Welcome Visitor:

Les bulles aux brasseries édition 2014

Onglets principaux

Texte: 

Pour cette quatrième édition des bulles aux brasseries au Totem sous le thème des champignons, je suis allé filmer ce spectacle d'improvisation. D'habitude, c'est Christine qui se charge de la captation mais je voulais utiliser deux caméras pour rendre le spectacle plus réaliste lors de la diffusion.

Le problème d'une captation de spectacle est la prise de son. Les artistes n'utilisent pas de micro et de plus ils sont quatres, et puis il n'est pas nécessaire puisque nous ne sommes pas dans une configuration de concert. J'ai alors placé une caméra au coin de la scène pour capter au plus près le son. Et la caméra au fond de la salle me sert de vue d'ensemble.

Concernant le spectacle, le public a très bien réagi. J'avoue que l'improvisation est une difficulté lors d'un spectacle car il faut que le rythme soit présent. L'avantage est que les artistes se connaissent et peuvent réagir rapidement face aux différents dessins que proposent Peb et Fox.

Le spectacle a durer environ une heure vingt minutes. Et j'ai passé un très bon moment à regarder ce spectacle en trois volet : une improvisation, une histoire, une improvisation et comme le public en voulait encore, les artistes ont terminé par une histoire.

Je vous propose en avant première la première partie du spectacle et à partir de lundi, ce sera la deuxième partie. En tout cas, le public était au rendez vous, la salle était rempli au trois quart.

 

Articles similaires

Mamma mia à Maxéville

Texte: 

Ce samedi, je suis allé au Zénith de Nancy qui est situé sur le plateau de Maxéville pour prendre quelques photos du spectacle de mamma mia mais je n'ai pas pu prendre les photos du spectacle car je suis resté uniquement pour la présentation du véhicule ASX de chez Mitsubishi.

Je trouve que c'est dommage de disposer d'un zénith et de ne pas avoir une large programmation sur ce site. J'ai rencontrer rapidement le direteur du zénith mais comme les gens commencaient à arriver pour la séance de 15h je n'ai pas pu proposer une participation vidéo de mon association. J'aurais pu ainsi faire un reportage sur chaque événement du zénith. C'est promis quand je serais à la retraite j'aurais plus de temps ou alors il faut que je forme une personne pour cela.

J'ai déjà tenté l'expérience mais sans résultat car on ne s'improvise pas caméraman et journaliste en même temps sauf moi. En repartant du Zénith, je me suis arrêter sur le chantier de la futur salle de fête de Maxéville. ET ej trouve que les travaux n'avancent pas rapidement depuis ma dernière visite au mois d'août. Je voulais prendre des photos pour avoir un historique mais à quoi bon, il y a vait des grillages et j'étais trop bien habillé pour me salir et passé au dessus du grillage au risque de me faire mal.

 

Dépouillement élection municipale Maxéville 2014

Texte: 

Dimanche mars avait lieu le dépouillement de l'élection municipale 2014 de Maxéville à la salle du parc à partir de 18h. C'était la première fois que je me rendais à un dépouillement. Lorsque je suis arriver, il y avait déjà du monde, et au fur et mesure que le temps passait, les gens arrivaient de plus en plus.

Nous connaissons le résultat, et j'ai voulu avoir une archive de cet événement important de la commune. Il s'avère donc que Christophe l'ai emporté. Ne souhaitant pas me mélanger avec qui que ce soit, je suis rester tranquillement dans mon coin en attendant le résultat. J'ai pu ainsi voir l'évolution des visages à chaque coup de téléphone que recevaient les élus que ce soit de droite ou de gauche.

Au début, l'atmosphère était tendu. C'était pas la joie et c'est normal. Une fois le résultat tombé, l'équipe de Henri Bégorre a fait un QG dans la cuisine pendant une bonne demi-heure avant de prendre la parole. Je n'ai pas pu accéder dans la cuisine pour filmer, seule la journaliste de l'Est républicain recueillait les propos.

C'est pas grave car j'ai pu prendre dans le vif, les propos de Christophe, une fois le résultat connu. Ce dont je peux témoigner est que lorsquele maire a dû faire l'annonce officiel, sa voix était très basse : un coup dur.

