30px; }
Welcome Visitor:

Les histoires incroyables de la Meurthe et Moselle

Onglets principaux

Texte: 

les incroyables histoires de la meurthe 150216« SI J'AVAIS SU, je ne serais pas confondu », comme dirait le petit Gibus, d'apprendre que l'école Louis-Pergaud, dans le coeur historique du vieux Laxou, ne porte pas le nom de l'auteur de « La guerre des boutons » par hasard. Entre la commune du Grand Nancy et le romancier, prix Goncourt en 1910 pour son premier livre « De Goupil à Margot », il existe une belle histoire.

Cette histoire, Pierre Baumann la raconte dans un remarquable ouvrage (« L'école Louis-Pergaud de Laxou ») tiré à une centaine d'exemplaires et que les curieux peuvent se procurer auprès de l'association Saint-Genest (contact : b.pichenet@wanadoo.fr). Après l'opuscule écrit sur l'école Émile-Zola de Laxou, l'historien revient cette fois sur le passé de l'ancien groupe scolaire mairie-école, rebaptisée donc « Louis-Pergaud », le 25 avril 1959.

Rencontre à Landresse
« Si cette école s'appelle ainsi, c'est parce que le maire de Laxou de 1945 à 1971, Louis Colin, un grand humaniste, ami des écrivains, était aussi celui de Louis Pergaud qu'il a connu dans sa jeunesse », confie Pierre Baumann. Où l'avait-il connu ? En Franche-Comté, dans le Doubs, à Landresse où Louis Pergaud fut maître d'école.

Dans ses mémoires, Louis Colin, qui est né et a grandi lui aussi dans le Doubs, écrit avoir entendu pour la première fois le nom de l'auteur en 1907. Il a alors 12 ans. Son père, maître d'école meurt subitement « laissant sa mère dans le plus grand désarroi moral et pécuniaire pour continuer à élever ses cinq enfants », rapporte Pierre Baumann. Dès lors, il va passer beaucoup de temps à Landresse où son oncle vient de remplacer un jeune auteur parti à Paris : Louis Pergaud. Durant ce séjour parisien, l'écrivain écrira le livre qui le révélera et lui vaudra de décrocher le prix Goncourt.

Tout juste remarié à une fille de Landresse, Delphine Duboz, Pergaud revient souvent dans la commune du Doubs. « Un soir qu'il devait manquer un compétiteur à une partie de Nain jaune, toujours très en honneur, mon oncle, estimant que mes quatorze ans me donnaient le droit de cité dans la société des adultes, me demanda de l'accompagner », soulignera Louis colin dans ses mémoires. Pour la première fois, il allait être en contact avec Pergaud. « Louis m'intimidait par son regard perçant, son menton volontaire, sa figure émaciée où rayonnait l'autorité lui venant de sa formation de maître d'école et de lutteur obstiné », avouait l'ancien maire de Laxou.

les histoires inscroyables de la meurthe 150216

Cette rencontre en entraîna d'autres et, au fil des mois et des années, jusqu'à la disparition brutale de l'auteur, mort pour la France le 8 avril 1915, un lien d'amitié va se créer entre les deux hommes.

Les secrets de « La guerre des boutons »
Louis Colin fut ainsi l'un des témoins privilégiés des dernières relectures, avant publication, de « La guerre des boutons ». « Pergaud tenait à souligner que dans tous ses écrits il y a un mélange de vérité et de fiction », insistait Louis Colin. Il était par exemple vrai qu'une nuit « des farceurs ont habillé d'une culotte la statue de Saint-Pierre de l'église de Landresse ». Une des cloches de celle-ci portait d'ailleurs bien, gravé dans le bronze, « Je sonne pour les Landresse et les Ouvans, mais pas pour les Salans ». Louis Colin apprit même « dans un chuchotement de Delphine à l'oreille de mon oncle que Pergaud s'était mis en scène lui-même sous le nom de La Crique ».

les histoires incroyables 160216

En 1956, quand Louis Colin se bat pour construire de nouvelles classes au groupe scolaire de l'hôtel de ville de Laxou, il a déjà en tête d'appeler l'ensemble du nom de son ami d'enfance. Il lui faudra trois ans pour convaincre et financer le projet. Le jour de l'inauguration, le 25 avril 1959, il lira la dernière lettre que lui adressa Louis Pergaud. Elle fut écrite 12 jours seulement avant que l'auteur s'éteigne sur le front, à Marchéville, dans la Meuse.

