30px; }
Welcome Visitor:

Henri Bégorre, café de campagne, Maxéville Volley, Drone sur Nancy

Onglets principaux

Cela fait maintenant plus d'une semaine que Henri Bégorre Maire de Maxéville a été hospitalisé. Le mot d'ordre du médecin est incontestablement le repos. Le maire a eu beaucoup de soutien sur les réseaux sociaux. Le blog de Daniel a suspendu pour le moment sa rubrique de questions aux candidats jusqu'au retour du maire. L'équipe de "Maxéville Ensemble et Autrement" poursuit son programme de campagne électoral avec un café de campagne aux aulnes.

La question qu'on pourrait se poser à l'heure actuelle est que les habitants n'ont pas de nouvelles du Maire, à part l'article de l'Est républicain paru le samedei 15 février. Est-ce de l'ordre de la vie privée ? La situation est délicate car c'est en pleine période électoral. Ce problème de santé pourrait être défavorable au Maire sortant dans la campagne. Malheureusement, on ne peut pas déplacer la date du premier tour.

Dans l'histoire de Maxéville, c'est un moment fort dont on ne connaîtra le déroulement que dans quatres semaines. En attendant, voici quelques photos issues des différents blogs que je visite pour vous.

Commentaires

drone

Partager cette actu
 

La justice convoque un lycéen pour avoir filmé Nancy avec un drone

Pour la première fois en France, une personne vient d'être convoquée par la justice pour avoir filmé des lieux publics avec un drone. Le tribunal lui reproche notamment de ne pas avoir demandé d'autorisation pour réaliser un tel tournage.
Sans titre 1

Un lycéen de 18 ans a été convoqué par la justice pour avoir réalisé un film, montrant Nancy par les airs, en utilisant un drone civil. Le tribunal lui reproche de ne pas avoir respecté deux arrêtés régissant ce type de vol filmé à savoir l'obligation de disposer des compétences nécessaires pour maîtriser ce type d'engin mais également l'obtention des autorisations idoines.

Comme nous l'expliquions dans un article dédié à ce sujet, si le possesseur d'un drone souhaite faire un vol, il doit obtenir une autorisation au plus tard, 24h avant son tournage et informer le ministère chargé de l'aviation civile par e-mail. De même, le pilote doit pouvoir justifier de l'obtention d'un diplôme de pilotage d'engins de type ULM.

C'est ce que précisent les services de gendarmerie du transport aérien auprès de France Info. Aussi, ce vol filmé peut également, par principe, être une atteinte à la vie privée puisqu'il représente des personnes sur un lieu public, sans qu'aucune autorisation ne leur soit demandée.

Toujours est-il que Thomas Nans devrait être jugé pour « mise en danger de la vie d'autrui ». Son procès devrait débuter dans les prochains mois.

 

Article de l'est républicain

Un lycéen de 18 ans a été condamné à Nancy à 400 euros d’amende pour mise en danger de la vie d’autrui et non-respect de la réglementation aérienne, après avoir utilisé un drone équipé d’une caméra pour survoler Nancy afin de réaliser un clip posté sur des réseaux sociaux. Quatre cents euros. Trois cents pour « mise en danger de la vie d’autrui » et cent pour le « survol sans autorisation ».

 

C’est ce que devra payer Nans Thomas pour avoir filmé Nancy avec un drone, fin janvier. La peine, proposée par le parquet, a été validée par le juge au cours de la CRPC (Comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité ou plaider-coupable) qui s’est déroulée ce mardi matin, à la cité judiciaire de Nancy.

 

Le jeune homme, en terminale au lycée Saint-Sigisbert à Nancy, avait suscité un buzz énorme à plusieurs reprises : dans les heures qui ont suivi la mise en ligne et quand le parquet décidait de le poursuivre « pour mise en danger de la vie d’autrui ». Une première judiciaire (ER du 13 février). Plus tard, le procureur optait finalement pour une CRPC, lui épargnant ainsi une comparution devant le tribunal correctionnel alors que le lycéen prépare le bac cette année (ER du 22 février).

