemble très cohérent qu’on ne sait expliquer autrement que par les résultats de l’activité humaine.

Certains scientifiques, comme Claude Allègre, l’ancien ministre socialiste français, mettent en doute la fiabilité des modèles.

Les modèles ne sont pas des outils absolument fiables. Maintenant, le problème c’est de savoir à partir de quand on renverse la charge de la preuve. Les éléments réunis par les modèles sont suffisamment cohérents et importants pour qu’on puisse demander à ceux qui disent « il ne se passera rien» d’assurer eux même la charge de la preuve. Leur discours demande à être étayé autant que le discours de ceux qui pensent que le climat a évolué.

Quelle serait la planète avec 3 degrés en plus ?

Il y aura des conséquences directes, comme la fonte des glaciers, de la banquise. Il n’y aura plus de banquise arctique en été à la fin du siècle dans l’hypothèse des trois degrés. Et il y a les conséquences indirectes, liées au cycle hydrologique. Les régions où les cyclones sont forts et les régions sèches iront dans un sens ou ces tendances seront augmentées : plus de tempêtes et de pluies là où il y en a déjà, et plus d’assèchement dans les régions déjà semi-arides.
Egalement une menace sur les zones littorales : 20 a 50 cm à l’échelle de ce siècle, avec une incertitude sur ce que peut faire le Groenland. Un chiffre suffisant pour menacer des millions de personnes.

Donc des mouvements de population ?

C’est très difficilement prévisible. C’est quelque chose qui sera mal partagé Il y aura des gagnants et des perdants. Le problème climatique va se recouper avec tous les autres problèmes : eau, santé, etc… La pauvreté est toujours un facteur aggravant. Dans un monde où il y a déjà beaucoup de tensions, qui est très asymétrique entre le Nord et le Sud, le changement climatique constitue une tension supplémentaire. Il va falloir que le monde change, il va changer. Il faut espérer qu’il changera le plus pacifiquement possible.

Il y a diverses solutions pour réduire les émissions de gaz à effet. Economies d’énergie, taxations, meilleure efficacité énergétique, nouvelles énergies…. Quel est votre avis de scientifique ?

La place des scientifiques est d’informer, elle n’est pas de confisquer ce débat qui doit être démocratique et contradictoire. La taxe carbone peut être, selon la manière dont on la met en place, juste socialement ou injuste socialement. Dès qu’on déborde du cadre scientifique pour un cadre social, économique, politique, on ne peut avoir le même consensus que celui que nous avons entre scientifiques. Je souhaite qu’il y ait un débat démocratique, la place du scientifique est d’éclairer mais pas se substituer.

 Source : Le Journal Européen du développement durable.
http://www.citedurable.com

Pages

Articles similaires

N°129 Pimax mai 2001

Texte: 

COURSES DE ROLLERS ET DE TROTTINETTES AU ZENITH. Ce lundi de Pâques, une centaine d’enfants, de jeunes et d’adultes ont participé à la première grande course de rollers et de trottinettes organisée sur le parking du Zénith par la Ville de Maxéville et son service Jeunesse, Animation, Sport. Sur une idée de Serge El Founi, adjoint aux Sports et aux Loisirs, cette manifestation unique dans l’Est de la France, baptisée "Trott’n’Rollers", a réuni les amateurs locaux et régionaux de rollers et de trottinettes, de tous âges (de 5 à plus de 60 ans), souvent venus en famille, et ce, malgré un temps froid et pluvieux.

De 9h à 18h, spectateurs et coureurs se sont croisés sur le circuit, variant de un à dix kilomètres, selon les âges et les catégories. Chaque fin de course les a rassemblés autour du car d’animation et sous les bâches de la buvette, tenue bénévolement par les Lynx Maxévillois, pour assister à la remise des coupes et des récompenses offertes par la Ville de Maxéville et par de nombreux sponsors. Un groupe musical local de tendance rock, "Too Sharp", a su créer une ambiance telle entre les courses que l’absence d’un soleil printanier n’a en rien rafraîchi l’atmosphère surchauffée et joyeuse qui régnait dans le public. Serge El Founi, qui fut aussi l’infatigable animateur de cette journée, nous a confié que le succès de cette première rencontre sportive et familiale l’encourageait à recommencer l’année prochaine. Avis aux amateurs !