Les partisans de Christophe ont crier leur joie, leur victoire pendant que de l'autre côté, c'était le silence. Il n'y avait aucune retenu face à la victoire de Christophe, lui-même déclare que c'est historique pour Maxéville. Ca tombe bien puisque, j'étais présent et nos enfants pourront voir cette vidéo pour revivre ce moment historique.

Je pensais que le résultat aller se faire rapidement mais cela ne fut pas le cas. Le tableau présent dans la salle pour le récapitulatif des résultats n'a pas été utilisé. Une fois l'annonce officiel effectué, l'équipe de Henri Bégorre s'est rétiré de la salle. Après, j'ai vu une vidéo de "Maxéville Ensemble et Autrement" fêtait leur victoire dans la joie et la danse. Christophe est un danseur dont ne soupçonne pas le talent.

Dimanche 30 mars 2014 aura lieu la cérémonie de passation de pouvoir entre Henri Bégorre et Christophe Choserot. Mercid  à Daniel de nous informer via son blog. Par contre Dimanche, je ne suis pas disponible pour me rendre à la mairie, j'organise l'anniversaire de ma fille avec la famille. Il y aura bien quelqu'un pour filmer ou prendre des photos pour qu'on puisse les voir par la suite.

Source Blog MaxDany

Les danseurs de la MJC en République Tchèque !

Texte: 

Notre jeune couple de danseurs de la MJC Massinon ont participé le 31 octobre 2014 au championnat du monde de danse à Libérec en République Tchéque. Ils ont pu partciper à cette competition car depuis juin 2014 ils sont les champions de FRANCE de cette catégorie.

La competition internationnale se déroulée du 29 octobre au 2 novembre 2014 et reunissant plus de 4500 danseurs dans de trés nombreuses catégories allant des danses de salon jusqu’au hip-hop en passant par la dance show ou les claquettes. Nos danseurs agés de 9 et 11 ans ont concouru dans la catégorie : ARTISTIC SCENIC DANCE SHOW DUO JUVENIL. Leur chorégraphie sur le thème Pirate des Caraïbes mélangeant des pas de Cha-cha et de zouk leur a permi d’etre médaillés à la 5ème place du championnat du monde sur 10 couples inscrits et 8 classés.

Didier Marchal leur professeur de danse (et juge internationnal) est content de leurs résultats pour une première participation a une competition de cette envergure surtout que nos danseurs ne font pas parti d’une école de danse et étaient les seuls participants faisant partie d’une MJC avec 1 seule heure de cours de dance show par semaine . Ashley et Noah tiennent a remercier Didier Marchal , la MJC Massinon et la ville de Maxéville pour leur soutien lors de cet événement ainsi que leurs parents qui n’hesitent pas à les accompagner partout en France et desormais meme à l’etranger pour les différentes competitions afin de pouvoir continuer a vivre leur passion de la danse.

Blandine BOUALAOUI photo : Ashley Lan et Noah Boualaoui accompagnés de leur Professeur de danse Didier Marchal

Le démantèlement du Totem à Maxéville

Texte: 

 

Après 15 ans d’effervescence, la friche culturelle emblématique s’efface sous une dernière couche de blanc…

Un coup de rouleau, deux coups de rouleau, un troisième et c’est fini. La truffe du Mickey obèse et trash disparaît sous une couche de peinture blanche. Plus loin, la grande fresque de Flow est déjà engloutie, et les murs jaunes et noirs en passe de disparaître, eux aussi sont grignotés par la lèpre blanchâtre… Janvier 2015, le Totem s’efface, au sens propre.

Promis à fermeture pour le 31 janvier, cette friche culturelle qui a vu battre ce morceau de Maxéville d’un pouls singulier depuis près de 15 ans sera rendue telle qu’en elle-même.

