30px; }
Welcome Visitor:

Décriptage programmes élection municipal Maxéville

Onglets principaux

Texte: 

Me voilà en possession des deux programmes version papier dans ma boîte aux lettres, comme je l'ai indiqué hier soir à Martine Bocoum lors de ses portes à portes avec une partie de l'équipe "Maxéville Ensemble et Autrement" sur le quartier du Champ-le-boeuf, il ne reste plus qu'une seule semaine pour terminer les dernières réunions, les dernières portes à portes, les dernières rencontres.

Pendant cette dernière semaine, je vais décrypter avec un oeil d'habitant ces deux programmes. Je ne suis pas expert en langage politique et n'a suivi aucune formation à ce sujet, et en plus je n'ai aucune conviction politique. Je pars du principe que ce soit l'un ou l'autre, c'est pour oeuvrer pour la commune. Après on choisit le personnage et le programme qui correspond le plus à ses aspirations.

Maintenant, il y a des promesses électorales et la réalité une fois l'élection fini. Chaque candidat dispose de six années pour réaliser, mettre en place leur programme. En 2008, je n'ai pas couvert l'élection municipal. En 2014, il y aura donc une trace de chaque programme pour qu'on puisse se souvenir des promesses et suivre l'évolution de ce programme.

Madame, Monsieur
Le 23 mars prochain, vous allez choisir la nouvelle équipe municipale pour les six années à venir.
J’ai rassemblé autour de moi une équipe de femmes et d’hommes engagés, compétents, dynamiques et disponibles pour notre commune.
Unis par notre passion pour Maxéville, animés ar un projet commun, nous voulons mettre nos expériences au service des Maxévillois.
Vingt ans d’engagement politique et associatif au niveau local, cinq ans de mandat au Conseil Régional de Lorraine, un mandat passé dans l’opposition à Maxéville ont forgé mon caractère,
ont renforcé mes convictions et développé mes compétences.
Ensemble, nous voulons que Maxéville dessine autrement son avenir, qu’elle retrouve sa place
au sein du Grand Nancy et qu’elle soit enfin écoutée. Notre ville a besoin de dialogue et de concertation. Notre projet prend en compte ces attentes.
Ensemble pour Maxéville, nous allons créer une nouvelle dynamique environnementale,
économique, sociale et culturelle.
Nous enrichirons notre cadre de vie, nous valoriserons notre environnement. Nous faciliterons les déplacements et adapterons
les transports en commun aux besoins des Maxévillois. Un climat de confiance et de sécurité sera assuré par une police municipale renforcée et structurée.
Nous développerons la vie associative, culturelle et sportive en redynamisant toutes les énergies. L’information et la communication autour des événements associatifs seront renforcées. Des événements fédérateurs nouveaux et créateurs
de liens marqueront l’originalité de notre ville.
Nous privilégierons l’enfance, renforcerons les solidarités intergénérationnelles et instaurerons une participation citoyenne.
Pour soutenir l’emploi, nous accompagnerons les potentiels économiques de notre commune en
renforçant l’attractivité de ses zones d’activités.
Nous créerons des conditions favorables pour attirer d’autres entreprises. Maxéville est la porte
d’entrée du Grand Nancy, en interconnexion avec le bassin de Pompey. Notre ambition sera de
faire de Maxéville un moteur du développement économique local, une place forte de l’innovation
pour l’emploi de nos concitoyens.
Ce projet valorisera enfin les atouts de notre ville. Maxéville doit retrouver
confiance en elle pour relever
les défis du 21e siècle.
Écoute, concertation et respect de tous animent ma conception de la politique municipale. C’est avec vous que je veux mener mon action.
C’est ensemble et autrement que nous réussirons

Vivre Maxéville Avec Henri Bégorre

Madame, Monsieur, Notre équipe, composée de 29 femmes et hommes engagés pour Maxéville, est jeune, dynamique et renouvelée à 50%. Pour moitié, nous sommes totalement nouveaux en politique locale. Les autres, dont l’expérience et les résultats sont reconnus, maîtrisent parfaitement la gestion et connaissent bien la ville.
Nos engagements personnels ou nos responsabilités, pro-fessionnelles ou associatives, nous rapprochent de vous au quotidien.