N°145 PiMax novembre 2002

Texte: 

Le Kindergarten Pumuckl, l’association FALC et la Ville de Maxéville vous invitent à participer au traditionnel défilé des lanternes ! A partir de 17h15, des centaines de  petites lumières multicolores défileront dans les rues du Centre aux sons des fanfares de Ramstein- Miesenbach et de Maxéville. Le défilé passera par les rues de Lorraine, Solvay et de la Justice avant de rejoindre le parc où l’histoire de saint Martin sera mise en scène. Autour d’un grand feu, tous pourront ensuite déguster des bretzels, saucisses, chocolat et vin chaud préparés par l’association. La fête de saint Martin, c’est aussi la fête du partage. Ce saint a coupé son manteau en deux pour en donner la moitié à un pauvre au bord de la route. Au cours de cette manifestation, l’association FALC souhaite garder cet esprit de partage : en célébrant une fête typiquement allemande dans les rues de Maxéville où tous sont invités à participer à un échange inter-culturel, mais aussi, et c’est la nouveauté de cette année, en partageant une soupe aux légumes : devant la mairie, sera installé un grand chaudron dans lequel mijoteront les légumes apportés par les parents du jardin d’enfants et la fête se terminera par la dégustation de ce délicieux potage.

N°178 PiMax novembre 2005 - Fête de la st martin

Texte: 

L’automne, quelquefois maussade, est aussi le temps des fêtes ! A commencer par celle de la Saint Martin, organisée par la Mairie et Pumuckl, avec nos amis de Ramstein-Miesenbach. Dynamisme de Maxéville à l’échelle
européenne ! Cette manifestation nous proposera de vivre l’expérience du partage et de la convivialité, des valeurs portées par votre ville qui souhaite plus que jamais s’ouvrir aux autres cultures. C’est l’opportunité de rassembler
joyeusement la Ville, les associations, les écoles et tous les habitants sous le signe de l’ouverture et de la curiosité.
Votre maire, Henri Bégorre

N°194 PiMax avril 2007 - Bourse aux plantes

Texte: 

Editorial. Emportés par le flot de notre société de consommation, il nous arrive parfois d’oublier que chacun d’entre nous est citoyen du monde, et se doit à ce titre de veiller à en préserver les richesses. Je sais que, conscients de cette responsabilité,
vous êtes toujours plus attentifs à la qualité de votre environnement, et que vous vous investissez au quotidien pour en assurer la sauvegarde, en pratiquant entre autres le tri et le recyclage des déchets. La mairie vous accompagne depuis de nombreuses années dans cette démarche citoyenne notamment en subventionnant l’achat de chauffe eau solaire, l’isolation acoustique des fenêtres, en mettant à disposition des Maxévillois des autocollants «stop pub», en menant des actions de sensibilisation auprès des enfants dans les écoles et durant les animations de vacances… La semaine nationale du développement durable sera pour nous tous, petits et grands, une occasion privilégiée de s’interroger sur ses comportements de consommation, de découvrir de nouveaux moyens de contribuer à la protection de notre planète… et aussi de s’amuser en apprenant grâce aux nombreuses animations organisées à Maxéville et dans tout le Grand Nancy jusqu’au 24 avril.

