30px; }
Welcome Visitor:

Les secrets de tournage de notre WEBTV

Onglets principaux

Texte: 

C'est une vidéo qui explique les différentes étapes pour la conception d'une vidéo qui sera publier sur le site. L'exemple que j'ai pris est le conseil municipal de Maxéville car c'est le plus long à faire. Bon je sais que le sujet choisi ne passionne pas forcément la puplart des internautes mais comme j'y vais une fois par mois, autant allier l'utile à l'agréable.

Articles similaires

Visite du jardin botanique

Texte: 

Visite du jardin botanique organisé par la mairie

.Alors pour cette visite du jardin botanique, qui s'est déroulé sur le plateau de Haye. Cette visite était très technique pour moi car cette fois ci ce n'est plus de la politique mais un sujet que je ne maîtrise pas : la nature. J'aurais aimé pouvoir tout filmer mais le technicien n'arrêtait pas d'utiliser des noms bizarres, c'est sans doute les espèces d'arbres auquel il faisait allusion. Aujourd'hui avec du recul, c'était pas mal pour un tournage en extérieur !!!!

Cérémonie du 11 novembre à Maxéville

Texte: 

Je vous propose de retrouver cette vidéo de la cérémonie du 11 novembre de la commune de Maxéville. C'est une vidéo que j'ai réalisé en 2009.

Le 11 novembre 1918, à 5hl5 du matin, les plénipotentiaires allemands acceptaient les conditions d'armistice du Maréchal Foch. Le 11 novembre 1918, à llh00, le "Cessez le Feu" sonnait sur tout le front mettant un terme à quatre années d'une guerre effroyable.

Utilisée pour la signature de l'armistice le 11 novembre 1918, la voiture n° 2419D avait été aménagée en bureau pour le Maréchal Foch par la Société des Wagons-Lits. Le wagon du 11 novembre sera installé en 1927 dans la Clairière, Hautement symbolique, ce wagon sera utilisé par Hitler pour l'armistice de 1940, puis emporté et incendié en Allemagne en avril 1945, alors que l'Allemagne est à la veille d'un nouveau " Le 11 novembre".

Le musée actuel du 11 novembre 1918 expose une autre voiture de la même série de 1913. Rappels des fait le jour du 11 novembre : à 5h05 du 11 novembre 1918, la France et le nouveau gouvernement de la toute jeune république allemande sont d'accord sur le texte définitif de l'armistice. Au terme de cet accord du 11 novembre 1918, il est décidé d'arrêter les hostilités le plus tôt possible. Un télégramme , qui a été immédiatement envoyé sur tout le front par radio et par message téléphoné aux commandants en chef à la date du 11 novembre 1918 stipule que : "Les hostilités seront arrêtées sur tout le front à partir du 11 novembre à 11 heures, heure française" Dans le courant de la matinée du 11 novembre 1918, les différents documents sont remis aux plénipotentiaires allemands.

Leur train quitte, le jour même le garage de Rethondes à 11h30 pour Tergnier, où ils retrouveront leurs automobiles. Sur leur demande, toutes facilités ont été données au capitaine allemand Geyer pour se rendre, le même jour (11 novembre 1918) en avion au grand-quartier-général allemand, porteur des textes et de la carte. Voici ce qu'écrira Foch à propos du 11 novembre : "le 11 novembre à 11 heures, le feu était arrêté sur tout le front des armées alliées. Un silence impressionnant succédait à cinquante-trois semaines de bataille. Les peuples pouvaient entrevoir le rétablissement de la paix dans le monde. Le lendemain [du 11 novembre], j'adressais un ordre du jour de félicitations aux armées alliées".

