30px; }
Welcome Visitor:

Pimax N°221 novembre 2009 - Festivité de la Saint-Martin

Onglets principaux

Texte: 

Depuis 20 ans maintenant, chaque année, Falc, le jardin d’enfants franco-allemand Pumuckl et la Ville de Maxéville s’associent pour célébrer cette fête populaire et promouvoir ainsi la culture allemande.

La fête de la Saint-Martin attire aujourd’hui plus d’un millier d’enfants et d’adultes de toute l’agglomération. Elle est devenue un événement culturel incontournable à Maxéville, et le plus important Later nenumzug organisé dans le Grand Est. De nombreuses écoles et associations de la ville et de la Communauté Urbaine du Grand Nancy participent au défilé, à la lueur des lanternes et au son des fanfares de Maxéville et de Ramstein-Miesenbach, la ville jumelée allemande. La légende de la Saint-Martin est ensuite mise en scène
dans le parc de la Mairie. La fête se termine par la dégustation de bretzels, vin et chocolat chauds autour d’un grand feu.

 

Commentaires

Point d’étape sur le projet de rénovation urbaine du Plateau de Haye

De par les importants aménagements réalisés dans le cadre du Projet
de Rénovation Urbaine, la vie du Plateau de Haye, de ses quartiers
et de ses habitants, s’en trouve bouleversée. La première phase de
livraison de chantiers augure une vie urbaine nouvelle et rénovée, dans
laquelle le défi de la proximité trouve tout son sens.
Ces travaux s’inscrivent dans un vaste programme de réno va tion
urbaine développé à l’échelle de 7 sites de l’agglomération nancéienne
évalué à 457 M€ pour la période 2006-2011. Elle est notamment
soutenue sur le Plateau de Haye (220,5 M€) par l’Agence Nationale
pour la Rénovation Urbaine à hauteur de 64,6 M€.
Le but poursuivi consiste à enclencher un véritable changement
d’image tout en améliorant durablement la qualité des services aux
habitants : Propreté, entretien des espaces verts, renforcement de
la sécurité et de la tranquillité publique, questions relatives au
handicap, accompagnement social lié au logement,…). La Ville de
Maxéville, ainsi que le Grand Nancy et les bailleurs, engagent une
dynamique sur notre territoire afin que l’ensemble de ces objectifs se
traduisent dans les faits pour chaque Maxévillois.

LA REQUALIFICATION DES ESPACES EXTÉRIEURS

LA RESTAURATION DES LOGEMENTS MMH ET OPH :
une meilleure performance énergetique et un entretien durable

PARC LINÉAIRE : PROTECTION PHONIQUE ET PROMENADE VERTE

LA REVITALISATION ÉCONOMIQUE AVEC LE CENTRE COMMERCIAL LA CASCADE

MOBILITÉ, TRANSPORT EN COMMUN ET VÉLO

Réponse à l’opposition à propos de la fermeture d’une classe à l’école maternelle André Vautrin

S’il est légitime que chacun défende ses idées dans le débat démocratique, il est essentiel qu’il le fasse avec bonne foi. Dans la Tribune libre du Pimax’ d’octobre, Annie Delrieu au nom de l’opposition a oublié ce
principe d’honnêteté.
iSur les chiffres pour rétablir la réalité.
À partir des informations communiquées par la
directrice : le jour de la rentrée, il n’y avait
pas 121 élèves inscrits à l’école maternelle
mais 120 ; 110 élèves étaient effectivement
présents le matin.
Ce qu’il faut savoir : dans les écoles maternelles,
plus que le nombre d’inscrits, c’est le nombre
d’élèves effectivement présents qui constitue le
critère décisif. Or, le mardi 8 septembre aprèsmidi,
l’école ne comptait plus que 90 élèves, soit
une moyenne de 22,5 élèves par classe. On
comprend dès lors que la réouverture de la
classe devenait illusoire.
iL’opposition s’attribue un beau rôle : ce n’est
pas elle mais le service scolaire avec les
adjoints et délégués qui a fait une recher -
che pour trouver le nombre de naissances

