30px; }
Welcome Visitor:

Pimax N°259 avril 2013

Onglets principaux

Commentaires

Jacques Ouezmane a pris ses fonctions de
directeur général des services (DGS) le 1er mars
dernier. Il succède à Hacen Alleg, appelé vers
un nouveau projet de vie. Ce nouveau DGS
connaît bien Maxéville puisqu’il était chef de
projet rénovation urbaine pour l’écoquartier du
Plateau de Haye à la Communauté urbaine du
Grand Nancy depuis huit ans. Sa connaissance
approfondie du territoire et de ses habitants
constitue un bel atout pour notre ville.
Un nouveau directeur général
des services à la Mairie
Jacques Ouezmane a en charge l’administration
générale de la Mairie, une mission qu’il souhaite
remplir en accompagnant, avec une attention
toute particulière, "la constante adaptation des
services municipaux aux enjeux de cohésion
sociale, de développement économique et de
développement durable, tout en tenant compte
des particularités de la commune".
Il sera prochainement amené à rencontrer
associations, familles ou encore entreprises !

Le service périscolaire en liquidation judiciaire

L’association Relais-Centre en charge des
services périscolaires de Maxéville a été mise
en liquidation judiciaire le lundi 11 mars. Henri
Bégorre a été obligé de bricoler dans l’urgence
une solution pour maintenir un service.
Mais comment en est-on arrivé là ?
Petit retour en arrière, la municipalité s’est toujours
refusée à mettre en place un vrai service public
de l’enfance et par conséquent a fait le choix de
déléguer la gestion à des entités extérieures.
Avant l’association relais, c’était la Fédération
des OEuvres Laïques (FOL) qui assurait la gestion
du périscolaire. Lors du renouvellement de la
convention, le Maire a préféré se séparer de
la Fédération des OEuvres Laïques pour choisir
l’association relais qui, il est vrai, proposait des
tarifs défiant toute concurrence.
à l’époque, nous avions alerté la majorité
municipale sur la sincérité de l’offre tarifaire présentée
par cette association. Nous avions aussi
informé le Maire que l’association Relais était
en conflit avec de nombreuses municipalités et
qu’elle ne répondait pas aux exigences minimales
de sérieux requises pour l’encadrement
d’enfants. Dans cette affaire, la qualité de service
a été sacrifiée sur l’autel de l’argent et du tarif
minimal. Résultat : ce qui devait arriver, arriva,
une association en liquidation judiciaire et un
service périscolaire recasé dans l’urgence dans
une association satellite de la Mairie "ARCADE" qui
va assumer l’encadrement des enfants. Je rappelle
que "ARCADE" est une association d’insertion de
personnes en difficulté bien loin du périscolaire.
à ce jour 4 animateurs ont déjà jeté l’éponge.
Nous avons ici le résultat une fois de plus de la
politique d’Henri Bégorre. Il y a le côté face,
la vitrine que l’on vous montre dans le journal
municipal, une pleine page d’autosatisfaction
sur la politique de l’enfance à Maxéville et
le côté pile, la réalité que vivent les maxévillois,
une politique de bricolage, sans cap et surtout
sans la volonté de mettre en place un service
périscolaire de qualité sur notre commune ce que
nous demandons depuis le début du mandat.
Il y a quelques temps lors d’un conseil municipal,
on m’avait indiqué au sujet du périscolaire
et des propositions que le groupe de gauche
avançaient" ...Vous l’avez rêvé, nous allons le
faire..." Je crois qu’il ne parlait pas de l’un de nos
rêves mais plutôt de l’un de nos cauchemars.
 