En 1965, Louis Colin continuera à faire vivre la mémoire de son ami d'enfance. Il fonda l'association des amis de Louis Pergaud, laquelle, aujourd'hui encore, s'emploie à transmettre le bel héritage de l'écrivain.

Alexandre POPLAVSKY Si vous avez une incroyable histoire à nous raconter, contactez-nous à alexandre.poplavskymayor@estrepublicain.fr

les incroyables histoires 150216

Articles similaires

edition septembre ADECA54

Texte: 
En France, le cancer colorectal touche près de 37.000 personnes chaque ennée, est responsable de près de 17 000 décès. Pourtant, diagnostiqué au stade 1, neuf patients sur dix en guérissent. D'où l'intérêt d'un despistage précoce. Ce qui commence par une bonne information, sans tabou. ADECA 54, structure de gestion des dépistages de cancer en Meurthe-et-Moselle, mandatée par l'Etat et l'assurance maladie, s'y emploie dans le département. Via diverses animations durant le mois de mars, désormais mois de mobilisation nationale (voire internationale, USA et canada ont choisi le même) contre le cancer colorectal. Avec le bus-expo de l'INCa (institut natjional du cancer), l'association avait choisi hier après-midi de s'arrêter sur le parking de la Sapinière à Laxou pour une grande action de sensibilisation. Face émergée de l'iceberg. Puisque par ailleurs, l'ADECA 54 adresse depuis 2008, des courriers à tous les Meurthe-et-Mosellans âgés de 50 à 74 ans, les incitant à se faire dépister. Un geste simple. Pris en charge par l'assurance-maladie. Qui peut sauver la vie, tout simplement. - See more at: http://www.maxeville.tv/edition%20septembre%20adeca54#sthash.ESXWcx9n.dpuf

En France, le cancer colorectal touche près de 37.000 personnes chaque ennée, est responsable de près de 17 000 décès. Pourtant, diagnostiqué au stade 1, neuf patients sur dix en guérissent. D'où l'intérêt d'un despistage précoce. Ce qui commence par une bonne information, sans tabou. ADECA 54, structure de gestion des dépistages de cancer en Meurthe-et-Moselle, mandatée par l'Etat et l'assurance maladie, s'y emploie dans le département. Via diverses animations durant le mois de mars, désormais mois de mobilisation nationale (voire internationale, USA et canada ont choisi le même) contre le cancer colorectal. Avec le bus-expo de l'INCa (institut natjional du cancer), l'association avait choisi hier après-midi de s'arrêter sur le parking de la Sapinière à Laxou pour une grande action de sensibilisation. Face émergée de l'iceberg. Puisque par ailleurs, l'ADECA 54 adresse depuis 2008, des courriers à tous les Meurthe-et-Mosellans âgés de 50 à 74 ans, les incitant à se faire dépister. Un geste simple. Pris en charge par l'assurance-maladie. Qui peut sauver la vie, tout simplement. - See more at: http://www.maxeville.tv/edition%20septembre%20adeca54#sthash.ESXWcx9n.dpuf

En France, le cancer colorectal touche près de 37.000 personnes chaque ennée, est responsable de près de 17 000 décès. Pourtant, diagnostiqué au stade 1, neuf patients sur dix en guérissent.