Tous, nous sommes au service de l’ensemble des habitants de Maxéville.
Pour choisir les éléments de notre programme, nous vous avons écoutés sur le terrain, lors des réunions publiques ou chez vous, en lisant les commentaires sur les blogs ou en vous rencontrant dans notre quotidien partagé.

Ces échanges ont nourri notre réflexion. Ils nous permettent de vous proposer des orientations et des axes de programme. Bien sûr, ils s’inscrivent dans la poursuite du travail déjà engagé par Henri Bégorre, mais ils sont surtout la première étape d’une nouvelle manière de Vivre Maxéville avec vous.

Vivre Maxéville car le temps des investissements est sans doute derrière nous : la ville est équipée et bien connectée aux nombreuses possibilités offertes sur le territoire du Grand Nancy. Aujourd’hui,le temps est venu de mieux vivre la ville, ensemble.

Vivre Maxéville car la mairie est le service public qui répond le plus largement à tous les besoins de la vie des habitants qu’elle accompagne depuis la naissance jusqu’à leurs plus vieux jours. Le choix de la liste témoigne de la volonté des’adresser à tous, à toutes les générations, à toutes les sensibilités, à tous les besoins exprimés.

Vivre Maxéville car chacun de nous s’engage à favoriser le bien-vivre, le vivre-ensemble, le mieux-vivre en usant de tous les moyens possibles : soutenir le secteur associatif et permettre au plus grand nombre de s’Épanouir dans le bénévolat comme dans la pratique d’activités est l’un de ces moyens. Consolider les services dont les familles ont besoin pour leur permettre de profiter de leur ville est un autre axe qui nous motive. Mais c’est aussi un appel à la participation de chacun :la contribution du plus grand nombre est ce qui fait le mieux battre le cœur de la ville.

Les deux programmes adoptent le format A4 vertical. Pour Maxéville Ensemble et Autrement, Christophe adopte une photo en plan large en train de marcher tandis que pour "Vivre Maxéville", Henri Bégorre opte pour un portrait. Je remarque que la texture du papier de "Vivre Maxéville" est plus tape à l'oeil.

Voici un récapitulatif des axes que chaque candidat propose, nous allons étudier en détail chaque axe et chaque proposition.

  1. Environnement et Urbanisme : valoriser le cadre de vie des habitants
  2. Citoyenneté : associer les habitants
  3. Vie scolaire : favoriser la vie scolaire
  4. Solidarité et Entraide : écouter, soutenir, aider
  5. Cultre et Sports : dynamiser la vie culturelle et sportive
  6. Economie et Gestion : bien gérer notre ville
  1. Agir pour Nos Familles : attentive, familiale et solidaire
  2. Agir pour notre emploie : vivre et travailler à Maxéville
  3. Agir pour notre logement : vivre et habiter paisiblement à Maxéville
  4. Agir pour s'ouvrir sur le monde : vivre la convivialité et l'ambition culturelle et sportive à Maxéville
  5.  Agir pour notre ville durable : durable, citoyenne et participative

Commentaires

Pour une vie culturelle et sportive dynamique et diversifiée Vivre la convivialité et l’ambition culturelle et sportive à Maxéville

Une ville comme Maxéville, mérite un lieu culturel aux potentialités variées, toutes générations et goûts confondus. Le site des Brasseries, trait d’union géographique et culturel idéal avec Nancy, peut pleinement répondre à cette exigence. Il pourra programmer des spectacles, des expositions, des concerts, des conférences, accueillir des écoles des arts du spectacle, promouvoir la culture scientifique, organiser des débats..

Notre ville a des atouts, un tissu
associatif riche et de nombreuses
infrastructures. Notre ambition :
redynamiser toutes les énergies pour faciliter et amplifier une pluralité
d’actions

Désormais, Maxéville est largement reconnue pour son dynamisme sportif et son ouverture culturelle. Ouverte sur le monde, elle a tissé des liens forts avec d’autres villes dont les habitants sont devenus amis.