 

Le film de 3 minutes 32, qui offre à voir le cœur historique de Nancy sous des angles inédits, avait aussitôt connu un succès phénoménal. Son compte Vimeo affichait plus de 5.000 vues à la fin de la journée. Il aurait été vu plus de 400.000 fois, moins de deux semaines plus tard d’après le décompte des gendarmes, très intrigués par ce « drone de buzz ». Les militaires avaient même appelé la mairie pour s’assurer qu’elle n’y était pas associée !

 

Et eux ne l’ont pas vu du même œil : en repassant le film, on se rend compte en effet que le drone frôle les façades des bâtiments de la place Stanislas, passe sous le porche Héré… Des badauds saluent même l’objet volant non identifié. Le procureur Thomas Pison avait d’ailleurs pointé le problème de la violation de la vie privée.

Mais les poursuites, (approuvées par les professionnels qui eux se soumettent à la réglementation) avaient suscité un vaste mouvement de sympathie dans l’opinion.

L’ancien maire de Nancy André Rossinot n’avait pas hésité à l’époque à manifester sa bienveillance à l’égard ce « gamin surdoué » en le recrutant dans l’équipe locale qui porte le dossier de candidature du Grand Nancy et du Sillon lorrain au label French Tech. Son successeur, l’actuel président de l’UDI, Laurent Hénart, alors en campagne, s’était même dit prêt à racheter les images. Grâce à Nans Thomas, la France a découvert que jouer avec ces petits engins sans autorisation préfectorale et sans habilitation de l’Aviation civile, était potentiellement dangereux et pouvait conduire au tribunal. Les drones comptent parmi les objets qui ont été les plus vendus à Noël.

Depuis, Nans Thomas l’ado entrepreneur (il a une petite boîte de com et il est associé dans une entreprise de location de GoPro), s’est réconcilié avec la réglementation. Il a même réalisé une version nancéienne de « We are happy » de Pharell William avec plusieurs centaines de figurants et en collaboration avec la mairie.

« Happy end » donc pour le lycéen. Pour le même délit, mais sous la Tour Eiffel, un légionnaire avait été interpellé puis placé en garde à vue, et condamné à une amende de 1.000 € dont 500 € avec sursis. Son appareil lui avait été confisqué.

En sortant du tribunal, Nans Thomas a envoyé ce SMS à André Rossinot : « Le prix d’un clip de promo mondial de la ville de Nancy n’aura coûté que 400 €». De sa poche.

Saïd LABIDI

 

Pages

Articles similaires

Revue de blog de maxévilleTV semaine 43 : du bruit autour du Totem Materia Prima

Texte: 

Pour notre rubrique "revue de blog", je saisi de nouveau le dossier de matéria prima dont les commentaires circulent sur facebook et le blog de Daniel. Pourquoi matéria prima est au coeur de l'actualité de Maxéville ?

Au mois d'août 2013, j'avais déjà fait un article sur les difficultés que rencontre cette association. Pour les personnes qui ne connaissent pas cette association ,j'avais également fait un article de l'association sur l'annuaire des associations.

Revue de Blog de MaxévilleTV S47 - Les élections municipales

Texte: 

C'est officiel, la campagne pour les élections municipales a débuté. Christophe Choserot a publié son nouveau site internet avec un slogan "maxéville ensemble autrement". Je suis allé visiter le site internet qui remplace maxevilleunnouvelelan. Le précédent site internet restera ouvert mais il n'y aura plus de mise à jour.

Ce nouveau site internet s'intitule simplement www.christophechoserot.fr. On y trouve le programme, quelques mots sur christophe CHOSEROT, Olivier PIVEL, Romain MIRON, Martine BOCOUM et Annie ANDREY-DELRIEU.

Je vous proposerai prochainement une rubrique sur la conférence de presse pour la campagne municipal de Christophe.

Revue de presse : les associations font leur promotion, apéro sur le plateau

Texte: 

Plusieurs communes de l'agglomération Nancéienne avaient organiser leur forum des associations. J'étais en ville à Nancy, et cette année, j'ai pu découvrir différentes associations disperser dans tout le centre Saint Sébastien. Deux vidéos sont disponible sur mon compte face book. Je n'ai pas pu l'intégrer sur le site. FaceBook me bloque.