30px; }
Welcome Visitor:

La portée de nos actes

Onglets principaux

Texte: 

L'année a mal commencé pour la France entière avec un 7 janvier baigné de sang; pour Henri Bégorre, le drame s'était déjà manifesté quatre jours avant. C'était le 3 janvier, quand Aroudeiny a été abattu.

Avec le maire de la commune malienne d'Anderamboukane, l'ancien maire de Maxéville, aux commandes pendant 31 ans, perdait celui qui fut d'abord un interlocuteur dans les projets humanitaires initiés au Mali, puis un partrenaire, et enfin un ami. "A la toussaint, je le recevais encore chez moi, ici".

Or, quand est tombé cet homme, "qui se savait d'ailleurs menacé", est apparue à àHenri Bégorre une nouvelle urgence. Plus criante encore au vu de la tragédie parisienne qui devait tétaniser la France quatre jours plus tard. A savoir s'intéresser un peu au reste du monde.

"Pour comprendre, il faut se souvenir de ce qu'incarnait cet homme. Comme son frère, qui est député, ce maire touareg était un leader de sa communauté. Un de ceux qui ont vite compris que, tout en restant respectueux de leurs traditions, il fallait acter que le monde avait évolué." D'où son engagement dans les divers projets structurels intéressant son territoire vaste de 10.000 km2 (plus de la moitié de la Lorraine), à  commencer par l'adduction d'eau. D'où son engagement, aussi, quand à la situation dans cette zone du Sahel s'est brutalement dégradée, avec l'intrusion de bandes islamistes violentes.

"Depuis la montée de l'insécurité et les mouvements de rébeillion, Aroudeiny n'a cessé de s'impliquer dans la pacification de la zone", témoigne Henri Bégorre. "On ignore pour l'instant qui a commandité son assassinat, ni même si c'estl ié à un des mouvements islamistes ou simplement des narcotrafiquants dont les avions dont étape dans les environs. Ce que je constate en tout cas aujourd'hui au SAhel, c'est qu'il y a toujours une présence militaire française, une force africaine, mais pas de vrai programme de réconciliation et de reconstruction qui s'appuierait sur la population. Et à mes yeux, c'est là désormais tout l'enjeu; Et un enjeu qui nous concerne bien plus qu'on ne saurait l'imaginer". Un enjeu qu'Henri Bégorre, président de PFE, Partenariat Français pour l'Eau, appelé à ce titre à sillonner  le monde, relie d'évidence avec la tragédie parisienne récente.

"Ce qui se passe dans notre pays, c'est aussi parce que rien n'est réglé ailleurs", poursuit le globe-trotteur. "On ne peut pas le nier. Que ce soit au Mali, en Irak ou en Jordanie, etc. On sait qu'il y a des conflits aujourd'hui sur lesquels l'Europe fait comme si elle n'était pas concernée, alors qu'il ly a un impact réel, on l'a malheureusement tragiquement vérifié." Se sentant lui, personnellement concerné, Henri Bégorre se dit bien décidé : aussitôt qu'il trouvera moyen de se rendre sur place dans les conditions minimales de sécurité, il compte reprendre son bâton de pélerin engagé. Feu son ami, nomade, saurait l'apprécier.

henri bégore et Aroudeiny Ag Hamatou

Mouvement de sympathie tari

Ce qu'Henri Bégorre vérifie aussi constamment à la faveur de ses nombreux déplacements dans le monde, c'est combien nos concepts français ne résistent pas toujours à un diagnostic étranger. Ou pour faire simple, comment l'incompréhension peut s'installer d'un bord à l'autre. La semaine dernière encore à Casablanca, dans le cadre de réunions préparatoires sur le prochain Forum mondial de l'eau, il a d'ailleurs fait une expérience déstabilisante. "A mon départ de Roissy mercredi 14 janvier 2015, j'ai vu la une de Charlie, qui pour être honnête ne m'a pas choqué. Mais sur place au Maroc, alors que j'avais affaire à des gens liés aux mouvements laïcs et/ou de défense des droits de l'homme, tous les messages de sympathie que j'ai reçu par mail ou sms depuis le drame s'étaient brutalement taris aussitôt le nouveau Charlie sorti. Parce qu'il y a là ce qu'on appelle un  vrai choc culturel. On a parfois des attitudes qui paraissent, ailleurs, comme  des provocations, et soulèvent une incompréhension même chez les moins radicaux. Attention, je ne me fais juge de rien, ni donneur de leçon, et moins encore partisan de la censure. Mais le fait est que la France est perçue comme un pays porteur de valeurs universelles. Ce qui en provient a donc une portée elle aussi très importante. Il faut en être bien conscient."