Le 11 novembre 1918, à 5hl5 du matin, les plénipotentiaires allemands acceptaient les conditions d'armistice du Maréchal Foch. Le 11 novembre 1918, à llh00, le "Cessez le Feu" sonnait sur tout le front mettant un terme à quatre années d'une guerre effroyable. Utilisée pour la signature de l'armistice le 11 novembre 1918, la voiture n° 2419D avait été aménagée en bureau pour le Maréchal Foch par la Société des Wagons-Lits. Le wagon du 11 novembre sera installé en 1927 dans la Clairière, Hautement symbolique, ce wagon sera utilisé par Hitler pour l'armistice de 1940, puis emporté et incendié en Allemagne en avril 1945, alors que l'Allemagne est à la veille d'un nouveau " Le 11 novembre". Le musée actuel du 11 novembre 1918 expose une autre voiture de la même série de 1913. Rappels des fait le jour du 11 novembre : à 5h05 du 11 novembre 1918, la France et le nouveau gouvernement de la toute jeune république allemande sont d'accord sur le texte définitif de l'armistice. Au terme de cet accord du 11 novembre 1918, il est décidé d'arrêter les hostilités le plus tôt possible. Un télégramme , qui a été immédiatement envoyé sur tout le front par radio et par message téléphoné aux commandants en chef à la date du 11 novembre 1918 stipule que : "Les hostilités seront arrêtées sur tout le front à partir du 11 novembre à 11 heures, heure française" Dans le courant de la matinée du 11 novembre 1918, les différents documents sont remis aux plénipotentiaires allemands. Leur train quitte, le jour même le garage de Rethondes à 11h30 pour Tergnier, où ils retrouveront leurs automobiles. Sur leur demande, toutes facilités ont été données au capitaine allemand Geyer pour se rendre, le même jour (11 novembre 1918) en avion au grand-quartier-général allemand, porteur des textes et de la carte. Voici ce qu'écrira Foch à propos du 11 novembre : "le 11 novembre à 11 heures, le feu était arrêté sur tout le front des armées alliées. Un silence impressionnant succédait à cinquante-trois semaines de bataille. Les peuples pouvaient entrevoir le rétablissement de la paix dans le monde. Le lendemain [du 11 novembre], j'adressais un ordre du jour de félicitations aux armées alliées". - See more at: http://www.maxeville.tv/node/31#sthash.GVfgs40G.dpuf
Le 11 novembre 1918, à 5hl5 du matin, les plénipotentiaires allemands acceptaient les conditions d'armistice du Maréchal Foch. Le 11 novembre 1918, à llh00, le "Cessez le Feu" sonnait sur tout le front mettant un terme à quatre années d'une guerre effroyable. Utilisée pour la signature de l'armistice le 11 novembre 1918, la voiture n° 2419D avait été aménagée en bureau pour le Maréchal Foch par la Société des Wagons-Lits. Le wagon du 11 novembre sera installé en 1927 dans la Clairière, Hautement symbolique, ce wagon sera utilisé par Hitler pour l'armistice de 1940, puis emporté et incendié en Allemagne en avril 1945, alors que l'Allemagne est à la veille d'un nouveau " Le 11 novembre". Le musée actuel du 11 novembre 1918 expose une autre voiture de la même série de 1913. Rappels des fait le jour du 11 novembre : à 5h05 du 11 novembre 1918, la France et le nouveau gouvernement de la toute jeune république allemande sont d'accord sur le texte définitif de l'armistice. Au terme de cet accord du 11 novembre 1918, il est décidé d'arrêter les hostilités le plus tôt possible. Un télégramme , qui a été immédiatement envoyé sur tout le front par radio et par message téléphoné aux commandants en chef à la date du 11 novembre 1918 stipule que : "Les hostilités seront arrêtées sur tout le front à partir du 11 novembre à 11 heures, heure française" Dans le courant de la matinée du 11 novembre 1918, les différents documents sont remis aux plénipotentiaires allemands. Leur train quitte, le jour même le garage de Rethondes à 11h30 pour Tergnier, où ils retrouveront leurs automobiles. Sur leur demande, toutes facilités ont été données au capitaine allemand Geyer pour se rendre, le même jour (11 novembre 1918) en avion au grand-quartier-général allemand, porteur des textes et de la carte. Voici ce qu'écrira Foch à propos du 11 novembre : "le 11 novembre à 11 heures, le feu était arrêté sur tout le front des armées alliées. Un silence impressionnant succédait à cinquante-trois semaines de bataille. Les peuples pouvaient entrevoir le rétablissement de la paix dans le monde. Le lendemain [du 11 novembre], j'adressais un ordre du jour de félicitations aux armées alliées". - See more at: http://www.maxeville.tv/node/31#sthash.GVfgs40G.dpuf

