30px; }
Welcome Visitor:

Participation citoyenne : A l'écoute de l'avenue de Metz

Onglets principaux

Texte: 

https://fbcdn-sphotos-h-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xap1/v/t1.0-9/11046398_886034908114670_3661755898306210714_n.jpg?oh=5aff1c36b5be80d94c35074212098097&oe=55B410B9&__gda__=1437912933_6f047aa02019d088eb30ace601e19f7fLes habitants qui le souhaitent pouvaient participer à la réunion de l'atelier circulation et stationnement, organisé par la municipalité jeudi, en fin d'après-midi. Rendez-vous était donné sur le parking du magasin hard-discount de l'avenue concernée au premier chef.

Quelques riverains sont venus poser leurs questions aux élus présents, Jacqueline Ries (participation citoyenne), Olivier Pivel (sécurité, environnement, urbanisme...) et à Céline Befve, policière municipale. Peu de participants mais de nombreux échanges constructifs qui permettent à la mairie de connaître les attentes des habitants et de se montrer à l'écoute.

Les points noirs ont été passés à la loupe et comme toujours, ce sont les problèmes de vitesses ou de stationnement, des petites incvivlités qui aliments ce genre de réunion de quartier. "C'est infernal, on ne peut pas prendre à gauche en direction de Maxéville en sortant des résidences Belle-vue-Les Roches", dit Georges qui pour éviter l'accident prend soin de faire un détour par les Trois-Maisons ! Autre souci : les places de stationnements autour du Liberty-Club.

Une habitante s'interroge sur le respect des places handicapées. Des problèmes de vitesses excessives également rue Gambetta, notamment, au iveau du parc Marcel-Laage et ce, malgré le ralentisseur qui, apparemment ne suffit pas. La question de la sécurité des enfants est soulevée. 

Un parent d'élève demande aussi s'il ne serait pas possible de créer un dépose-minute derrière l'école André Vautrin côté parc. Le manque de places devant le cimetière devrait être réglé car la municipalité va créer une zone bleue où le stationnement sera limité à 1h30. Trois emplacements GIC-CIG vont être matérialisés.

Les particpants ont promis de se revoir. Pour terminer, Mme Ries a rappelé qu'un marché des producteurs prendra ses quartiers aux Brasseries tous les jeudis de 16h à 19h, à caompter du 2 avril. Un rendez-vous convivial avec du café et des animations, promet-on.

Article de l'est républicain

https://fbcdn-sphotos-e-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpf1/v/t1.0-9/11002612_886034914781336_3498830272256073781_n.jpg?oh=7de6612835d129b38205aa613eea2452&oe=5583B8AC&__gda__=1434048198_25799c8fd0cf71e3dae10167bde55686

Articles similaires

Venissage exposition "En regard" Le préau à Maxéville

Texte: 

Jeudii 6 février 2014 à 18h00 avait lieu le vernissage de l'exposition "En regard" de Françoise Chamagne et de Sophie Chazal, du 06 au 26 février 2014 au Préau à Maxéville. Ne me demander pas de faire un interview des artistes car j'ai proposer aux artistes mais elles ne se sentaient pas à l'aise face ç une caméra.

Je ne connais rien à l'art, je n'ai aucune connaissance mais cela ne m'a pas empêcher d'y aller puisque j'ai reçu une invitaion. Le préau propose depuis de nombreuses années une expostion une fois par mois. La dernière fois que j'y suis allé, c'était pour "tous à table".

A ma grande surprise, il y avait aussi des membres de l'équipe "Maxéville Ensemble et Autrement" qui n'était pas venu dans le cadre de la campagne municipal mais de simple spectateur suite aussi à une invitation.

Par respect au courrier que je reçois, dans la mesure où je peux être présent, je répond présent à l'invitation, ce qui fût le cas. Il y avait aussi Monsieur le Maire qui m'a indiqué que la commune a déjà travaillé avec l'artiste Françoise Chamagne dans le passé.

Il aurait fallu une personne compétente pour expliquer leur travail. A défaut, j'ai pris le fascicule disponible à l'entrée, et je l'ai scanné pour vous.

Album Photo du vernissage disponible en cliquant sur le la photo

Une séance de Qi Gong au parc de la mairie de Maxéville

Texte: 

Samedi 18 octobre 2014 , au parc de la mairie de Maxéville avait lieu une séance de Qi Gong, mais qu'est donc ? Ne sachant pas ce que c'est, j'ai posé la question à Didier Bonhomme qui a initié cet exercice physique au quarantaine de personnes présentes à partir de 10h.

Avec une musique douce, calme et très reposante, Didier donne des indications sur les mouvements à exécuter tout en surveillant que personne ne fasse des gestes trop brusque qui pourraient être douloureux. Et c'e n'est pas le but recherché. Ce fût donc une très bonne séance d'initiation, il serait même judicieux de le développer dans le parc de la mairie, en fonction bien évidemment du beau temps. Un rendez vous mensuel que pourrait se donner les citoyens.

Je suis persuadé que c'est bénéfique pour le corps, c'est pourquoi les chinois le pratiquent quotidiennement. 

Le Qi Gong se différencie principalement du tai-chi par la place prépondérante qu’il accorde à la maîtrise de « l’énergie vitale ». En effet, le mot Qi, dans Qi Gong, désigne le flux énergétique omniprésent qui anime toute chose, et qui est l’un des concepts fondamentaux de la Médecine traditionnelle chinoise. Gong voulant dire travail ou entraînement, le Qi Gong est une pratique qui consiste à entraîner le Qi, c'est-à-dire le mobiliser, le renforcer, l'accroître, l'épurer, l'équilibrer et le faire circuler harmonieusement dans le corps et l'esprit.

