30px; }
Welcome Visitor:

Le démantèlement du Totem à Maxéville

Onglets principaux

Texte: 

 

demantèlement totemAprès 15 ans d’effervescence, la friche culturelle emblématique s’efface sous une dernière couche de blanc…

Un coup de rouleau, deux coups de rouleau, un troisième et c’est fini. La truffe du Mickey obèse et trash disparaît sous une couche de peinture blanche. Plus loin, la grande fresque de Flow est déjà engloutie, et les murs jaunes et noirs en passe de disparaître, eux aussi sont grignotés par la lèpre blanchâtre… Janvier 2015, le Totem s’efface, au sens propre.

Promis à fermeture pour le 31 janvier, cette friche culturelle qui a vu battre ce morceau de Maxéville d’un pouls singulier depuis près de 15 ans sera rendue telle qu’en elle-même.

« Telle qu’on l’a trouvée à notre arrivée », promet Didier Manuel, l’un des fondateurs de ce « Territoire Organisé Temporairement en Espace Merveilleux » avec la compagnie Materia Prima qui, elle, a été liquidée l’été dernier.
« Pour du temporaire, ça aura tout de même duré quinze ans ! »

Las de résister

Didier Manuel, souvent monté au front ces derniers mois pour tenter de sauver ce lieu né d’un squat artistique avant de devenir une institution underground, tente à présent de prendre les choses avec une certaine philosophie. « Après tout, ça fait deux ans que je fais du travail de résistance et ça n’a rien d’agréable. Si c’est juste pour résister au maire de Maxéville, Christophe Choserot, qui ne voit aucun intérêt à notre action (pas plus d’ailleurs que l’ensemble des politiques locaux), je ne vois pas l’intérêt. »

Néanmoins, lui et une dizaine de bénévoles ne se contenteront pas de fermer une dernière fois la porte. Tout ce qui faisait l’identité du Totem est appelé à disparaître. L’équipe récupère son propre matériel, les éléments recyclables (cumulus, portes coupe-feu, etc.) sont récupérés pour un éventuel projet à venir (« Je n’exclus pas de remonter quelque chose quelque part »), et deux couches de peinture finiront de neutraliser les lieux. « Lorsqu’on a commencé à squatter ici, j’avais promis au maire de l’époque qu’on rendrait l’appartement en état », explique Didier Manuel. « Par ailleurs, c’est un projet artistique. Si quelqu’un voulait le conserver, il n’avait qu’à payer. D’autant que ça fait 15 ans qu’on travaille comme des bagnards là-dedans, sur le mode bénévolat. »

« Issue tragique »didier manuel en train de peindre

Les cartons de déménagement se rempliront sans excès d’amertume. Le bilan est plus que flatteur. 
En 15 ans se sont montés sept festivals Souterrain, un nombre incalculable de performances et de soirées, cinq Cabarets rouges, cinq Beat Paradox, une vingtaine de soirées No Access, trois festivals « Pas de fumée sans feu » et des soirées en veux-tu en voilà. 
« Une aventure ultra-positive dont l’issue est tragique », conclut Lukas Zpira, artiste globe-trotter qui enregistre les dernières pages de l’histoire totémique à destination d’Arte.

« Il y a un aveuglément évident du monde politique, qui n’a toujours pas compris qu’ici était né un lieu d’une ampleur unique en Europe, ne serait-ce qu’en terme d’énergie. » 
Cette même énergie est mise cette semaine, pinceau en main, une dernière fois à contribution.

Article de l'est républicain Lysiane GANOUSSE

christophe choserot

Questions à - Maire de Maxéville - Christophe Choserot

« Avant toute chose, il faut en passer par une pause technique. Car pour l’instant, on n’est pas du tout aux normes »

La ville de Maxéville étant propriétaire des lieux, la balle est désormais dans le camp du maire, Christophe Choserot, pour décider de l’avenir de l’édifice sur le point d’être fermé. Interview.

Qu’est-ce qui va être mis en place dans l’avenir immédiat sur le site autrefois occupé par le Totem ?

Avant toute chose, il va falloir absolument en passer par une pause technique. C’est qu’actuellement, on n’est pas du tout dans les normes (Ndlr : ne serait-ce que sur le toit, on a recensé une quarantaine de points de fuites). Il faut donc remettre bon ordre à tout ça.

Un chantier qui risque de se chiffrer en dizaines de milliers d’euros…

En effet, ça risque d’être très cher. Or on sait dans quel état de délabrement sont les finances de Maxéville, ça va donc être compliqué. Ce n’est d’ailleurs pas forcément à notre seule commune de devoir en supporter le coût…

Et une fois cette remise aux normes accomplie, peut-on espérer que le lieu reprenne vie ?

Oui, il y a quelque chose à faire ici, j’en suis persuadé. Mais en revanche, je n’ai aucune envie de mettre en place une régie municipale sur l’exemple du théâtre Mon Désert à Nancy.

Une idée de la forme que pourrait prendre cet avenir ?

Commençons par nous poser tranquillement. Je ne veux pas faire n’importe quoi. On lancera probablement un appel à projets et je serai ouvert à tout type de proposition. Mais d’abord, une pause technique, c’est impératif.