Ce rayonnement est important pour proposer à chacun des découvertes mais aussi pour multiplier les contacts qui participent au dynamisme économique. Ainsi, la réussite de nos sportifs, quel que soit leur niveau de pratique, la richesse de notre programmation culturelle, la qualité de nos échanges sont autant d’atouts dans le développement communal au service des habitants.

Les propositions

 Penser le partenariat entre les associations, proposer un lieu qui leur sera dédié, par exemple une maison des associations, contribuera à fédérer les énergies, permettra la mutualisation et le partage des moyens matériels Nous renforcerons le soutien aux associations et aux citoyens volon-taires pour que chaque quartier viveà travers des fêtes et des animations familiales.
 Soutenir tous les clubs sportifs présents sur notre territoire témoignera de notre volonté d’équité et de notre souci d’une répartition plus juste des subventions Nous organiserons une concertation des associations sportives pour négocier un règlement d’attribution des subventions qui soutienne équitable-ment la pratique de loisirs comme de compÉtition, et qui valorise un engagement bénévole de qualité
 Accompagner, valoriser la MJC Massinon renforcera les liens qu’elle se doit d’incarner entre les différents quartiers. Nous valoriserons le patrimoine et la mÉmoire de Maxéville

Le découpage de notre ville en différents quartiers éloignés les uns des autres nécessite une attention toute particulière. Cette spécificité conduit au besoin de renforcer tout ce qui touche à l’information, la médiation

 Diversifier les sources d’information, médiatiser avec efficacité, relayer les événements passés et à venir incitera un maximum de Maxévillois à participer à la vie culturelle de notre cité Avec l'appui de l'état, nous poursuivrons le développement du site des anciennes brasseries en nous appuyant sur 3 grands acteurs culturels : la compagnie Matéria Prima, le cirque Gones, le théâtre de la Manufacture
 Permettre à tous les Maxévillois d’identifier les lieux de culture et d’animation de notre ville favorisera l’accès à ces sites et par là même les fera exister Pour permettre aux Maxévillois d’accéder aux équipements culturels nancéiens (opéra, théâtre,...),nous conclurons des conventions tarifaires avec la ville de Nancy
 Faire rayonner les événements organisés sur la ville par les associations, les écoles traduira notre volonté de valorisation et de reconnaissance Nous créerons une instance de réflexion  spécifique avec les habitants pour mieux profiter du Parc de la Mairie et de son extension
 Impulser de nouveaux projets (exposition “des talents” artistes de notre ville, action autour du Livre...), redynamiser les fêtes “historiques” : Saint Nicolas, Fête des
Fraises, 14 juillet illustrera notre volonté de rassembler.

Le choix d’une fiscalité modérée

La taxe professionnelle, supprimée en 2010, a donné une respiration aux entreprises. Cela a correspondu à une grande modification des ressources des collectivités locales. Nombreuses ont été les communes à profiter de ce grand changement pour augmenter significativement les taux des impôts ménage. Maxéville a fait, elle, le choix du maintien d’une fiscalité modérée, tenant compte des possibilités des familles qui bénéficient, par ailleurs, d’une politique d’abattements qui leur est particulièrement favorable

 

Pages

Articles similaires

Mobiliser des fonds pour Maxéville "Vivre Maxéville"

Texte: 
Posté par Vivre Maxéville le 25 février 2014 dans Bilan | Commenter

Près de 200 millions d’Euros pour Maxéville ! C’est le total des interventions des institutions engagées en faveur de la transformation de Maxéville : mairie, Communauté Urbaine, collectivités locales, bailleurs sociaux, etc. Cette mobilisation a permis à Maxéville de se transformer profondément.

En témoigne, la formidable reconquête urbaine du plateau de Haye (des Aulnes-Tour Panoramique au Champ le Bœuf en passant par les carrières), qui voit naître un nouveau quartier avec des équipements neufs (sportifs, scolaires, sociaux), de nouveaux logements, l’installation d’entreprises.