Exposition "ces métaux qui nous entourent"

Texte: 

ces métaux qui nous entourent

Dans le cadre de l’exposition « Ces métaux qui nous entourent » présentée  à la Maire de Maxéville,

Marie-Christine BOIRON (Chercheur CNRS — Laboratoire Géoressources — Labex Ressources21)

donnera une conférence  jeudi 20 novembre à 19h à la salle du parc de Maxéville.

Marie-Christine Boiron chercheur en géologie (Labo GeoRessources) qui a réalisé une partie du contenu de l'exposition installée devant l'hôtel de ville, a parlé de ces métaux à la salle du parc, des gisements primaires (exploitation mimnière) et secondaires (recyclage) de l'impact environnemental de cette surconsommation.

Les progrès technologiques qui agrémentent notre quotidien nécessitent de plus en plus de matières premières minérales que se soient les « grands » métaux comme le fer, le cuivre ou le nickel ou des métaux en concentration moindre à l’échelle de la croûte terrestre comme l’or, le platine ou les Terres Rares.

L’électronique qui nous entoure tout au cours de la journée, les nouveaux matériaux liés à la transition énergétique ou ceux destinés à une moindre consommation énergétique, sont voraces de ces richesses issues des profondeurs de la Terre mais d’une répartition géographique inégale.

Pour l’exemple, les Terres Rares, si fondamentales pour les matériaux du XXIe siècle, sont détenues à 98 % par la Chine.

Cet accès contrôlé à certaines ressources minérales leur confère un aspect stratégique pour les états ne les possédant pas, et par conséquence provoque le renouveau de la prospection de ces ressources dans de nouveaux contextes géologiques, mais également la réflexion sur la réouverture d’anciennes exploitations jusque là non rentables.

La mine semble avoir touché un deuxième souffle avec néanmoins une préoccupation forte (voire imposée par les gouvernements) de respect de l’environnement avec des pratiques d’exploitation écoresponsables.

Parallèlement à l’exploration, le développement de nouveaux processus de traitement, de séparation et de recyclage devra être encouragé, car actuellement le réel recyclage sur l’ensemble des métaux atteint péniblement 20 %, ce n’est qu’à ce prix que l’on pourra considérer « la ville » comme une mine des temps futurs qui se développera en même temps que les découvertes de nouvelles ressources naturelles primaires.

 

Charlie en Grand aux brasseries

Texte: 

affiche je suis charlie totemUne bâche de 6 X 4 m au 224 rue des Brasseries. Photo P.M.

Une bâche PVC de 6X4 m sur les flancs de leur entreprise, telle est la réponse de Graphik à la barbarie.

Bruno Keppi, le patron de cette société de com logée à Maxéville au voisinage direct du Totem, capable d’imprimer sur tous supports, n’a pas eu à chercher bien loin le savoir-faire pour mettre en œuvre sa réaction au drame du 7 janvier.

Quant au dessin, il l’a emprunté à Joan Sfar (« Le Chat du Rabbin », « Klezmer », etc). « Il y en avait pléthore, et de bons sur le net. Mais celui de Sfar disait tout. les Cabu, Wolinski, étaient profondément pacifistes. Et qu’est-ce qu’on leur oppose ? Des kalachnikovs ? C’est ça, le courage ? Ce sont des combattants, ça ? Les journalistes défendent la liberté d’expressionLà, on leur a coupé le sifflet, c’est inacceptable. »

Dans ces locaux, où il accueille une kyrielle de petites entreprises, il lui semblait urgent de défendre ce qu’il appelle « l’esprit 224 », « à savoir l’envie de vivre et bosser ensemble. C’est d’ailleurs la seule et vraie question aujourd’hui : comment faire pour que la différence ne nous empêche pas de vivre ensemble ? » Oui, comment ?

L.G.

Article de l'est républicain

L'art à la portée de tous

Texte: 

cercle des arts - album agenda 2015Ils étaient un peu moins d'une dizaine d'enfants ce mercredi au CILM, encadrés par Monique Colin, présidente du Cercle des arts...pour réaliser des dessins, de la peinture et surtout de l'aquarelle ainsi que des activités bricolage, découpage, assemblage...

D'habitude, ils sont une quinzaine pour une initiation à l'art dispensée également par Etienne, adhérent bénévole. Quand ils ne peuvent être présents, Monique et Etienne ont la chance d'être remplacés auprès des enfants par Claudie, Françoise, HUguette et Josette, toutes bénévoles. Mais Monique esttrès rarement absente, on dit d'elle que le "CILM est sa résidence secondaire".

Le cercle des arts accueille les enfants tous les mercredis de 14h à 16h sauf pendant les vacances scolaires. Les aldultes se retrouvent les samedis de 14h à 17h, excepté pendant les vacances de Noêl et les deux mois d'été. Ils bénéficient d'initiations ponctuelles dispensées par des intervenants compétents. Tout récemment, ils ont suivi une formation au pstel, à l'aquarelle, à la peinture au couteau et prochainement à l'acrylique.

Les municipalités de Laxou et Maxéville subventionnent l'association. Monique Colin respecte la ligne de conduite tracée par René Dufour "mettre l'art à la portée de tous", donc les adhésions restent d'un montant raisonnable.

Si les activités prposées sont à la portée de tous, il manquerait parfois de place dans la salle pour accueillir les personnes désireuses de s'initier à l'art et aussi de bénévoles. Ces derniers sont les bienvenus dans la mesure où ils ont les compétences pour encadrer des adultes. Un salon d'automne est organisé fin septembre.

En attendant, jusqu'au jeudi 29 janvier, 17h, une exposition permet d'admirer les icônes réalisées par Françoise Hachet, les bijoux d'Ayfer Ozdemir rt les pastels et peintures à l'huile de Sandy Borowian.