D'où l'intérêt d'un despistage précoce. Ce qui commence par une bonne information, sans tabou. ADECA 54, structure de gestion des dépistages de cancer en Meurthe-et-Moselle, mandatée par l'Etat et l'assurance maladie, s'y emploie dans le département. Via diverses animations durant le mois de mars, désormais mois de mobilisation nationale (voire internationale, USA et canada ont choisi le même) contre le cancer colorectal. Avec le bus-expo de l'INCa (institut natjional du cancer), l'association avait choisi hier après-midi de s'arrêter sur le parking de la Sapinière à Laxou pour une grande action de sensibilisation. Face émergée de l'iceberg. Puisque par ailleurs, l'ADECA 54 adresse depuis 2008, des courriers à tous les Meurthe-et-Mosellans âgés de 50 à 74 ans, les incitant à se faire dépister.

Un geste simple. Pris en charge par l'assurance-maladie. Qui peut sauver la vie, tout simplement

 

Marché campagnard 2012

Texte: 

Le marché campagnard organisé par la St genèse association de Laxou.

Pour ce 4ième marché campagnard à Laxou, nous avons eu quelques frayeurs en début de matinée lors de la mise en place des stands à cause des bourrasques de vents.

Il y eut malheureusement des exposants qui ont subi des dommages matériels, chute de tableau pour Colette NAVET qui a décidé de plier bagage suivi par deux autres exposants.

Il faut signaler que le temps était menaçant jusqu'au déjeûner et puis par miracle par rapport à l'édition 2011, le soleil est arrivé pour rester jusq'à la fin de l'après-midi.

Le maire Laurent Garcia a tenu à remercier l'association pour cette organisation gigantesque. D'autres personnalités étaient présents comme Christophe gérardot qui est resté toute la journée ou Pierre Baumann.

Il y avait cette année de nouveaux exposants comme Noëlla CAILLY une romancière qui proposait des romans de la région. Elle nous vient de Tomblaine et son dernier ouvrage "les tourbillons de la vie" paru au mois de mars était à l'honneur sur le stand.

Du côté de la salle monta, j'ai pu faire la connaissance de remy Lucas un artiste qui nous a effectuer une démonstration de fabrication d'outils. L'association Ayud'art et son commerce équitable, Henry Thierry un fileur de verre venu de baccarat, Eric Pierrot producteur biologique, la maison Migot pour les vins des côtes de Toul, l'association du comité de jumelage de Laxou, costumes et traditions en Lorraine, le gaec de l'altiplano, victoire Klober, fabienne Guises, Simone Dezavelle, Corinne Renaud, Serge Roux, atelier des dentelles cambovidiennes proposaient des produits locaux.

Je publierai par la suite un article sur chaque participant. Je n'oublie pas non de citer les chettas de la vôge de xertigny qui ont animé la journée avec les musiciens André à l'accordéon et gérard au clavier et chant.

A  l’origine, le groupe était constitué  de  conscrits  qui avaient mis sur pied une pièce de théâtre durant l’hiver. ils ont ensuite voulu poursuivre une activité .

En 1958 ils s’appelaient « l’amicale des jeunes de la Vôge » puis par la suite  le groupe folklorique « les Chettas de la Vôge » qui tout au long de ces décennies  perpétue, par la musique et les danses, la culture et les traditions héritage précieux de nos aînés.

Les costumes sont de conception simple, aux teintes plutôt sombres, d’une grande sobriété dans l’ensemble.

Plus la terre est rude, plus les traditions ont des raisons de se maintenir. Nous avons pu en effet, malgré la guerre qui détruisit presque totalement la région, retrouver les costumes traditionnels.

Ils expliquent à leur manière la vie des Vosgiens et représentent un terroir qui ne doit jamais disparaître.

Maintenant en tant qu'animateur, j'ai trouvé dommage de n'avoir pas pu mettre davantage en avant les exposants durant la journée. Il faudrait repnser autrement la sonorisation extérieur. Nous avons à disinvitant chaque expospLepar la même occasion, cela aurait permis d'animer la journée car le coeur du marché campagnard c'est toute de même la scène.

Certes il y avait André et gérard pour la partie musical, mais cela n'a pas retenu les viviteurs. Il est possible d'utiliser la scène pour justement que ce soit un lieu où les visiteurs doivent s'arrêter pour découvrir soit un exposant soit un spectacle.

Merci donc à Gaston Uhlen et Guy Vancon d'avoir fait appel à kts dancing pour animer ce marché campagnard.