réunion de concertation école jules romain

Texte: 

réunion de concertation école jules romain

La réunion organisé jeudi soir à l'école Jules-Romains n'a pas franchement porté ses fruits. C'est un fait, le torchon brûle entre la mairie, la communauté éducative et les parents d'élèves particulièrement remonté contre le projet de fusion proposé. Les parents, vêtus de tee-shirts "Parents en colère", les enseignants et les Atsem, ont investi en nombre le hall où se déroulait cette réunion fixée à 17h. L'ambiance a été pour le moins houleuse. Le maire, chahuté, a tenté de conserver son sang-froid mais les tentatives d'apaisement étaient vaines. Optimiser des m2, regrouper les moyens à des fins éducatives, profiter de la proximité des nouveaux services mis en place (cantine, ludothèque...), les arguments invoqués par la municipalité n'ont convaincu ni les parents, ni kes enseignants. Pour Christophe Choserot, une nouvelle fois ce projet est porté par la mairie dans la grande confusion. Pire:"Vous nous parlez de concertation alors qu'on découvre qu'une délibération est déjà inscrite à l'ordre du jour du prochain conseil municipal. L'opposition n'a même pas été informée de cette réunion. Re grouper les petits du cycle 1 d'un côté et le cycle 2 de l'autre n'aura que des effets négatifs. Vous allez créer deux grosses structures à la place de quatres écoles à taille humaine, vous ajoutez du stress et vous mutipliez les probèmes (...). La mixité entre les niveaux sera rompue et les parents devront faire des allers et des retours s'ils ont des enfants dans les deux écoles différentes", a ajouté l'élu d'opposition, vivement applaudi par toute la salle. Cas rare, plusieurs enseignants ont contesté la méthode. Le maire qui indiquait avoir l'appui de l'Inspection d'académie a été qualifié de menteur et a été conspuéé à plusieurs reprises. "Vous considérez les enfants comme des ordinateurs que l'on branche et qu'on débranche", a lâché encore une directrice d'école Article de l'Est républicain du 19 mars 2010 Saïd LABIDI Les parents, les enseignants et les élèves des groupes scolaires Jules-Romain et Saint-Exupéry à champ-le-Boeuf ne veulent pas "fusionner". Leur pétition aurait rassemblé 300 signatures. Puisqu'ils n'ont pas été entendus lors de la réunion publique jeudi, leur contestation est montée d'un cran. Hier matin, les deux écoles étaient complètement bloquées et occupées par une partie des parents sous l'oeil bienveillant des équipes pédagogiques. Ce qui a donné lieu à de vifs échanges entre parents en colère et représentatns de la mairie, dont le premier adjoint au maire de Maxéville. Le projet, porté par la mairie, doit pourtant se concrétiser rapidement, dès la rentrée prochaine, du moins si le conseil municipal adopte la délibération lundi prochain. Il est prévu de regrouper tous les èlèves de maternelle à Jules-Romain et les cycles 3 (du CE2 au CM2) à Saint-Exupéry. Une restructuration, menée au nom de la "mixité", selon la mairie. Saint-Exupéry étant située en zone pavillonnaire, Jules Romain concentrerait tous les problèmes sociaux. "La mixité a bon dos", répliquent les opposants, c'est-à-dire à peu près tout le monde (un père s'est toutefois énervé contre la prise d'otage de son "gamin"). "L'absence de mixité ne correspond plus à la réalité depuis quinze ou vingt ans", confie une enseignante de Jules-Romains. La restructuration, "menée au forceps et sans concertation", obéirait davantage à une logique comptable qu'à des impératifs républicains. "On organise la vie scolaire différemment quand on passe de 1.100 élèves à moins de 500", a d'ailleurs tenté d'expliquer Mireille Gazin, adjointe aux écoles... "Tout le travail mené par les équipes pédagogiques depuis des années sera anéanti", explique une enseignante. "Et dire que nous étions parvenus à tisser des liens avec les familles, à réduire les problèmes de violence pendant la récréation en mixant les cylcles 2 et 3 et en décalant la récré. Quid du décloisonnement en maternelle ? Où feront-ils leur sieste ? Il y a des problèmes d'organisation qui ne peuvent être réglés en si peu de temps". Christophe Choserot, conseiller d'opposition et conseiller régional, est venu apporter son soutien: "Ce n'est pas une opposition de principe, une bonne restructuration peut même être profitable. C'est la méthode que nous dénonçons, il n'y a eu aucune concertation. Pire: il y a eu un semblant de concertation lors de la réunion publique. Aucune des arguments des parents n'a été entendu". Mireille Gazin propose une réunion de la dernière chance à l'équipe pédagogique lundi. Proposition acceptée par Christophe Choserot si, et seulement si, la délibération portant sur la fusion est retirée de l'ordre du jour du conseil municipal de lundi. Les débats s'annoncent mouvementés.