Articles similaires

ALADV

Texte: 

Ce vendredi 9 mars vers 20h00, je me suis rendu au clos des sages à Maxéville pour rencontrer Claudine LEBRUN pour une expérience de repas dans le noir dont j'en ai entendu parler dans le pimax de mars. Et je me suis garé sous le pont de Maxéville pour ensuite demander mon chemin car je ne suis jamais allé au clos des sages.

Une fois trouvé mon chemin, j'ai pu donc interviewer madame LEBRUN et aussi monsieur MAYEUR adjoint à l'handicap. Ce fut une expérience instructive de pouvoir écrire son prénom en braille, de omprendre comment on apprendre à lire avec ses doigts. J'aurais aimé pouvoir participer à l'expérience du repas avec les 40 autres inscrits mais j'ai pris mon repas avant d'y aller.

Comme je ne suis pas encore au point pour écrire un compte rendu digne de notre correspondant Hervé de l'Est républicain qui était aussi présent, je vous propose ce reportage vidéo d'une dizaine de minutes.

Association Lorraine d'Aide aux Déficients Visuels

 

 


Informations associations
NOM Association Lorraine d'Aide aux Déficients Visuels
Adresse

 

Téléphone/fax  
Site internet http//pagesperso-orange.fr/aladav-lorraine/
E-mail
aladv@laposte.net
Membres du bureau
Président Présidente : claudine LEBRUN 03.83.32.08.50
Secrétaire  
Trésorier  
Activités proposés  

 

Festival echec à la Fnac

Texte: 

Ce reportage, je l'ai effectué uniquement parce que l'association ayud'art tenait un stand et que je connaissais la présidente. C'était à la Fnac et les joueurs étaient très concentré, forcément c'est un jeu de réflexion.

 

Replantation d’arbres place d’Alliance

Texte: 

Samedi 24 novembre à 12 h. J'ai reçu une invitation par la mairie de Nancy pour la replantation des arbres sur la place d'Alliance. Je ne sais pas pourquoi j'ai eu cette invitation mais j'y suis allé parce que je répond toujours présent par une invitation dans la mesure où je suis disponible et puis cela pourrait aussi concerné mon dossier sur la ville neuve de charles 3.

Suite aux incidents survenus lors de la manifestation du 19 mars dernier, sept tilleuls sont en train d’être replantés place d’Alliance, en lien avec l’ONF. Comprise dans l’ensemble XVIIIe siècle de la ville et inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1983, la place d’Alliance va ainsi retrouver toute sa splendeur. André Rossinot, maire de Nancy et président de la Communauté Urbaine du Grand Nancy, Jean-François Husson, vice-président du Grand Nancy délégué à l’Ecologie Urbaine et au Développement Durable et Partenarial du Territoire, et Patrick Blanchot, adjoint au maire délégué à la Nature et aux Paysages Urbains, invitent les riverains de la place d’Alliance à assister à la replantation du dernier arbre et à partager un moment convivial sur la place, le samedi 24 novembre 2012 à 12 h. Ce moment se déroulera en présence de Jean-Pierre Renaud, directeur territorial de l’ONF Lorraine.

Etat généraux de l'enfant dans la ville - Vidéomaton citoyenneté

Texte: 

Publiée le 2 avril 2013

Participez au vidéomaton des Etats Généraux de l'Enfant dans la Ville et partagez vos témoignages. Un stand est déployé sur différents sites de la ville (MJC, écoles, centre social,...).

lancement des travaux de la salle des évènements Pavillon de l’Orangerie

Texte: 

Ce samedi 8 juin à 15h avait eu lieu le lancement des travaux de la salle des évènements "Pavillon de l'Orangerie" au parc de Gentilly situé avenue du rhin. Bien entendu, j'y suis allé et j'ai mis l'adresse sur on iphone en activant la fonction GPS, celui-ci m'a fait garé de l'autre côté de la salle, à 500 mètres. Comme quoi le gps peut se planter. Je suis arrivé avec un peu de retard, le maire André Rossinot avait déjà commencé son discours d'introduction.

A ma grande surprise, j'ai rencontré Jean-Marc, président de Salsamania et aussi la présence de Monsieur Jean-Pierre Herenfeld membre de la saint jacques activités. A force d'aller à des différents manifestations que propose la ville de Nancy, on en apprend sur le passé de cette ville, comme l'histoire de l'avenue Pinchard dont le petit-fils était présent. Il y a d'autres anecdotes, il suffit de regarder la vidéo ou de consulter l'album photo.