En conclusion, l'édition du 4ième marché campgnard a été un succès au niveau de l'organistaion. Je vouss propose donc de retrouver ce reportage vidéo d'une durée de 20 minutes et dans les jours suivants, nous ferons un portrait de chaque participant en détail. Merci de noter cet article pour me permettre d'améliorer la rédaction.

Voir le marché campagnard 2010 ici

semi-marathon du grand nancy 2012

Texte: 

Publiée le  7 oct. 2012 par Passage du semi-marathon du Grand Nancy 2012 par la Ville de Laxou
Animation musicale en l'honneur des sportifs devant l'Hôte de Ville

Dimanche 07 octobre 2012 Images khaled frikha - www.kfrikha.com

Tous droits réservés Ville de Laxou - oct 2012

 

Projecteur numérique pour le cinéma au CILM

Texte: 

Comme chaque mois, le comité des fêtes du champ-le-boeuf propose aux habitants du plateau de haye une séance de cinéma de quartier. D'habitude, je n'y vais jamais parce que je ne prend pas le temps mais depuis un mois, l'association cravelor qui projette les films dispose dorénavant d'un tout nouveau projecteur numérique.

j'ai pu filmer quelques secondes ce nouveau appareil avec mon téléphone portable lors de la séance de cinéma ce mardi mais j'ai dû interrompre subitement le reportage car ma batterie de téléphone ne tient plus la charge. C'est un très gros problème pour moi car je fais tout de même beaucoup de reportage vidéo avec mon téléphone.

Bref, je peux tout de même vous proposer ce mini reportage de 1'20.

edition 2 octobre course belette

Texte: 
Le journal 2 octobre 2009 - édition spécial Course belette à Laxou

En octobre 2008, la ville de Laxou a signé avec l'ONF une convention engageant les deux parties sur la réfection du parcours de santé à la Sapinière, propriété de l'ONF. Le financement de ce projet d'un montant total de 42.000 € a été assuré par l'ONF à hauteur de 20 % et 80 % par ville, soutenue par la Communauté urbaine du Grand Nancy, ainsi que grâce à la participation de partenaires privés tels que GDF SUEZ, Auchan et la campagnie d'assurance Smutie-Smaciv. Parmi les aménagements effectués, un panneau d'accueil indique les circuits, ateliers et la localisastion des agrès, rappelant également les règles élémentaires de bonne conduite et de respect de la nature. Certaines zones ont été élargies dans un souci d'assainissement et d'éclaircissement du terrain laissant ainsi pénétrer la lumière favorable à l'écosysstème. L'ensemble des partenaires et le public se sont réunis samedi à la Sapinière à l'occasion de l'inauguration, sous un beau soleil. "Laxou se positionne clairement comme une commune verte. C'est également un moment symbolique, quasiment 10 ans jours pour jours après la tempête de 1999, car la forêt de Haye a payé à cette tempête un lourd tribut. Cela rentre aussi dans le cadre du passage du POS en PLU et PADD (Plan d'Aménagement et de Développement durable)" a expliqué le maire, Laurent Garcia. "La ville de Laxou n'aurait pas pu faire seule cette manifestation. Cela n'a pu être possible que grâce aux partenaires financiers" ajoute-t-il. La conseillère municipale déléguée aux sports, en charge du projet, Guilaine Girard, a souligné l'originalité des parcours fractionnés qui offrent des indications de distance. Ainsi sur la petite boucle du 1.600m, des panneaux sont positionnés tous les 100 m contre 500 m pour la grande boucle du 2.500m. "C'est un site important en terme d'accueil du public qui reçoit, avec la zone de loisirs de la forêt de Haye, un milion et demi de visiteurs par an", précise Marc Deroy, directeur d'agence de l'ONF. "Laxou montre l'exemple", a ajouté Jean-François Husson, vice-président de la CUGN en charge du dévelopement durable, en soulignant également le "bel exemple de la complémentarité des actions". Les convives ont ensuite été invités à partager un pot avant le départ de la 1er éditon de la course à pied contre la montre des "belette" organisée par l'association Laxovienne WorldTrailander. Notons également l'investissement important des services "espaces verts" de la ville dans le cadre de cette réalisation, ainsi qu'un volet social souhaité par la mairie qui a fait appel, dans le cadre d'un chantier d'insertion, à l'association Jeunes et Cité.