« Telle qu’on l’a trouvée à notre arrivée », promet Didier Manuel, l’un des fondateurs de ce « Territoire Organisé Temporairement en Espace Merveilleux » avec la compagnie Materia Prima qui, elle, a été liquidée l’été dernier.
« Pour du temporaire, ça aura tout de même duré quinze ans ! »

Las de résister

Didier Manuel, souvent monté au front ces derniers mois pour tenter de sauver ce lieu né d’un squat artistique avant de devenir une institution underground, tente à présent de prendre les choses avec une certaine philosophie. « Après tout, ça fait deux ans que je fais du travail de résistance et ça n’a rien d’agréable. Si c’est juste pour résister au maire de Maxéville, Christophe Choserot, qui ne voit aucun intérêt à notre action (pas plus d’ailleurs que l’ensemble des politiques locaux), je ne vois pas l’intérêt. »

Néanmoins, lui et une dizaine de bénévoles ne se contenteront pas de fermer une dernière fois la porte. Tout ce qui faisait l’identité du Totem est appelé à disparaître. L’équipe récupère son propre matériel, les éléments recyclables (cumulus, portes coupe-feu, etc.) sont récupérés pour un éventuel projet à venir (« Je n’exclus pas de remonter quelque chose quelque part »), et deux couches de peinture finiront de neutraliser les lieux. « Lorsqu’on a commencé à squatter ici, j’avais promis au maire de l’époque qu’on rendrait l’appartement en état », explique Didier Manuel. « Par ailleurs, c’est un projet artistique. Si quelqu’un voulait le conserver, il n’avait qu’à payer. D’autant que ça fait 15 ans qu’on travaille comme des bagnards là-dedans, sur le mode bénévolat. »

« Issue tragique »

Les cartons de déménagement se rempliront sans excès d’amertume. Le bilan est plus que flatteur. 
En 15 ans se sont montés sept festivals Souterrain, un nombre incalculable de performances et de soirées, cinq Cabarets rouges, cinq Beat Paradox, une vingtaine de soirées No Access, trois festivals « Pas de fumée sans feu » et des soirées en veux-tu en voilà. 
« Une aventure ultra-positive dont l’issue est tragique », conclut Lukas Zpira, artiste globe-trotter qui enregistre les dernières pages de l’histoire totémique à destination d’Arte.

« Il y a un aveuglément évident du monde politique, qui n’a toujours pas compris qu’ici était né un lieu d’une ampleur unique en Europe, ne serait-ce qu’en terme d’énergie. » 
Cette même énergie est mise cette semaine, pinceau en main, une dernière fois à contribution.

Article de l'est républicain Lysiane GANOUSSE

 

Questions à - Maire de Maxéville - Christophe Choserot

« Avant toute chose, il faut en passer par une pause technique. Car pour l’instant, on n’est pas du tout aux normes »

La ville de Maxéville étant propriétaire des lieux, la balle est désormais dans le camp du maire, Christophe Choserot, pour décider de l’avenir de l’édifice sur le point d’être fermé. Interview.

Qu’est-ce qui va être mis en place dans l’avenir immédiat sur le site autrefois occupé par le Totem ?

Avant toute chose, il va falloir absolument en passer par une pause technique. C’est qu’actuellement, on n’est pas du tout dans les normes (Ndlr : ne serait-ce que sur le toit, on a recensé une quarantaine de points de fuites). Il faut donc remettre bon ordre à tout ça.

Un chantier qui risque de se chiffrer en dizaines de milliers d’euros…

En effet, ça risque d’être très cher. Or on sait dans quel état de délabrement sont les finances de Maxéville, ça va donc être compliqué. Ce n’est d’ailleurs pas forcément à notre seule commune de devoir en supporter le coût…

Et une fois cette remise aux normes accomplie, peut-on espérer que le lieu reprenne vie ?

Oui, il y a quelque chose à faire ici, j’en suis persuadé. Mais en revanche, je n’ai aucune envie de mettre en place une régie municipale sur l’exemple du théâtre Mon Désert à Nancy.

Une idée de la forme que pourrait prendre cet avenir ?

Commençons par nous poser tranquillement. Je ne veux pas faire n’importe quoi. On lancera probablement un appel à projets et je serai ouvert à tout type de proposition. Mais d’abord, une pause technique, c’est impératif.

Propos recueillis par L.G.

Article de l'est républicain

Sortie carnavalesque du comité de jumelage

Texte: 

L'emblématique carnaval de Ramstein-Miesenbach fait partie des incontournables de la saison, une des sorties du calendrier du comité de jumelage de la commune qu'il ne faut pas manquer.

Cette année encore la présidente Gisèle Vatry avait jugé bon d'affréter deux cars pour y rallier la ville de Rhénanie-Palatinat. Bingo le succès était au rendez-vous. Preuve que le jumelage avec Ramstein est très actif car les Maxévillois apprécient les échanges réguliers que les communes organisent. En ce jour de Mardi gras, le départ était donné à 8h30 pour les joyeux participants du Centre, des Aulnes et du Champ-le-Boeuf.

