30px; }
Welcome Visitor:

Une centaine de judokas au dojo

Onglets principaux

Texte: 

https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xap1/t31.0-8/11090884_907558095962351_7513191436445157048_o.jpg

La compétition interclubs organisé ce week-end au complexe Léo-Lagrange sur le quartier Champ-le-Boeuf a rassemblé une centaine de jeunes judokas, Petits tigres et petits kims, sur les tatamis.

Après des étapes à Malzéville et Saint-Max, ce troisième tour placé sous l'égide du comité départemental réunissait six clubs de l'agglomération : Saint-Max, Malzéville, Maxéville (MJC Massinon), JCN, Cercle nancéien de jduo et Maron. Les parents sont venus nombreux pour encourager leurs petits judokas et mesurer les progrès réalisés au sein de leur club. 

"C'est l'occasion pour les enfants de sortir du club et de rencontrer d'autres adversaires que ceux rencontrés habituellement pour mettre en pratique leurs acquis", indiquait Jérôme Spriet, l'entraîneur de la MJC de Maaxéville. Une première compétition officilele qui donne lieu à des ateliers d'expression technique. On note la qualité des projections mais aussi des chutes et on effectue un randori éducatif d'une minute pour les petits kims (2007-2208) et d'une minute trente pour les petits tigres (2005-2006).

A l'issue de l'après-midi, les jeunes pousses étaient tout content de remporter des écussons d'or, d'argent ou de bronze et à la fin de la saison ils recevront un diplôme de participation. Tout ceci ne serait pas possible dans l'implication de nombreux bénévoles.

Article de l'est républicain

 

Articles similaires

Association "Du jardin" à Maxéville

Texte: 

Depuis quelques semaines, l'association "Du JArdin" participe à l'animation des nouvelles activités périscolaires. Des séances autour du jardinage, du développement durable et de la naure sont proposées les lundis et les jeudis de 15h30 à 16h30 aux enfants de l'école élémentaire André-Vautrin par Pascal Beaucourt et Francis Babé, bénévoles de cette association.

Une volonté de la commune que de sensibiliser les jeunes générations à l'environnement. Le maire Christophe Choserot rappelait que la réforme des rythmes scolaires avait été marquée par la mise en place de 47 ateliers journaliers avec des partenariats très intéressants avec l'Espé (écoles de maitres).

En ce qui concerne l'activité jardinage, la ville de Maxéville a reçu le soutien de GrDF en présence de Patrick Gauffre, délégué territoriall meurthe-et-Moselle de GrDF venu signer la convention et remmettre la somme de 2.000 € pour soutenir la ville de Maxéville dans ce projet. Ce coup de pouce a permis de financer l'achat du chalet,l'aménagement du terrain et l'achat de matériel. La commune s'est enagée dans la préservation et la gestion durable des espaces publics et des espaces verts.

Etaient présents lors de la signature, Bernard Ricci, Jaqueline Ries, Olivier Pivel et Vincent Pierron dont j'ai eu le plaisir de faire l'interview vidéo dans le cadre d'une réalisation de reportage vidéo sur le fleurissement de Maxéville.

Maxéville Abattage

Texte: 

abattage parc mairie maxéville

Sale temps pour les arbres du parc. Samedi 27 décembre un frêne de près de 40 cm de diamètre situé sur l’aire de jeux du parc s’est abattu sur la voirie rue Paul-Richard sans engendrer d’accident. 
L’arbre miné par un champignon lignivore a sans doute été déraciné par la force des vents et le poids de la neige. Par sécurité l’érable voisin va être abattu mardi 13 janvier. La ville réalisera de nouvelles plantations plus adaptées à cet endroit.

parc mairie maxéville

 

 

Le démantèlement du Totem à Maxéville

Texte: 

 

demantèlement totemAprès 15 ans d’effervescence, la friche culturelle emblématique s’efface sous une dernière couche de blanc…

Un coup de rouleau, deux coups de rouleau, un troisième et c’est fini. La truffe du Mickey obèse et trash disparaît sous une couche de peinture blanche. Plus loin, la grande fresque de Flow est déjà engloutie, et les murs jaunes et noirs en passe de disparaître, eux aussi sont grignotés par la lèpre blanchâtre… Janvier 2015, le Totem s’efface, au sens propre.

