Welcome Visitor:

Pimax N°202 janvier 2008 blake et mortimer

Onglets principaux

Texte: 

Pour la seconde année, Maxéville rend hommage à Edgar P. Jacobs avec une exposition inédite à l’occasion du cinquantenaire de la bande dessinée S.O.S. METEORES. Les premières pages de S.O.S. Météores, cinquième aventure des célèbres Blake et Mortimer, ont été publiées par Edgar P. Jacobs le 8 janvier 1958 dans le magazine Tintin (édition Belge) numéro 2.

50 ans plus tard, la mairie de Maxéville, en collaboration avec la Fondation Jacobs et avec le soutien du CGRI (Commissariat Général aux Relations Internationales de Wallonie-Bruxelles), rend hommage à Edgar P. Jacobs et à cet album qui renvoie étrangement à l’enjeu global et mondial du XXIe : le climat.

Occasion unique de redécouvrir cet album culte, cette exposition propose
notamment une sélection de planches, de dessins, de croquis, d’esquisses
de couvertures… bref une sélection spéciale et unique.
Sans oublier son volet pédagogique et ludique, elle jette encore une fois un
pont entre la fiction et la réalité, l’imagination et la science, le rêve et
l’Histoire… Alors quoi de plus normal que de jeter ce pont sur deux lieux de
Maxéville : L’IUFM de Lorraine et le Site des Caves…
Des ateliers scientifiques et de découverte de la sérigraphie, organisés par
la MJC de Maxéville, les Petits Débrouillards de Lorraine et l’association
l’atelier du Panda, permettront même aux plus jeunes de goûter à cet
univers envoûtant.
Les enfants d’hier devenus parents, et ceux d’aujourd’hui, profiteront de
cette promenade dans le monde imaginaire de Jacobs pour découvrir une
réalité toujours fascinante et empreinte d’actualité.

 

Commentaires

Il y a une question que tout le monde se pose : l’hiver 2006-2007 a été particulièrement doux. Est-ce déjà un signe du réchauffement climatique ?

Il n’y a pas de signe isolé en climatologie. Les événements obéissent d’abord aux lois du hasard, une sorte de chaos. C’est au fil des années qu’on peut faire des statistiques qui prennent sens. S’il y a un hiver doux qui se reproduit plusieurs années de suite, c’est un signe. Une année ne suffit pas.
Mais si on ajoute l’ensemble des signes qui, à l’échelle de la planète, montrent que le climat devient différent, alors, collectivement, ils prennent sens.

 

Le GIEC, qui rassemble 2500 scientifiques de 130 pays, a livré le 2 février un rapport qui dresse l’état des connaissances sur le changement climatique. Quel est l’enseignement principal du rapport du GIEC ?

L’enseignement principal, c’est la confirmation des rapports précédents. L’alerte a été donnée par les scientifiques au milieu des années 80. Le premier rapport du GIEC est en 1990. Ce fut l’aliment pour le sommet de la terre à Rio en 1992 qui lui même a donné la Convention climat puis le protocole de Kyoto.
Les modèles étaient encore simples. A la fin des années 1980, on n’était pas encore dans le réchauffement. Les gaz à effet de serre ont augmenté brutalement dans les années 60. Mais il faut plusieurs décennies pour que le système climatique enregistre et réponde à ces émissions. Depuis, ce qu’on voit rapport après rapport, c’est la confirmation des premières prévisions, sur la base de modèles plus complexes et plus complets que ceux de la première génération.
Et l’on commence à avoir des indices que le climat change comme les modèles l’avaient prévu.

Quels sont ces signes visibles ?

D’abord l’augmentation de la température elle même. Ensuite le fait que les changements majeurs apparaissent dans l’Arctique. Les modèles avaient prévu que les climats arctiques soient plus sensibles que le reste de la planète. La modification des cycles hydriques et le relèvement du niveau de la mer. Il est de 3mm par an actuellement, au delà de ce qu’on avait constaté au XXe siècle.

Dans ces évolutions, quel est le rôle de l’homme ?

Le rapport du GIEC a essayé d’évaluer la probabilité pour que le réchauffement des dernières décennies soit lié aux activités humaines. On est passé d’une probabilité de 66% il y a six ans à 90% maintenant. C’est approximatif mais l’évolution observée des températures, du relèvement du niveau des mers, des précipitations, de la fonte des glaciers, du recul de l’enneigement, du décalage des dates de floraison, tout cela construit un ensemble très cohérent qu’on ne sait expliquer autrement que par les résultats de l’activité humaine.

Certains scientifiques, comme Claude Allègre, l’ancien ministre socialiste français, mettent en doute la fiabilité des modèles.