en 2006 dans le périmètre de l’école -
C’est vrai, l’opposition avait préconisé une
campagne par courrier, la majorité a opté
pour un contact direct.
iLe discours politique ne doit pas être
mensonger, en particulier l’auteure affirme
« Pire… la majorité… a refusé l’accès en
section des tout-petits » ce qui est purement
faux. L’inscription se fait bien à la Mairie
mais en accord avec la directrice pour les
enfants non comptabilisé dans les effectifs.
On comprendra aisément que dans les
conditions de la rentrée, les enfants nés en
2007 sont restés sur liste d’attente.
Dans l’entrevue du 16 octobre entre Monsieur
l’Inspecteur d’académie et Monsieur le Maire,
il a été confirmé que l’école bénéficierait d’un
enseignant complémentaire tous les matins, ce
qui garantit une moyenne de 21 élèves par
enseignant le matin, 24 l’après-midi – des
effectifs acceptables.

Georges Mayeur et Gérard Laurent, adjoints aux
affaires scolaires et aux services municipaux et
Corinne Feuillatre, conseillère déléguée aux affaires
scolaires.

Tribune Libre : La participation citoyenne en panne à Maxéville.

De nos jours, on ne conduit plus la politique
d’une ville comme il y a 20 ans. Il est indispensable
et utile d’associer les citoyens aux projets
de leur quartier, à leur cadre de vie, c’est ce que
l’on appelle la participation citoyenne ou encore
la démocratie participative.
Nous avions porté dans notre programme
municipal en mars 2008 un projet ambitieux dans
ce domaine :
ides commissions de quartier autonomes
gérées par les habitants et en étroite collaboration
avec les élus,
iun conseil des sages, conseil d’expertise et
d’analyse des projets municipaux,
iun conseil des enfants construisant la citoyenneté.
La municipalité a copié à la hâte nos propositions
mais elle est très loin de notre projet
d’origine. La participation citoyenne à Maxéville
est en panne :
-les commissions de quartier ne sont qu’un alibi
démocratique, car elles n’ont aucun calendrier
de rencontres, elles sont « sans poids » et sans
règlement,

-la pseudo-commission « développement durable
» n’est même pas consultée par le maire
en ce qui concerne la réintroduction du cheval
à Maxéville ; de plus, elle ne s’est pas réunie
depuis de nombreux mois,
-le conseil des sages a peu de pouvoir de décision
et beaucoup de contraintes : cette
grande idée prise dans notre programme
n’est plus que l’ombre d’elle-même.
Les commissions de quartiers n’ont jamais été
consultées sur des projets municipaux. La majorité
UMP ne les a associées à aucune
réalisation. Le conseil des sages n’a expertisé
aucune délibération et n’a jamais été sollicité, lui
non plus, sur des projets nouveaux.
Monsieur le Maire, la participation n’est pas
un gadget. Vos rendez-vous citoyens (voir page
2 du PiMax d’octobre) se limitent à une permanence
téléphonique deux fois par mois de
18H30 à 19H30.
Les Maxévillois vivent leurs quartiers, ils
connaissent leur ville. Ne pas les solliciter dans
les projets qui les concernent directement, c’est
se priver d’une source de savoirs et d’expertise
considérable.

Christophe Choserot,
pour le groupe de gauche «Maxéville, un nouvel élan »