Deux heures plus tard, les Maxévillois étaient accueillis chaleureusement par un élu et une équipe de bénévoles pour un petit déjeuner très copieux. La délégation maxévilloise a pris le temps de soigner ses déguisements et de faire quelques emplettes au centre-ville. Vers 14h, ils ont rejoint le char de la ville de Maxéville qui était sur place depuis la veille grâce à Jean-Paul Garnaud et Dominique Fritsch qu'il convient de féliciter.

Annie Delrieu,maire adjointe, Jean-Luc Tritz l'ancien président du comité de jumelage, et Gisèle Vatry ont été reçus par la municipalité de Ramstein-Miesenbach qui leur a remis la médaille du carnaval.

c'est finalement dans un joyeux tintamarre que tout ce petit monde a défilé à travers la ville au milieu d'une centaine de chars et de la  foule. PLusieurs élus ont participé à cette mémorable journée qui s'est achevée à la salle des fêtes par un grand bal carnavalesque chaleureux et endiablé avant de reprendre la route pour retrouver la Lorraine en soirée.

Prévention santé pour les scolaires

Texte: 

Pour une première, le parcours du coeur, piloté par le Club Coeur et Santé et par la ville, a connu un franc succès, mardi après-midi, dans le parc de la mairie.

"Cette année, nous avons les classes de CE2 de l'école André-Vautrin, la Croix-Rouge qui organise une sensibilisation aux gestes de premiers secours ainsi qu'un atelier d'initiation au massage cardiaque et l'association Du Jardin qui anime un stand d'information sur les fruits et le légumes", observait, avec satisfaction, Bernard Ricci,maire adjoint délégué à la scolarité.

Le président du Club Coeur et Santé, Gérard Geoffroy, a proposé aux enfants des tours de parc pour insister sur les bienfaits de l'activité physique pour lutter contre la sédentarité et la prise de poids.

"Sans doute que les petits Maxévillois ont une bonne alimentation car, contrairement à la tendance (un enfant sur conq souffre de surcharge pondérale), nous n'avons pas noté de problème de surpoids parmi nos élèves", ont confié les enseignantes, Marie-Claire Jacquot et Hélène Vigneron. Non seulement l'opération s'inscrivait dans la continuité de la session de 6 semaines proposée par le Club Coeur et Santé, dans le cadre des animations périscolaires à Maxéville (NAP) mais elle collait aussi parfaitement aux programmes scolaires de sciences et d'instruction civique.

Un gamin s'étonnait qu'un "millefeuille" représente l'équivalent de quatorze sucres ! D'autres facteurs de risques pour le coeur, comme le tabac ou l'alimentation et les moyens de s'en prémunir, leur ont été présentés.

Les bénévoles de l'association Du Jardin, Francis Babé et Pascal Beaucourt, proposaient des petits jeux pour faire découvrir certains fruits et légumes et des nouvelles saveurs aux enfants en leur expliquant l'importance d'une nourriture équilibrée avec un bon conseil à ne pas perdre de vue : manger cinq fruits et légumes par jour.

L'animation s'est achevée autour d'un goûter léger.

 

Article de l'est républicain

 

La fête des fraises édition 2015 : mon avis !

Texte: 

L'édition 2015 de la fête des fraises a frappé fort en commençant les festivités dès le vendredi soir avec le loto au complexe Léo Lagrange au champ-le-boeuf (le haut du plateau de Haye) animé et organisé par les bénévoles du Comité des Fêtes.

Il y avait plus de 200 inscrits mais tous ne sont pas venus. De superbes lots à gagner dont un superbe ordinateur portable, la soirée a fini vers minuit mais moi j'étais déjà au lit pour être frais les samedi. Le samedi il y avait beaucoup d'événements sur tout le territoire de Maxéville. Je n'ai pu hélas prendre des archives vidéos de ces différentes manifestations et surtout de la soirée dans le parc car j'étais en animation. Cependatn ne vous inquiétez pas, je suis en train de regrouper toutes les photos sur un seul album.