Tout cela s'est bien déroulé avec un super soleil présent ce jour-là.

Le temps de "L'après"

Texte: 

Stephen MeretAprès des "Rumeurs" à faire peur, neuf minutes d'un récit sanglant dans une salle de bains, Stephen Meret a tourné "L'après", autre court-métrage dramatique. Le jeune réalisateur nancéien a rassemblé ces deux films dans un dvd, distribué par Arcadès.

"L'après" est un film volotairement "sombre"; Meret dit s'être inspiré de l'univers d'Alfred Hitchcock, du film "psychose" et de la série "BAtes Motel". "Je voulais percer cet univers familial bizarre, montrer comment le comportement des uns peut engendrer la violence des autres", dit-il. C'est avec des acteurs et techniciens de la région qu'il a tourné fin 2013, début 2014. Une scène d'acident, une femme renversée par une voiture, sur le parking de l'Intermarché de Longqy; des séquences d'intérieur dans une maison prêtée par une comédienne, à Pont-Saint-Vincent, et où a été filmé un "Pétage de plomb".

Peintre à ses heures, Stephen Meret avait vendu ses propres toiles à Maxéville,pour boucler le financement de "L'après" (25000 €), qui a reçu l'aide du Conseil général de Meurthe-et-Moselle, de la fondation Seconde Chance, et de quelques mécènes. C'est à la MJC Lorraine de Vandoeuvre-les-Nancy qu'avait été efefctué le mixage. "J'espère que le public pourra voir quelques chose de nouveau, avec Méret Films, on ne fait ques des projets originaux, pas de choses vues et revues, on essaie de se focaliser sur des histoires qui peuvent exister dans la vie, et de les remodeler de façon à faire quelque chose qui n'est pas prévu", précise-t-il dans son appartement du Faubourg des III maisons.

Stephen Meret, qui avait tourné précédémment un long-métrage, "Renaissance, les blessures du passé", se consacre maintenant à d'autres projets:"Pour l'instant, on reste dans le drame, le fantastique et le thriller, mais après on pourra positiver et aller vers la comédie. On prépare une série télé en coproduction qui sera, je l'espère, en tournage l'année prochaine" dit-il.

Article de l'est républicain P.T

Sylvie Petiot

Texte: 

La raison de la présence de cette vidéo est que Sylvie Petiot est directrice de la société Lagarde mérégnani qui est sur Maxéville. Elle a fait appel à nos services pour avoir une trace de sa remise de médaille à l'hôtel de ville de Nancy en présence de Monsieur Rossinot maire de Nancy. Le souvenir que j'ai de ce reportage est que j'ai utiliser 2 caméra pour la captation et que par la suite le montage était un peu difficile. De plus il y avait du monde et on ne sait jamais ce qu'il faut filmer. Mais bon faut bien rentrer de l'argent à l'association si on veut fonctionnner.

André ROSSINOT, Maire de Nancy

Texte: 

Réunion du 12 mars 2012

Monsieur André ROSSINOT, Maire de Nancy, introduit la réunion du Conseil de Développement Ville Neuve Charles III :

La Ville de Nancy a une antériorité très forte sur la coordination des forces vives locales, initiée à l'occasion de la Politique de la Ville lors de la création du premier Conseil de Développement de Quartier en 2001. Aujourd'hui, il s'agit de reprendre la suite de cette manière originale de travailler en partenariat.

L'enjeu principal du Conseil de Développement est de porter, ensemble et collectivement, un regard nouveau sur la Ville Neuve de Charles III. La Ville Neuve de Charles III est un lieu remarquablement animé, grâce à un tissu associatif dense et un secteur commerçant attractif. Par ailleurs les éléments de transformation urbaine sont nombreux, en considérant par exemple les évolutions de l'habitat et la création de la ligne 2 de Bus à Haut Niveau de Service dont le chantier est déjà démarré.

La façon la plus anticipatrice d'accompagner ces évolutions, passe par le fait de se connaître mutuellement pour construire des nouvelles façons de vivre ensemble sur le quartier, où l'urbain s'enrichit et trouve son sens dans l'humain.

Le premier objectif de cette démarche est de construire, grâce à la somme des talents réunis au sein du Conseil de Développement, un portrait du territoire de la Ville Neuve de Charles III, car dans une période où la Ville se reconstruit sur elle-même, mieux on est informé et plus on se sent à l'aise dans un quartier en mutation.