Promis à fermeture pour le 31 janvier, cette friche culturelle qui a vu battre ce morceau de Maxéville d’un pouls singulier depuis près de 15 ans sera rendue telle qu’en elle-même.

« Telle qu’on l’a trouvée à notre arrivée », promet Didier Manuel, l’un des fondateurs de ce « Territoire Organisé Temporairement en Espace Merveilleux » avec la compagnie Materia Prima qui, elle, a été liquidée l’été dernier.
« Pour du temporaire, ça aura tout de même duré quinze ans ! »

Las de résister

Didier Manuel, souvent monté au front ces derniers mois pour tenter de sauver ce lieu né d’un squat artistique avant de devenir une institution underground, tente à présent de prendre les choses avec une certaine philosophie. « Après tout, ça fait deux ans que je fais du travail de résistance et ça n’a rien d’agréable. Si c’est juste pour résister au maire de Maxéville, Christophe Choserot, qui ne voit aucun intérêt à notre action (pas plus d’ailleurs que l’ensemble des politiques locaux), je ne vois pas l’intérêt. »

Néanmoins, lui et une dizaine de bénévoles ne se contenteront pas de fermer une dernière fois la porte. Tout ce qui faisait l’identité du Totem est appelé à disparaître. L’équipe récupère son propre matériel, les éléments recyclables (cumulus, portes coupe-feu, etc.) sont récupérés pour un éventuel projet à venir (« Je n’exclus pas de remonter quelque chose quelque part »), et deux couches de peinture finiront de neutraliser les lieux. « Lorsqu’on a commencé à squatter ici, j’avais promis au maire de l’époque qu’on rendrait l’appartement en état », explique Didier Manuel. « Par ailleurs, c’est un projet artistique. Si quelqu’un voulait le conserver, il n’avait qu’à payer. D’autant que ça fait 15 ans qu’on travaille comme des bagnards là-dedans, sur le mode bénévolat. »

« Issue tragique »didier manuel en train de peindre

Les cartons de déménagement se rempliront sans excès d’amertume. Le bilan est plus que flatteur. 
En 15 ans se sont montés sept festivals Souterrain, un nombre incalculable de performances et de soirées, cinq Cabarets rouges, cinq Beat Paradox, une vingtaine de soirées No Access, trois festivals « Pas de fumée sans feu » et des soirées en veux-tu en voilà. 
« Une aventure ultra-positive dont l’issue est tragique », conclut Lukas Zpira, artiste globe-trotter qui enregistre les dernières pages de l’histoire totémique à destination d’Arte.

« Il y a un aveuglément évident du monde politique, qui n’a toujours pas compris qu’ici était né un lieu d’une ampleur unique en Europe, ne serait-ce qu’en terme d’énergie. » 
Cette même énergie est mise cette semaine, pinceau en main, une dernière fois à contribution.

Article de l'est républicain Lysiane GANOUSSE

christophe choserot

Questions à - Maire de Maxéville - Christophe Choserot

« Avant toute chose, il faut en passer par une pause technique. Car pour l’instant, on n’est pas du tout aux normes »

La ville de Maxéville étant propriétaire des lieux, la balle est désormais dans le camp du maire, Christophe Choserot, pour décider de l’avenir de l’édifice sur le point d’être fermé. Interview.

Qu’est-ce qui va être mis en place dans l’avenir immédiat sur le site autrefois occupé par le Totem ?

Avant toute chose, il va falloir absolument en passer par une pause technique. C’est qu’actuellement, on n’est pas du tout dans les normes (Ndlr : ne serait-ce que sur le toit, on a recensé une quarantaine de points de fuites). Il faut donc remettre bon ordre à tout ça.