Les modèles ne sont pas des outils absolument fiables. Maintenant, le problème c’est de savoir à partir de quand on renverse la charge de la preuve. Les éléments réunis par les modèles sont suffisamment cohérents et importants pour qu’on puisse demander à ceux qui disent « il ne se passera rien» d’assurer eux même la charge de la preuve. Leur discours demande à être étayé autant que le discours de ceux qui pensent que le climat a évolué.

Quelle serait la planète avec 3 degrés en plus ?

Il y aura des conséquences directes, comme la fonte des glaciers, de la banquise. Il n’y aura plus de banquise arctique en été à la fin du siècle dans l’hypothèse des trois degrés. Et il y a les conséquences indirectes, liées au cycle hydrologique. Les régions où les cyclones sont forts et les régions sèches iront dans un sens ou ces tendances seront augmentées : plus de tempêtes et de pluies là où il y en a déjà, et plus d’assèchement dans les régions déjà semi-arides.
Egalement une menace sur les zones littorales : 20 a 50 cm à l’échelle de ce siècle, avec une incertitude sur ce que peut faire le Groenland. Un chiffre suffisant pour menacer des millions de personnes.

Donc des mouvements de population ?

C’est très difficilement prévisible. C’est quelque chose qui sera mal partagé Il y aura des gagnants et des perdants. Le problème climatique va se recouper avec tous les autres problèmes : eau, santé, etc… La pauvreté est toujours un facteur aggravant. Dans un monde où il y a déjà beaucoup de tensions, qui est très asymétrique entre le Nord et le Sud, le changement climatique constitue une tension supplémentaire. Il va falloir que le monde change, il va changer. Il faut espérer qu’il changera le plus pacifiquement possible.

Il y a diverses solutions pour réduire les émissions de gaz à effet. Economies d’énergie, taxations, meilleure efficacité énergétique, nouvelles énergies…. Quel est votre avis de scientifique ?

La place des scientifiques est d’informer, elle n’est pas de confisquer ce débat qui doit être démocratique et contradictoire. La taxe carbone peut être, selon la manière dont on la met en place, juste socialement ou injuste socialement. Dès qu’on déborde du cadre scientifique pour un cadre social, économique, politique, on ne peut avoir le même consensus que celui que nous avons entre scientifiques. Je souhaite qu’il y ait un débat démocratique, la place du scientifique est d’éclairer mais pas se substituer.

 Source : Le Journal Européen du développement durable.
http://www.citedurable.com

Pages

Articles similaires

N°126 Pimax février 2001

Texte: 

Jeux et Familles en fête ! La nouvelle édition de " Jeux et familles en fête " a comme chaque année rempli son objectif : réunir un public nombreux et de tous âges, pour partager tout simplement le plaisir d’être ensemble à jouer et rire. Merci à tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette fête.
• L’Association de quartier de CLB, dont les membres se sont mobilisés à la préparation de la salle et à l’animation des jeux dès 9h du matin ; l’Association des jeunes de Maxéville, qui s’est chargée de la tenue de la buvette et de la distribution des goûters ; Jeunes et cité qui tout l’après-midi a animé un jeu de réflexion " Le Lynx " ; le Club des arts qui a usé ses crayons sur les adorables frimousses des enfants, les transformant tantôt en chat, tantôt en souris… pour leur plus grand bonheur !
• Serge El Founi, adjoint délégué " Jeunesse – animations - Sports ", a été fidèle à un des rôles qu’il tient chaque année - animer la salle avec un jeu de questions-réponses – faisant ainsi treize heureux gagnants qui se sont partagés trois abonnements d’un an à la ludothèque de Maxéville et dix bons cadeaux Fnac d’une valeur de 50 F.
• Gisèle Vatry, adjointe déléguée aux affaires scolaires et à la petite enfance, était sur le pied de guerre dès 9h, tantôt dans la salle pour faire découvrir les nouveautés de la ludothèque, tantôt à
l’accueil ou au vestiaire.
• Michèle et Audrey, animatrices de la ludothèque, ont rangé les centaines de cartes, dés et autres menues pièces de jeux.
Les personnels de la Mairie présents ont accueilli le public avec disponibilité et sourire.

Et surtout, merci à ce public chaleureux et fidèle, dont la présence a largement récompensé toutes celles et ceux qui se sont impliqués à la préparation et au bon déroulement de cette journée. Merci à lui également pour son interêt des jeux mis à disposition…
L’implication des bénévoles et la participation de nombreuses familles ont contribué également à apporter autant de soleil et de chaleur au CILM qu’il y en avait à l’extérieur ce 21 janvier

Vidéo jeux et familles en fête 2012

N°142 PiMax juillet et Août 2002

Texte: 

Participez aux premières “Foulées Maxévilloises” Pour inciter les Maxévillois à profiter de l’été en pratiquant une activité conviviale, la ville de Maxéville les invite à participer à la première édition
des "Foulées Maxévilloises" le : dimanche 7 juillet au complexe sportif Léo Lagrange à Champ le Boeuf.