Pour parvenir à ce résultat, il a fallut aller chercher de l’argent auprès des bailleurs de fonds et convaincre, à tous les niveaux, de l’importance de ce projet. Le bilan de cet engagement se traduit par la création d’un éco-quartier unique, primé au niveau national, dans lequel des familles vont vivre paisiblement en bénéficiant d’un environnement de qualité et de services nouveaux qui profiteront à l’ensemble de la ville.

Pour accompagner cette transformation, le rôle des élus maxévillois a également été de convaincre les autorités responsables de l’impérieuse nécessité d’organiser des transports publics qui répondent aux attentes des populations (nouveau lien quartier Meurthe-Lafayette – Champ le Boeuf) et d’équiper la ville de la fibre optique pour proposer aux foyers qui le désirent un accès très haut débit.

C’est le travail du maire et de son équipe de rassembler les énergies et de faire en sorte que la ville bénéficie de la mobilisation de l’ensemble des acteurs. Demain, cette même détermination permettra d’ajuster les services publics aux besoins des habitants.

Maxéville, réunion de quartier : la bicyclette à l'honneur

Texte: 
Compte rendu de l’atelier thématique « vélo » 
Lundi 29 septembre 2014 à 18h30 - Salle du Parc de la Mairie 
Personnes présentes : 
Bruno GUILLAUME, conseiller municipal et animateur de l’atelier vélo 
Didier BONHOMME, conseiller municipal et animateur de l’atelier vélo 
Bernadette STALDER, quartier Meurthe-Canal
Georges BONILLA, quartier Centre 
Nicolas CREUSOT, quartier Meurthe-Canal
Séverine DALLO, quartier Centre 
Patrick LIGNON, quartier Centre 
Jean-Pierre ALLARD, quartier Centre 
Lucas VAHIDIAN, quartier Centre 
Bernadette BEDEL, conseillère municipale, quartier Champ le Bœuf
Céline ROUSSEL, mission Participation citoyenne – Mairie de Maxéville
 
Excusée : 
Madame Ypek YURDAGUL, quartier Centre 
******** 
Monsieur Didier Bonhomme remercie les personnes présentes. Est rappelé que ces ateliers 
thématiques sont issus des préoccupations / demandes des maxévillois ayant été abordées 
lors des conseils de quartier organisés en mai et juin derniers. 
Monsieur Bonhomme propose que cet atelier se déroule en trois temps : 
1. Tour de table des participants et présentation par chacun de sa pratique du vélo 
2. Echanges autour des freins à lever pour une meilleure pratique du vélo 
3. Conclusion de la rencontre et échéance / contenu à venir
 