Un certain nombre d’inepties et
autres remarques infondées ont été
énoncées. Nous nous permettons
donc, dans un souci de parfaite
information, un droit de réponse
afin que les vérités soient rétablies :
Ce qui pour les familles aurait été un
vrai cauchemar, serait de ne pas avoir
assuré les services périscolaires (cantine
et garderie) pour les 350 enfants
accueillis chaque jour par la Mairie.
Le 11 mars dernier, le Tribunal de
Grande Instance a mis en liquidation
judiciaire l’association "Relais Lorraine
Centre" car aucune association n’a
voulu reprendre cette structure.
Ce qui importait à la Municipalité,
c'était avant tout la continuité
du Service Public afin que ni les
enfants ni leurs familles ne soient
impactés, mais aussi que l’ensemble
des animateurs "Relais" voient leurs
emplois préservés.
Deux réunions, présidées par Henri
Bégorre, avec la présence de la CGT,
se sont tenues en Mairie afin de
trouver ensemble une solution viable,
répondant à l’urgence de la situation.
La seule association capable de
reprendre immédiatement la suite
était "Arcades". Il s’agit là d’une
réponse provisoire, afin de se donner
le temps de relancer une consultation
ouverte à tous et de trouver le meilleur
prestataire possible. Rappelons que
l’association Relais avait été choisie à
l’unanimité comme "mieux disant"
en application du Code des marchés
publics, lors de la Commission d’Appel
d’Offres du 5 juillet 2010.
La réalité, c’est que nous avons préservé
non seulement 15 emplois, mais
également fait en sorte que les parents
d’élèves ne se retrouvent pas euxmêmes
dans une situation compliquée
vis-à-vis de leur employeur.
La réalité de la Politique de l’Enfance
à Maxéville, c’est une nouvelle
restauration scolaire, une nouvelle
ludothèque, un nouveau Relais
d’Assistantes Maternelles, le soutien
à la crèche Pumückl, des animations
pour les enfants et leurs familles, des
aides aux loisirs...
La réalité n’est pas toujours rose,
et nous l’assumons...
Henri Bégorre
Maire de Maxéville
1er Vice-Président du Grand Nancy

 

Pages

Articles similaires

N°133 PiMax octobre 2001

Texte: 

Maxéville célèbre l’année Jean Prouvé. Tout a débuté par une histoire d’amour entre Jean Prouvé et Maxéville : C’est dans notre commune qu’il a choisi de travailler et d’implanter son usine. Bien des années plus tard, passant outre la rancune, il y est revenu pour participer à l’inauguration de la zone d’activité installée sur l’ancien site de son usine et qui, pour lui rendre hommage, porte toujours son nom. C’est en souvenir du lien très fort qui la liait à cet entrepreneur humaniste que la ville de Maxéville a tenu à s’associer pleinement aux manifestations organisées à Nancy pour la commémoration du centenaire de la naissance de Jean Prouvé.

N°182 PiMax mars 2006 - Carnaval des enfants

Texte: 

Comme annoncé le mois dernier, le PIM a pris des couleurs et devient PiMax ! Chez vous, chaque début de mois, comme depuis 1989 vous y retrouverez l’actualité de notre cité, à la Une et sous forme d’un dossier différent traité à

N°199 PiMax Octobre 2007

Texte: 

Maxéville : Hier, aujourd’hui et demain. Cette formule reflète l’ambiance qui a régné au dernier TMZ (Tout Maxéville au Zénith). En effet, l’exposition proposée par le groupe mémoire de Maxéville rappelle pour certains ou dévoile pour d’autres un Maxéville d’un autre temps. Cette histoire n’en a que plus d’impacts et les actions d’aujourd’hui ont trouvé leurs sources hier. Merci à tous les bénévoles, responsables associatifs, habitants, élus pour votre implication dans le dynamisme qu’a notre ville. C’est dans cet esprit que les projets qui s’annoncent sont construits.

Pimax N°212 janvier 2009 - Blake et mortimer

Texte: 

Blake et mortimer in Maxeville

Le Mystère de la Grande Pyramide
Halle de l’Espace Edgar P. Jacobs de Maxéville & Préau des Arts de l’IUFM de Lorraine.
Du 12 janvier au 28 février 2009

Pimax N°228 juin 2010 - A la rencontre de Jean-Christophe Massinon, artiste Maxévillois

Texte: 

A la rencontre de Jean-Christophe Massinon, artiste Maxévillois

Dans ses nouvelles fonctions en temps que Conseillère Régionale de Lorraine, Mireille Gazin, a eu la surprise de découvrir lors de l'inauguration de ce magnifique établissement qu'est le Centre Pompidou-Metz, la part importante prise par Jean-Christophe Massinon dans cette manifestation au côté des plus grands artistes contemporains. Elle a très rapidement souhaité faire partager sa belle aventure avec tous les Maxévillois.