 

Préparation du festival salsa au CILM par Roberth Salsa Event

Texte: 

Ce week end, cap danse organise son festival salsa au Cilm sur trois jours consécutifs sur les trois niveaux qu'offre le CILM. Le vendredi soir débutera une soirée, samedi et dimanche seront consacré au stage avec un show prévu le samedi soir. En allant à la réunion du comité des fêtes du champ-le-boeuf, maintenant que je fais parti de l'association en tant que vice-président de la communication, j'en ai profité pour aller voir Roberth salsa event qui était en train de préparer la scène en jeux de lumières et sono.

J'ai eu le plaisir d'effectuer la captation de ce festival, c'est pourquoi vous avez pu voir les différentes vidéos sur mon compte facebook. Je vous conseille d'y participer à la soirée, c'est un régal de voir danser et de contempler le spectacle proposé.

conseil de proximité à Champ-le-Boeuf

Texte: 

Lundi 17 novembre 2014 a eu lieu une réunion d'information au CILM initiée par la municipalité de Laxou concernant la création d'un conseil de proximité dont les habitants de champ-le-boeuf étaient invités à participer.

"L'idée est de mettre en place un coneil de proximité en accord avec mon homologie Christophe Choserot qui a crée une commission de son côté à Maxéville" a expliqué le maire Laurent Garcia en insistant sur le fait que les problématiques du quartier touchent aussi bien Laxou que Maxéville.

D'ailleurs vous pouvez consulter la commission de quartier du champ-le-boeuf en vidéo de Maxéville. Je suis donc allé à cette réunion en tant qu'association de quartier en non en tant qu'habitant. J'aurais aimé souhaiter que Maxéville crée une association dans le même style. Mais le candidat Christophe Choserot a choisi plutôt "la participation citoyenne" qui était la proposition N°6. C'est exactement le même travail, la même optique que le conseil de proximité, à la différence est que le conseil de proximité est une association dont ne siège aucun élu mais peut participer aux réunions sur invitation. La durée de l'association est celle du mandat du maire. Elle décide des jours de réunions, de la fréquence et du contenu. C'est exactement ce qui me correspond. 

L'objectif est de créer une instance participative dans les deux communes avec des rencontres régulières. L'expérience étant concluante pour les trois autres quartiers de Laxou qui ont déjà chacun un conseil de proximité, c'est sur ce même modèle qu'un conseil voit le jour à Champ-le-Boeuf.

Accompagné de ses adjoints Yves Pinon et Christian Machin, respectivement élu de quartier et élu en charge des conseils de proximité, le maire a expliqué le fonctionnement du conseil. Effectivement, il a le statut d'association loi 1901 et est indépendant de la municipalité. Son objectif est d'être au plus près des habitants et d'être une interface entre les riverains et la mairie. En outre, tous les habitants et commerçants du quartier sont membres de droit et aucun élu municipal ne peut siéger au bureau.

La présentation a par ailleurs été complétée par des commentaires notamment de Michel Richard, président de la commission de quartier qui a existé à Champ-le-Boeuf il y a plusieurs années, témoignant de l'importance d'une telle instance dans le quartier.

La réunion s'est conclue par un appel aux bénévoles aux bénévoles, suivi de l'élection des membres du bureau : 

- Président Michel Richard

- Vice-président Jean-Louis Kieffer

- Secrétaire Didier Houpert

- Secrétaire Adjointe Herveline Dacruz

- Trésorière Muriel Triches

- Trésorière Adjointe Fabienne Beau

Membres : Armandio Dacruz, Yves Mathieu, Catherine Pizelle, Jean-Claude Marékovic, Dominique Stepien, Béatrice Daubanton, Josette Ferrant, PIerre Thongsoum