1. Tour de table des participants autour de leur propre usage du vélo 
Didier Bonhomme : Cycliste urbain - pratique du vélo de ville - VTC / intérêt pour le vélo 
depuis longtemps / fait partie des organisateurs de « vélorution ». Pas assez 
d’aménagements cyclables / manque de sécurisation et pas assez d’actions émanant des 
pouvoirs publics. 
Bruno Guillaume : Conseiller municipal et membre de la commission urbanisme. Est cycliste 
depuis quelques années et utilise son vélo tous les jours dans le cadre des déplacements 
maison / travail. 2 
Nicolas Creusot : se déplace à vélo depuis plus de 10 ans. Utilisation quotidienne pour tous 
les déplacements et utilisation pour le plaisir + dispose d’un vélo pliant / respect des stops et 
feux rouges – roule très rarement sur trottoirs / arrêt quand piétons. S’impose face aux 
véhicules / vélo équipé de rétros / nécessité d’anticipation. 
Jean-Pierre Allard : utilisation du vélo comme un outil de balade - choisit ses jours pour aller 
au travail en vélo (jusqu’à Pixérécourt). 
Lucas Vahidian : il faut inciter les gens à se déplacer à vélo.
Patrick Lignon : se déplace en vélo pour aller travailler. Problème sur la rue de la République 
dans le sens montant d’où utilisation du trottoir (idem Monsieur Vahidian) + carrefour mal 
aménagé + problème de pollution. Le vélo : c’est un apprentissage : le vélo s’apprend (dixit
Monsieur Allard). Former les enfants (et les autres) fait partie de la vie du vélo dans une 
commune. 
En ce qui concerne les travaux rue de la République, le tracé est arrêté mais pour autant les 
aménagements ne le sont pas. Une place toute particulière sera laissée aux vélos. 
Didier Bonhomme : des cours pratiques de vélo existent dans les écoles mais de manière 
très ponctuelle. Il faudrait se caler sur les dates « nationales » liées à la pratique du vélo et 
organiser d’autres manifestations. Et à Madame Dallo d’ajouter que le vélo pourrait faire 
l’objet d’un atelier NAP. 
Séverine Dallo : pratique du vélo occasionnelle. A un fils qui a 7 ans et qui est prêt à 
enfourcher son vélo. Pour autant, ne le souhaite pas car présence de nombreux endroits 
dangereux et non sécurisés. 
Bernadette Stalder : habitant le quartier Meurthe-Canal et retraités, Madame et Monsieur 
pratiquent le vélo de plus en plus souvent. Ils prennent en priorité les pistes cyclables – 
utilisation du vélo loisir. Admiration envers leurs petits-enfants qui ont le réflexe – 
contrairement aux adultes parfois – de mettre un casque. Le vélo aujourd’hui fait partie de 
leur vie. 
Georges Bonilla : habite rue R. Denauds et retraité depuis peu de temps. Pratique de plus en 
plus le vélo pour la promenade. Retrouve avec bonheur le vélo qu’il a pratiqué étant jeune. 
N’aime pas faire du vélo en ville. Est admiratif des cyclistes qui roulent à double-sens aux 
heures de pointe ! 
 
2. Les freins liés à la pratique du vélo 
Didier Bonhomme : 
- discontinuité du marquage au sol : « la rue est prévue pour les bus, les piétons, les 
voitures, mais les vélos roulent aussi sur la route » 
- Nécessité de faire rapidement quelque chose au niveau du rond point du Super U. 
- En terme de sécurité : il appartient aux pouvoirs publics de faire les gestes 
nécessaires afin que la rue appartienne aux vélos, aux transports publics, à tout le 
monde…. Il faut que la rue reflète la population présente. 3 
- Plus les cyclistes seront nombreux sur la route, plus les voitures prendront en compte 
les cycles. 
- Adhésion à la FUBICY : association française des usagers de la bicyclette 
- Il existe des codes de la rue 
- Aujourd’hui en ville, tout est pratiquement en zone 30. En ville et à vélo, on va plus 
vite qu’en voiture. 
Lucas Vahidian : tous les cyclistes ne sont pas de nature à s’imposer. 
Bruno Guillaume : prend les double-sens cyclables (c'est un sens unique pour les véhicules 
motorisés mais ouvert à la circulation des cyclistes dans les deux sens) et emprunte les 
voies de bus et essaie de respecter le code de la route. Même remarque que Monsieur 
Bonhomme en ce qui concerne la discontinuité du marquage. 
En ce qui concerne les transports en commun et notamment en site propre (exemple ligne 
2) : l’espace réservé aux bus est plus large afin de laisser de l’espace aux vélos. Ces 
derniers peuvent circuler si présence d’un pictogramme. A Monsieur Bonhomme d’ajouter 
d’utiliser ces voies de bus même en l’absence de pictogramme. Des cyclistes renversés par 
des chauffeurs de bus reste un fait très rare. 
Intervention de Bernadette Bedel : problème des cyclistes dans la nuit. Existe-t-il une 
législation sur le port du gilet fluo ? Réponse lui est apportée : en ville NON en campagne 
OUI. 
Nicolas Creusot : le gros point noir pour le cycliste est que ce dernier n’est pas vu par les 
automobilistes. Une éducation énorme est à faire au niveau des cyclistes pour les 
convaincre de s’équiper. Il faut jouer sur la loi du groupe. A 2-3 cyclistes, on impose plus que 
tout seul. 
Chacun doit faire des efforts. « Faisons attention pour que nous fassions plus attention à 
nous ! ». 
Il est mentionné que de nombreux systèmes existent – même sans pile afin de mieux se 
faire voir. 
Le casque est recommandé mais pas obligatoire. 
 