ESAF

Texte: 

Ce jeudi 8 mars au CILM est organisé la journée de femme par ESAF; Au programme de la journée, il y a plein d'activité dont le maquillage de 14h à 17h. Nous vous proposons de voir en vidéo uniquement sur www.maxeville.tv ce reportage.

reportage de christine

Interview de Isabelle Debacker

médiatrice social et culturelle

 

Le message des Touaregs à la France

Texte: 

Henri Bégorre, maire de Maxéville et président du Partenariat français pour l’eau, est rentré hier matin du Niger. Non pas qu’il soit allé en Afrique pour faire du tourisme.

C’est tout le contraire. Initialement, ce voyage dans la « zone rouge » d’une Afrique dangereuse, avait pour but de voir dans quelles conditions pouvait se poursuivre la coopération décentralisée des villes de France vers le Mali dans le domaine de l’eau, et de l’assainissement, et de s’assurer sur place de la manière dont l’argent envoyé par les collectivités locales françaises était utilisé.

Le chaos à Gao

Mais ce voyage s’est doublé d’une mission diplomatique puisque l’élu lorrain est revenu avec un appel à l’aide lancé par Bajan Ag Hamatou, chef historique d’une des plus importantes tribus touarègues. Le coordinateur malien de la Ligue populaire et sociale des tribus du Grand Sahara est réfugié au Niger avec les siens, depuis que le chaos règne sur Tombouctou et Gao, les grandes métropoles maliennes, aux mains des salafistes et des islamistes. « Là-bas tout est désorganisé, les villes sont pillées, c’est le chaos total » rapporte Henri Bégorre qui a dû s’entourer de toutes les garanties avant d’effectuer ce voyage que déconseille le Quai d’Orsay. « J’avais des assurances de ce chef touareg. Ma sécurité était garantie par lui » a souligné Henri Bégorre qui sait bien que dans une Afrique en proie au désordre la prise d’otage est monnaie courante. Il rapporte le message d’un des chefs de la tribu des Oullimindes, qui lutte contre la prise de contrôle de son pays par AQMI et les salafistes. « Il demande instamment à la France de continuer à développer la coopération avec les villes maliennes, rapporte Henri Bégorre. Il explique que s’ils n’ont plus d’eau pour faire leurs cultures et nourrir le bétail, dans la situation de grande sécheresse d’aujourd’hui, ils seront une proie facile pour les extrémistes. Ils demandent qu’on les aide à mettre en place une organisation territoriale et qu’on ne les laisse pas tomber ».