Imouzzer du Kandar
Maxéville est très attachée aux relations nouées avec ses villes étrangères
jumelles et partenaires. Au delà du jumelage traditionnel et des aspects
de convivialité et d’échanges entre les populations qui lui sont liés, Maxéville
s’attache via la coopération décentralisée à appuyer ses homologues
étrangers dans le développement des services de base rendus à la population.
En septembre dernier, Mireille Gazin, 1ère adjointe et Céline Roussel,
chargée de mission relations internationales se sont rendues au Maroc :
à Fès tout d’abord, où se sont déroulées les rencontres de la coopération
décentralisée organisées par la ville de Fès et le consulat Général de Fès
notamment. État des lieux des différents partenariats existants, perspectives
d’évolution de la ville et de la région fassie tant au niveau économique
qu’universitaire ont rythmé cette journée dense en échanges et en
information. Le lendemain, c’est à Imouzzer du Kandar que s’est rendue
la délégation.
Ont été rencontrés des représentants de la société civile et plus particulièrement
de l’Espace des Associations d’Imouzzer du Kandar regroupant
une vingtaine d’associations de toute nature s’apparentant à la MJC de
Maxéville. El Houssin ATAMNI et Omar OUKHALLOU ont exprimé le souhait
d’un travail en commun portant d’une part sur la structuration de l’EASIK
et d’autre part, aux moyens de fédérer les nombreuses associations pour
mieux travailler ensemble.

Cette rencontre était importante
car il s’agissait
du premier contact officiel
depuis l’élection du
nouveau Président en juin
dernier, Monsieur Driss
BOUTAHAR, à la tête de
la Municipalité. Différentes
pistes de coopération
ont identifiées
s’inscrivant pleinement
dans le projet de développement
de la Municipalité
et plus par ti culiè
re ment dans le cadre
de la mise à niveau de la
collectivité marocaine.

Cette dernière a été lancée
officiellement en avril
dernier lors de la signature d’une convention présidée par Sa Majesté le
Roi Mohamed VI. D’un coût de 121,5MDH, cet ambitieux programme
concerne sur la période 2009/2011 aussi bien la construction et le réaménagement
du réseau d’assainissement, l’éclairage public, la création
d’espaces verts, l’aménagement de terrain de sports, le réaménagement
de la piscine municipale. Nous avons proposé d’accompagner la municipalité
d’Imouzzer sur le volet «Gouvernance – renforcement des capacités
– formation des agents,…» autour de certains projets. En effet, les modalités
liées au fonctionnement des différents ouvrages sont essentielles
pour leur pérennité et leur développement et à terme la qualité du service
rendu à la population. De plus, allier ces deux volets, est un élément
essentiel pour obtenir de nouveaux financements auprès des bailleurs de
fonds potentiels.

Pages

Articles similaires

N°138 PiMax mars 2002

Texte: 

On ne jette plus ses plantes, ses vivaces, ses bulbes,... on les troque ! La Ville de Maxéville invite tous les Maxévillois passionnés de jardinage à venir échanger leurs vivaces, bulbes, plants... à l’occasion de cette manifestation organisée en collaboration avec les Jardiniers de France. De 14h30 à 16h, les visiteurs pourront tout apprendre sur "la réussite des semis et des replants" en assistant à la conférence de Michel Fontaine, délégué des Jardiniers de France, tandis qu’un atelier proposera aux enfants de participer à des travaux pratiques sur les semis.

N°187 PiMax septembre 2006 - spécial rentrée

Texte: 

EditorialC’est la rentrée, ou plutôt les rentrées… celles qu'on aime moins avec la reprise du travail, les contraintes quotidiennes, les dépenses imprévues… Et puis, celles qu'on aime et qui font un peu durer l'été avec tous ces rendez-vous festifs et culturels à venir ! Dans tous les cas, l'équipe municipale vous accompagne afin de vous faciliter au maximum cette nouvelle année scolaire et associative qui commence et ces journées bien chargées. Encore plus d’importance sera donnée cette année aux activités à orientations scientifique et technique : A l’école, au collège, avec les associations, la mairie lance des initiatives. L’évolution technologique doit être au service de chacun. Ainsi seront déclinés des projets et des actions visant à mieux connaître ces métiers porteurs d'emplois, ou à mieux maîtriser l’environnement. Pour finir, en cette période de déplacements intenses, à pied comme en voiture, je vous inciterai à veiller particulièrement à la sécurité de tous.
Bonnes rentrées !
Votre maire, Henri Bégorre

Pimax N°203 février 2008 - Blake et Mortimer suite

Texte: 

Comme vous l’avez peut-être appris le conseil municipal s’est quelque peu modifié dans sa composition lors des deux dernières séances. Chaque conseiller fait le choix en son âme et conscience de voter ou non les délibérations proposées. À l’occasion du vote du budget 2008, 3 conseillers seulement ont voté contre, contrairement aux années précédentes qui en comptabilisaient 6.