 

N°175 PiMax juillet-Août 2005 - Lumières et romantismes à Maxéville

Texte: 

Le Grand Nancy a la chance d’accueillir la 6ème étape du Tour de France le 7 juillet prochain. Ce grand événement de renommée mondiale participe au rayonnement de toute l’agglomération et je connais nombre de Maxévillois fanas de « petite reine » ravis de cette occasion !

Profitez donc de l’été pour faire du vélo bien sûr, mais aussi pour vous accorder du temps à ne rien faire... Promenez-vous dans Maxéville mais poussez la curiosité en dehors de la Ville : Le programme de l’été Nancy 2005 fourmille d’expositions, fêtes, animations, concerts et rencontres autour du thème du temps des Lumières. De quoi documenter son présent en considérant le passé ! Avant de vous retrouver en septembre, je vous espère nombreux à l’église Saint
Martin le 19 juillet pour un moment d’émotion musicale partagé.
Votre maire, Henri Bégorre

N°191 PiMax janvier 2007 - Blake et Mortimer in Maxéville

Texte: 

L'année 2007 apportera beaucoup de changements à Maxéville. Après le nivellement des carrières Solvay, les premières constructions commencent sur le plateau : logement, centre pénitentiaire, parcs de loisirs, terrains de sport… Aux Aulnes et au Champ le Boeuf, 2007 sera surtout une année de concertation pour les aménagements autour des immeubles, et des écoles. Le " Grand Nancy " va engager les travaux rue de la République et peut-être démarrer les aménagements entre Meurthe et canal. Au-delà des travaux nous souhaitons voir avec vous comment faire évoluer certains services, en tenant compte des demandes des familles, dans toute la dimension éducative.
2007 sera donc une année riche en rencontres. Mais n'attendez pas pour donner votre avis : ce bulletin comme le site Internet (www.mairiemaxeville.fr) sont là pour vous informer, mais aussi pour recueillir vos idées pour une vie
meilleure dans notre cité. Toute l'équipe municipale vous renouvelle sa disponibilité.

Votre maire, Henri Bégorre

Blake et Mortimer in Maxéville

Ciel ! voilà une exposition exceptionnelle et complètement fascinante !

Documentées avec rigueur, les histoires d'Edgar P. Jacobs ont initié à la connaissance du monde à travers la science et l’histoire plusieurs générations de lecteurs. Elles comptent parmi les oeuvres de fiction qui auront le plus suscité de vocations de scientifiques, physiciens, archéologues, paléontologues, ingénieurs aéronautiques, écrivains et… auteurs de bandes dessinées !

Conçue et réalisée par le Festival international de la bande dessinée à l’occasion du centenaire de la naissance d’Edgar P. Jacobs, cette exposition rétrospective du créateur de Blake et Mortimer a été créée en 2004 au Musée de l’Homme à Paris, où elle est restée plus d’un semestre, attirant 150 000 visiteurs. L’exposition propose notamment une sélection des dessins et planches les plus mythiques des albums de Jacobs, sans oublier illustrations, croquis, recherches de costumes, etc.

pimax N°208 juilletaoût 2008 - Nancyphonies

Texte: 

L’été la mairie ne s’arrête pas ! Pour vous proposer des loisirs, des services, l’équipe municipale est très active cet été : les centres de loisirs tournent à plein et les activités ne manquent pas ! Il faut aussi préparer la rentrée. Après vous avoir écouté nous ajustons l’accueil périscolaire, avec le souci répondre à toutes les attentes, car chaque famille est différente. Vous trouverez toutes ces informations dans ce nouveau numéro. Bon été, et n’hésitez pas à nous contacter.
Votre maire

 

2010

Pimax N°238 mail 2011 - Fête du jeu

Texte: 

Imaginez le parc de la Mairie transformé en un immense plateau de jeux, où grands et petits, novices et amateurs éclairés sont invités à se rencontrer pour jouer ensemble et découvrir ou redécouvrir le plaisir de jouer !
Après-midi ludique le samedi 28 mai de 14h à 19h.
Vous vous laisserez guider au fil des espaces thématiques, éveil, jeux traditionnels, de
stratégie, surdimensionnés… Sans oublier de passer par le stand fabrication de toupies
et de repartir avec votre propre création.
Et pour les plus courageux, une soirée jeux se déroulera de 20h30 à minuit dans la
salle du parc.
Les espaces de jeu seront mis à la disposition de tous, en accès libre et gratuit.
Partout, des animateurs passionnés vous attendront pour vous guider et jouer avec vous.
Buvette et petite restauration tout au long de l’après-midi.