Propos recueillis par L.G.

Article de l'est républicain

Articles similaires

edition 15 mai

Texte: 

Le journal du 15 mai 2009 - Vide grenier lynx maxévillois

Haut marnais

Texte: 

Loto du haut marnais

Le loto des Hauts-Marnais organisé samedi soir au Centre Intercommunal Laxou - Maxéville, a remporté un franc succès. La salle était comble et la soirée parfaitement organisée par les bénévoles de l'association. , Les époux Hislen étaient à la manette et Yves Pinon à la baguette. Le maire de Laxou est passé pour souhaiter  bonne chance à tous en faisant le tour des tables. Les joueurs étaient venus des quatre coins de Nancy pour participer à cette manifestation où règne toujours une bonne ambiance. Parmi eux des gens du quartier, ravis de revenir chaque année, et , des. accros de ce jeu auil aiment taquiner la chance.

Comme Christine de Saint-Max accompagnée de ses coplnes très philosophes : « tout le monde ne peut pas gagner, nous venons surtout pour le plaisir de jouer et l'ambiance". Certains ont même pris l'autoroute pour venir. C'est. le cas d' Anne et de ses parents. « Nous écumons tous les lotos dès que l'occasion se présente mais ici c'est la première fois. C'est très familial et sympa », a confié la famille. De nombreux lots étaient en jeu et les cris de joie n'ont pas tardé !

Article du jeudi 19 janvier 2012

Tous à table ...à Maxéville

Texte: 

Galerie du Préau / IUFM de Lorraine - 5 rue Paul Richard à Maxéville Du lundi au vendredi de 8h00 à 18h00, jusqu’au 24 février 2012

16 photographies de Peter Mentzel, 16 portraits de 16 familles du monde entier, 16 habitudes alimentaires très différentes… Proposée par le centre pilote « La Main à la pâte » du Grand Nancy, l’exposition invite à découvrir l’alimentation aux quatre coins de la planète. Ouverture exceptionnelle pour les familles ce dimanche 22 janvier de 14h00 à 18h00. A cette occasion, le cuisinier de l’IUFM proposera aux familles un cours de cuisine, suivi d’un goûter ! Entrée libre

L’exposition A Table ! 15 pays/15 caddies invite à découvrir l’alimentation aux quatre coins de la planète. Mises en scène, les seize photographies de Peter Menzel sont les portraits de seize familles du monde entier, avec les produits consommés en une semaine. Elles représentent des réalités très diverses dans chaque continent : des familles pauvres et des familles riches, de la campagne ou de la ville, une nourriture traditionnelle ou internationale. Ces photographies amènent à s’interroger et à réfléchir. Comment les hommes se nourrissent-ils ? Quelles sont les conséquences des choix alimentaires sur la santé, sur l’environnement, sur la vie d’autres hommes ? Qu’est-ce que la faim dans le monde ? Qu’est-ce que la mondialisation ? Comment venir en aide aux personnes les plus démunies dans les pays riches ? L’auteur Peter Menzel, né en 1948, réalise des reportages en freelance. Ses photographies sont régulièrement publiées dans des périodiques comme GEO, Le Figaro, Paris-Match, New York Times Magazines. En novembre 2005, Peter Menzel et sa compagne publient un nouveau livre autour de la vie quotidienne et de la nourriture à travers 24 pays. Il s’agit de Hungry planet qui a reçu le prix du meilleur livre de l’année de la fondation James Beard et celui de la fondation Harry Chapin Media. Les 16 photographies de l’exposition sont tirées de cet ouvrage. Ateliers scientifiques et artistiques pour les scolaires et pour les centres de loisirs : Des ateliers appartenant à des domaines disciplinaires variés : arts-visuels, géographie, sciences, éducation civique, éducation au développement durable sont proposés. - Atelier « Lecture et production d’images » : interroger la photographie, comment elle a été faite, comment on la reçoit, ce que l’on peut en dire et comment on l’interprète. - Atelier « Santé et alimentation » : avec l’étude de la pyramide alimentaire qui illustre en un clin d’œil un régime alimentaire équilibré en diversité et en qualité. - Atelier « Manger ici, manger ailleurs » : la diversité de l’offre alimentaire dans le monde la recherche des causes : les facteurs géographiques, économiques, religieux et politiques. - Atelier « La faim dans le monde » : où se situent les familles qui souffrent de la faim dans le monde ? Quelles sont les causes possibles de la faim ? Quelles solutions existe-t-il ? A vos fourneaux maintenant : Pour toute la famille, les dimanches 22 janvier et 12 février 2012 de 14h à 18h, spectacle et goûter. Inscription obligatoire pour les scolaires sur cet agenda en ligne : - les mardis et jeudis : visite libre de 8h à 18h - les lundis et vendredis de 9h à 11h et 14h à 16h : Ateliers scientifiques et artistiques encadrés par des animateurs (cycle 3, durée 2 heures). - les mercredis pour les centres de loisirs, les MJC... Pour valider votre inscription, vous devez absolument la confirmer par mail auprès de : pauline.lamotte@polytechnique.edu Des informations complémentaires vous seront demandées. A Table ! 15 pays/15 caddies est une exposition proposée par le Centre pilote La main à la pâte du Grand Nancy au Préau, galerie de l’IUFM de Lorraine/Université de Lorraine, 5 rue Paul richard – 54320 Maxéville / 03 83 17 68 68 du 16 janvier au 24 février 2012. http://www.lorraine.iufm.fr/lamap/a_table.php