Rien d’anormal si l’on considère que la quasi-totalité des projets sont votés à l’unanimité par le conseil municipal. C’est dans ce contexte un peu particulier que j’ai préféré repousser la publication du bulletin municipal. Dans un autre ordre d’idée, je vous informe que le Grand Nancy, lors de son dernier conseil a adopté le Plan local d’urbanisme de Maxéville et a voté plus de 30 millions d’euros d’investissement sur notre commune : à travers le démarrage des aménagements des espaces extérieurs du Champ-le-Boeuf dans le cadre du Projet de renouvellement urbain, des premiers sondages pour le parc linéaire le long de l’A31, des premiers travaux pour la réalisation du boulevard Meurthe-Canal, la création et l’aménagement d’itinéraires cyclables… Je ne peux que me réjouir que ces projets deviennent réalité, même si nous le savons les chantiers peuvent engendrer leur lot d’inconvénients quotidiens…

Votre maire

Pimax N°218 juillet-août 2009 - Brigade équestre et équitram : c’est parti !

Texte: 

Brigade équestre et équitram : c’est parti !

Eté 2007, deux cavaliers arpentent les rues de Maxéville. Un projet sous forme d’expérimentation qui très vite prend tout son sens. Un rendez-vous attendu par beaucoup d’entre vous, l’idée de la brigade équestre est née.

Eté 2008, c’est une calèche qui trouve sa place auprès des Maxévillois : un essai concluant qui pousse la Municipalité à développer ce projet.

Et, en ce mois de juillet 2009, Maxéville se dote du premier
service municipal équin de Meurthe et Moselle avec une brigade
équestre de police municipale et une calèche permettant
le transport des personnes.
Placé sous la responsabilité de Christelle Munier, brigadier de
police municipale, ce service est composé de 3 personnes :
Céline Schwoob assurera les missions de meneur de la calèche,
Céline Befve et par la suite, Christelle Munier, celles de
cavaliers.
3 chevaux de race comtois reconnaissables
à leur robe alezane et leurs crins
blonds ont rejoint l’équipe mi-juin :

Leur écurie sur le Centre est située dans l’ancienne maison
Aptel en face de la Trésorerie.
Parole à Edwige Franzetti, adjointe
déléguée à la sécurité et
aux déplacements :
« C’est un vrai choix , car lorsqu’il
s’agit de réaliser de la surveillance
du domaine public, il faut
avoir la possibilité, quand cela est
nécessaire de sanctionner et les
qualifications des personnels sont
spécifiques. S’occuper des chevaux
quotidiennement et s’assurer qu’ils puissent assumer leurs
missions demandent des compétences particulières. Pour allier
ces deux volets, il nous a paru judicieux de lier ce service
à la police municipale. Plus qu’un outil de sécurisation du territoire,
c’est avant tout une autre manière de créer des liens.
Le capital sympathie naturel véhiculé par les chevaux facilite le
dialogue, les contacts et permet à nos jeunes et moins jeunes
de discuter plus simplement. Proximité et messages de citoyenneté
ne sont pas les seuls avantages à recourir à des patrouilles
équestres. C’est aussi le choix affirmé du respect de
l’environnement. Avec le cheval, pas de pollution, pas de nuisance
sonore, et de l’engrais naturel prisé pour les rosiers !
C’est dans cet esprit, que l’équitram assurera dans un premier
temps le transport scolaire des jeunes maxévillois du secteur
Meurthe et Canal à l’école André Vautrin. L’élargissement de ce
service est déjà en réflexion ».