Les points noirs qui ressortent le plus sont : 
- l’équipement du cycliste 
- l’éducation du cycliste. 
- l’absence / le manque d’aménagement (discontinuité marquage par exemple) 
 
3- Autres points : 
- Le « tourner à droite » sur les feux permettant aux vélos de prendre de l’avance sur 
le flot de voiture dès que le feu se met au vert : où pouvons-nous en mettre sur 
Maxéville ? 
- Rejoindre Champ le Bœuf à vélo ? Sur la ligne 2 sur certains horaires, possibilité de 
mettre le vélo dans le bus. Monsieur Guillaume demande si quelqu’un a déjà testé. 
Madame Stalder va faire le test. 
- Extension du réseau vélo stan : les stations les plus proches sont aux 3 maisons et à 
la fac de lettres. Des demandes ont été faites à plusieurs reprises au cours de la 
période 2012-2013. Créer de nouvelles stations aujourd’hui n’est pas envisageable. 
D’autant plus qu’une distance de 500m doit séparer deux stations. Le contrat avec 
Decaux prend fin dans trois ans. 
- Le problème de parking non aménagé, le problème du stationnement devant les 
commerces : à inclure dans les réflexions sur les objectifs de l’association de 
commerçants qui sera créée à Maxéville en début d’année prochaine (arceaux 
devant les commerces) / idée de faire un auto-collant autorisant le stationnement du 
vélo dans les commerces ? 
- Le vélobus : système sécurisant pour les enfants – rejoint la problématique du 
stationnement des vélos dans les écoles / à mettre en place pour les enfants de la 
Balance ? 
 
4- Suite à donner / échéance à venir : 
Messieurs Guillaume et Bonhomme proposent que la prochaine réunion se fasse à vélo pour 
tester les différents accès et trajets du carrefour central en vue de faire des propositions 
d’aménagements cyclables sur le futur projet. 
Chacun est également chargé de repérer : 
- Les feux pouvant accueillir un tourner à droite, 
- Les marquages cyclistes et les indications qui manquent, 
- Les parkings pouvant accueillir des arceaux. 
La réunion est levée à 20h - Le compte rendu sera envoyé à chacun des participants et sera 
mis en ligne sur le site de la ville. 
Sites utiles : 
 

Vivre paisiblement de "Vivre Maxéville"

Texte: 

Ne disposant pas de vidéo sur la proposition "vivre paisiblement" du candidat Henri Bégorre pour "vivre Maxéville". Je fais un copier coller sur ce site d'après le blog de campagne, en ajoutant une information supllémentaire sur une délibération trouvé sur internet.

Chacun aspire à la tranquillité dans sa ville. Maxéville s’est engagée, très tôt, dans le dispositif du Contrat Local de Sécurité Intercommunal, tout en multipliant les initiatives propres à son territoire : local de la police municipal largement accessible, brigades équestres de police municipale, intervention d’ASVP, actions d’animation et de prévention, etc.

Aujourd’hui, le projet de la liste « Vivre Maxéville » est de consolider les mesures déjà engagées en s’appuyant sur le dispositif intercommunal et notamment :

- en promouvant l’implantation d’une Maison de Justice et du Droit sur le plateau de Haye,

- en instaurant un Groupe Local du traitement de la Délinquance pour une meilleure prise en charge de la délinquance dans les quartiers dits sensibles,

- en installant la vidéo tranquillité sur la voie publique pour améliorer la sécurité des biens et des personnes,

- en renforçant la synergie entre acteurs et en mettant en place un Observatoire de la délinquance.