Un message que l’élu a enregistré et transmis aux autorités françaises qui suivent de près les événements du Mali, où sont détenus plusieurs otages français.

Article de l'est républicain

Maxxess

Texte: 

Bonjour à tous Maxéville tv et moi même tenons à féliciter Eric Piotrowski, gérant de l'enseigne Maxxess à Maxéville, pour son titre de champion d'Europe amateur d'endurance moto.En effet,en dehors de son emploi,ce passionné de moto a remporté ce championnat d'Europe associé au suisse Adrien Raible au terme de 5 épreuves dans 5 pays différents:

Magny-Cours en France

Bruno en République Tchèque

Assen au Pays Bas

Nüburging en Allemagne

Portimao au Portugal

Sur cette dernière épreuve,Eric s'est classé 6ème à la suite de petits soucis (moteur cassé sur une des 2 motos).Puis Adrian Raible ne pouvant prendre le départ, c'est le mécanicien d'Eric, Arnaud Cailleux qui a assuré l'intérim et donc s'est fait plaisir sur ce circuit portugais de 4,648km,de plus 3pilotes par team étaient engagés mais en raison du peu d'affluence(75 participants au lieu des 300 prévus) et enfin la concurrence fut rude avec sur la ligne de départ,Troy corser ni plus ni moins que le champion de superbike,ainsi que le team Michi( championnat Allemand)

Bref, épreuve difficile pour le maxévillois et son équipe,mais à l'issue de ces 300km de bitume (2jours d'essais,1jour de course),la consécration pour Eric qui nous a ramené le titre dans ses bagages. Je rappelle à tous que Maxxess et teamenergy organisent des initiations au pilotage,pour pilotes débutants et confimés sur le circuit de Chenevière près de Lunéville.

Pour tous renseignements contacter Eric au 03 83 35 56 56

Article : CHRISTIAN G.

Henri Bégorre Maire de Maxéville

Texte: 

Vous vous demandez pourquoi j'écris un article sur le maire de Maxéville ? Parce que sur les statistiques du mois de février, il y avait la requête suivante sur mon moteur de recherche du site : "Qui est le maire de Maxéville ?". C'est une question simple mais qui n'est pas anodine. Car moi-même, je n'ai réellement rencontré Monsieur Bégorre qu'à partir de 2009 pour un reportage vidéo sur le fleurissement de Maxéville. Avant cette date, je ne le connaissais que par le nom lors des élections municipales. Et comme il y avait plusieurs candidats, j'ai choisi le maire sortant en me basant sur l'ancienneté et l'expérience qui apparement ne fait pas l'unanimité.

Je ne vais pas vous faire une présentation du personnage, il suffit pour cela d'aller sur son site www.henribegorre.fr ou son son compte facebook. Je voulais simplement signaler qu'aujourd'hui, nous citoyens, nous pouvons communiquer avec nos élus rapidement, suivre les moments importants avec facebook. Alors pourquoi se priver de cet outil pour s'impliquer dans la vie de la commune, être au courant de la vie active de la commune ? C'est aussi l'objet de notre site, regrouper tous les acteurs sur le même site : une centralisation d'information.

Et puis, j'ai voulu aussi ouvrir un article pour préparer les prochaines élections municipales, c'est pour 2014 mais on y arrive très vite. J'aurais l'occasion d'enrichir l'article d'ici là.

Je suis allé visiter le site de Monsieur Henri Bégorre. Un site agréable à voir, à naviguer, avec des articles très bien écrit, sur différents sujets et aussi son compte facebook.

Edito vidéo mars 2012