Le dimanche étant disponible, je propose à ma famille d'aller faire un tour au parc pour la fête des fraises et finis par y aller seul en moto, ce qui est plus pratique pour se garer. Je me gare derrière la mairie et commence mon parcours avec la découverte de la brocante organisé par le FC Maxéville club qui était debout depuis 5h du matin pour organiser cette brocante. L'heure où pratiquement je commençaisà fermer les yeux pour trouver les bras de morphée. Le parcours de la brocante encadre en forme de U le parc de la mairie, très pratique de regrouper toutes les manifestations.

Au premier stand d'arrêt, je me retrouve à déguster des fraises de jardin de "le jardin de Maxéville" tenu par Michel Hislen. Pauvre homme que je suis de ne pas savoir qu'il y avait plusieurs variétés de fraises. (Pause déjeuner). Ne me demandez pas de citer le nom des espèces des fraises que j'ai goûter, je ne me souviens plus. La seule chose que  je me souvienne est que chaque espèce avait un goût différent, plus sucré moins sucré.

J'arrive à l'entrée du parc et remarque un manège étrange. Le même manège que lors de l'inauguration

 du marché des producteurs tous les jeudis à la Brasserie. Sauf que je ne me suis pas rendu compte que pour faire fonctionner le manège, il fallait pousser les hydrauliques comme vous pouvez le voir sur la vidéo. En tout cas, toute au long de la journée, le manège n'a pas arrêter de fonctionner.

 

ion vers le jardin des sens à la salle Leclerc dans le parc de la Mairie, L'association Jeux et tartine a installé son campement de test des 5 sens. J'ai testé et malheureusement, je n'ai pas pu découvrir la totalité des odeurs proposer et j'ai pas voulu toucher des trucs dans les boîtes pour le sens du toucher. Trop peur ? Non !!

Pendant ce temps là, la MJC Massinon a pris place sur la scène pour une démonstration de son atelier cirque. D'ailleurs, n'oubliez pas que c'est bientôt les galas de fin d'année de la MJc au cilm. J'ai échangé quelques mots avec la société venat des vosges qui s'occupait de la sonorisation ainsi que la présidente de l'AFTC dont j'avais lu quelques articles sur l'est républicain. Et juste à côté de ce stand, j'ai joué une partie de jeu organisé par la MJC pour finir dernier.

J'ai cherché ensuite Jean Christophe le président de Max InterGénération pour discuter avec lui mais il était indisponible. En passant devant le stand des amis des enfants du monde, je me rend compte que ce nom me disait quelque chose puisque je dois animer une soirée pour eux courant septembre. Comme quoi le monde est vraiment petit si on prend la peine de le découvrir.

Sur le stand de Jeunes et Cités, j'ai pris 3 tickets de tombola pour un séjour à EuroDisney afin de contribuer à la manifestation, toute comme la dégustation de brochette de fraise à l'ananas effectué par AQCA, et les tartelettes de fraise gérer par ASAE Francas. Le club aquariophile s'occupait de la boisson et de la restauration, plus de 200 kilos de frites furent nécessaire pour accompagner les 700 saucisses. La restauration fût littéralement dévalisé, la faute à la chaleur et au bon climat. 

Enfin, j'ai contribué à ma façon à la fête des fraises en faisant le mini service pour le jury qui devait sélectionner la meilleure tarte à la fraise parmi les neufs proposées. En conclusion, j'ai passé un agréable après-midi à voir un parc animé, de superbe expositions, manifestations. Il y avait quelques personnes mécontentes de cette fête. Mais une fois que j'ai identifié ces personnes, ce n'était pas du tout des jeunes. J'ai du respect pour des personnes âgées mais parfois ceux-ci oublient aussi que le respect doit être réciproque. Il faut vraiment être difficile pour ne pas dire autre chose pour ne pas se rendre compte des efforts incroyables pour organiser cette fête.

De toute façon on ne peut pas satisfaire tout le monde. La seule chose que je n'ai pas vu durant la journée est l'ancien maire. Sans doute est-il passé à un moment où je n'étais pas là. Mais j'ai pu discuter agréablement avec Benjamin, chose rarissime car ce jour j'avais le temps. Je devais rentrer uniquement parce que j'ai épuisé ma batterie de téléphone et parce que j'avais faim. Il n'y avait plus de frites et sandwiches......