Votre maire, Henri Bégorre

N°210 Pimax novembre 2008 - Festivités de la saint martin

Texte: 

Les travaux tant attendus par tous rue de la République ont débuté fin octobre. Pour ce chantier de grande ampleur, la Mairie reste vigilante afin que ces travaux d’une durée de 8 mois perturbent au minimum votre vie au quotidien. Ce mois-ci sera marqué par le défilé des lanternes au cours duquel petits et grands pourront se replonger le temps de quelques heures dans la fameuse légende de Saint Martin. Venez nombreux !
Votre Maire,

Festivités de la Saint Martin

À l’origine, c’est une vieille coutume allemande qui veut que tous les ans, Outre-Rhin, lors de la Saint-Martin, des milliers d’enfants accompagnés de musiciens, défilent dans les rues à la lueur de leurs lanternes. Depuis 19 ans maintenant, FALC, le jardin d’enfants franco-allemand PUMUCKL et la Ville de Maxéville s’associent pour célébrer ensemble cette fête populaire et ainsi promouvoir à Maxéville le biculturalisme. La fête de la Saint-Martin attire aujourd’hui plus d’un millier d’enfants et d’adultes venant de toute l’agglomération nancéienne. Elle est devenue un
événement culturel incontournable de la ville et le plus important Laternenumzug organisé dans le Grand Est. De nombreuses écoles et associations de Maxéville et du Grand Nancy participent au défilé au son de la « Flam Maxévilloise » et de la fanfare de Ramstein-Miesenbach (la ville jumelée allemande) et assistent au spectacle. La légende de la Saint-Martin est ensuite mise en scène, et la fête se termine en savourant bretzels, vin et chocolat chaud autour d’un grand feu.
En un mot, un spectacle pour toute la famille !

 

Pimax N°225 Mars 2010 - Festivités du carnaval

Texte: 

Cette année, le comité des fêtes de Champ-le-Boeuf a décidé de proposer aux enfants une grande chasse aux oeufs le 5 avril plutôt qu’un défilé. Mais la tradition de Carnaval reste bien ancrée et vous pourrez ainsi participer au défilé du Centre le 9 mars, à celui des Aulnes le 17 ou encore découvrir le carnaval vénitien de Remiremont le 20 mars.

Défilé du centre :
Avec la participation des écoles maternelle et primaire André Vautrin, des enfants de l’institution Jean-Baptiste Thiery et de Ramstein Miesenbach, la MJC de Maxéville et le service Jeunesse animations sport.

Quelques 320 enfants défileront dans les rues du centre le mardi 9 mars à partir de 14h avec des déguisements sur le thème de la biodiversité. Avec eux, le géant mangeur de son qui, du haut de ses 4 mètres, accompagnera La Flam maxévilloise et la fanfare de Moselly tout au long du trajet puis se posera dans le parc de la Mairie pour une dernière animation. Les enfants, quant à eux, se rendront à J.B. Thiery pour déguster les traditionnels beignets.

Défilé des Aulnes :
Petits et grands sont attendus costumés ou grimés le
mercredi 17 mars à 15h30 devant l’école Moselly pour
défiler sur le quartier des Aulnes.
Si le temps le permet, Monsieur Hiver sera brûlé à l’issue
de la cavalcade.
Un jury composé de seniors désignera les 5 plus beaux costumes et les 5 plus beaux grimages des enfants afin d’offrir une
récompense aux heureux gagnants.

Carnaval de Remiremont :
Pour la sortie au carnaval vénitien de Remiremont organisée par l’ACQA le samedi 20 mars, le départ des Aulnes aura lieu à 14h.
Jusqu’à 18h, vous pourrez assister librement à la promenade des costumés dans la ville, visiter une très belle exposition sur le
carnaval vénitien dans l'espace du Volontaire, 2 rue Charles de Gaulle ouverte jusqu’à 18h30 ou flâner sur un petit marché vénitien
dans la rue de la Franche-Pierre.
À partir de 20h45, en partant de la place de Lattre de Tassigny, près de la fontaine des dauphins vous assisterez au son et lumière
pendant que les costumés – on en attend pas moins de 200 – descendront la rue Charles de Gaulle et passeront sur les estrades
devant la Mairie et l'église.
Le dîner sera pris comme d’habitude dans un restaurant des environs de Remiremont.
q Inscriptions auprès de Christian Lintingre 06 76 39 71 23 jusqu’au 14 mars.