Article Pimax 2001

Assemblée général du MIG

Texte: 

Le MIG, association 1901, a but non lucratif, a pour objectif d'organiser un maximum d'animations gratuites ou a des prix mini, au profit notamment des familles les plus démunies du centre-ville ... Le MIG est ouvert a tous, sans aucune appartenance politique ou religieuse; notre but est de susciter et d'organiser, en liaison avec la Mairie et avec les associations déjà existantes, des animations intergénérationnelles, essentiellement ici au centre-ville ...

Le MIG a repris et modemisé depuis 2 ans l'organisation des Thés Dansants, en essayant de les ouvrir aux plus jeunes, il a organise en mai 2011 sa 2eme Fête des Amis et des Voisins du Parc, et pour la 1 ère fois en 2011 une Fête de la Musique (sous la pluie), et plusieurs fois des animations musicales et ludiques dans le Parc de la Mairie et dans les petits quartiers du centre-ville ...

Il a aussi En deux ans d'existence, le MIG peut se féliciter d'avoir mis en oeuvre une grande partie de ses objectifs, celui d'animer le Parc et les quartiers du centre-ville, au service des moins privilégiés, et, vu ses petits moyens, il peut etre fier de ses resultats.

Voilà donc un extrait du rapport moral de l'association Max'Inter-Génération qui est né le 6 avril 2010 sur la commune de Maxéville, dont le président Daniel Jacob propose différents activités sur le centre ville comme les thés dansants, les expositins, le vide grenier des enfants, la balade familiale en vélo que j'ai participé avec ma fille lisa dont vous pouvez vois la vidéo ici.

Je vous encourage donc à partipicer à ses manifestations afin de le soutenir dans son action de dynamiser le centre ville. Pour ma part, dès que mon emploi du temps me l'autorise, je vais faire un tour tout comme cet extrati de son assemblée général que je n'ai pas pu partipicer dans son intégralité à la salle du parc dès 18h30.

Concert M pokora au Zénith Nancy - J'ai reconnu que 2 chansons !!

Texte: 

Mercredi de la semaine dernière, j'ai gagné 2 places pour le concert de M Pokora grâce à L'opticienne COLIN à Nancy rue St-Jean près du magasin Morgan (je sais parce que j'emmène ma femme dans cette boutique de fringue). Le concert étati prévu à 20h, alors Lisa et moi sommes allés à 18h30 pour avoir une meilleur place. Mais à peine arrivé, qu'il y avait déjà 3 files d'attentes. Je prends mon mal en patience car c'est mon premier concert avec ma fille. Je connais le chanteur mais je ne suis pas un fan. Au bout d'une demi-heure de queue, on arrive enfin à passer le premier portail de fouille. On tate mon blouson pour voir si je n'ai pas quelque chose qui risque de blesser l'artiste.

On entre dans le zénith et je me dis qu'à 19h00 j'aurais de la place à l'intérieur, voir être tout près de la scène. Trop tard, les trois quart de la salle était rempli. Bon tant pis, on a trouvé de la place vers le fond d'où l'impossibilité de fournir une bonne vidé avec mon iphone. Hélas, j'avais oublié de prendre ma caméra. Je ne pense pas que j'aurais pu filmer le concert avec ma caméra.

Ce n'est pas tout, comme on n'a pas eu le temps de manger, je prends don un sandwich au stand, 6.50 € pour une boisson et un jambon beurre. J'en ai piqué la moitié à Lisa parce qu'elle ne pouvait plus terminer.

Le point positif de cette sortie est qu'un concert est plus marquant que le regarder à la télé. Il y avait beaucoup de balades pour les jeunes filles en délire dans la salle. J'ai trouvé que cela manquait un peu de rythme sur scène. Et pourtant quand on regarde les clips vidéos de ces chansons, on pourrait croie qu'au concert on retrouverait la même chose.

Le quart d'heure avant lma fin était plus dance. La pruve est que tout le monde s'est mis debout,même moi, que ce soit les pères ou les mères qui accompagnaient les enfantrs. J'ai apprécié ce passage. Quand à l'artiste, il est proche du public et joue aussi souvent qu'il peut avec celui-ci. Le pricipal est que ma fille soit heureuse de ce moment. Car comme dirait une publicité que j'ai vu à la télé pour une pub de carte bleu, le bonheur n'a pas de prix.

Stephen MERET un cinéaste de Maxéville

Texte: 

Suite à l'article du blog de Daniel sur le réalisateur Stéphane MERET dont le film "rumeurs" est diffusé à Lunéville, je vous présente l'interview que nous avons pu faire. C'es notre vice-président Maitry KETAVONG qui a effectué l'interview.