Un chantier qui risque de se chiffrer en dizaines de milliers d’euros…

En effet, ça risque d’être très cher. Or on sait dans quel état de délabrement sont les finances de Maxéville, ça va donc être compliqué. Ce n’est d’ailleurs pas forcément à notre seule commune de devoir en supporter le coût…

Et une fois cette remise aux normes accomplie, peut-on espérer que le lieu reprenne vie ?

Oui, il y a quelque chose à faire ici, j’en suis persuadé. Mais en revanche, je n’ai aucune envie de mettre en place une régie municipale sur l’exemple du théâtre Mon Désert à Nancy.

Une idée de la forme que pourrait prendre cet avenir ?

Commençons par nous poser tranquillement. Je ne veux pas faire n’importe quoi. On lancera probablement un appel à projets et je serai ouvert à tout type de proposition. Mais d’abord, une pause technique, c’est impératif.

Propos recueillis par L.G.

Article de l'est républicain

ASAE Francas

Texte: 

L'ASAE FRANCAS qui accueille tout au long de l'année des enfants, des ados et des adultes pour des activités les plus variées, propose durant ces vacances d'hiver un accueil pour les enfants de 6 à 11 ans et un autre pour les ados de 12 à 16 ans.

La semaine dernière, 20 enfants ont choisi la piscine et des grands jeux. les vingt ados, eux, se sont investis dans la peinture de la salle qui leur est destinée. Cette semaine, ils vont continuer cette ta^che dans la joie et la bonne humeur et iront avec les animateurs de l'association chercher des meubles pour l'équiper à leur goût. Une manière intelligente de les responsabiliser quand à leurs comportements dans les locaux.

Pour fêter la fin de la première semaine, une petite fête a été organisée. Un jeune fréquentant le centre, Mathieu, a présenté un numéro de magie. Il a été largement applaudi par les parents, les enfants et les ados. Un groupe de jeunes musiciens "Annie et ses saucisses", composé d'un accordéon, d'une basse, d'un violon, d'une percussion et d'une chanteuse, a interprété plusieurs chansons. Un moment musical de qualité qui a beaucoup plu à tous.

La fête s'est terminée par un goûter partagé par tous, enfants et "artistes", ainsi qu'avec les parents invités à cette fête bien sympathique.

Article de l'est républicain

Tous déguisés à la maternelle Vautrin

Texte: 

http://s-www.estrepublicain.fr/images/AEC471D8-0D19-4518-8B3D-CD310CFAF074/LER_15/tous-deguises-a-la-maternelle-vautrin.jpg

L'école maternelle André Vautrin a subi un vent de fronde de la part des parents mécontents de ne pas pouvoir participer au carnaval, cette année.

"Faute d'arrêté municipal le traditionnel défilé dans les rues de la commune n'a pas pu avoir lieu, sécurité oblige" a expliqué la directrice, Cécile Larive. A la grande joie des enfants, jeudi après-midi, l'école a organisé une petite fête haute en couleur dans la cour de récréation. Les élèves de Mmes Larive, Tormen-Marchal, Plu, Olivetto et de M. Maire ont accueilli une vingtaine d'enfants de Jean-Baptiste-Thiéry, déguisés en arbres.

Jiji le clown est venu amuser les enfants avec son canon à bulles de savon. Les enfants ont déployé leurs jolis costumes dans une effervescence colorée : super-héros (Batman, Power Rangers et autres Spiderman), Oui Oui, Blanche-Neige, princesses, Reine des neiges, l'étrange Dinosaure, l'indienne, le docteur et l'infirmière, Pikachu, le parachutiste...Puis

, les petits ventres affamés ont pu se régaler avec les beignets préparés par les mamans et le traditionnel goûter partagé.

Article de l'est Républicain

edition 3 juillet gala

Texte: 

Le journal du 3 juillet 2009 - édition spécial gala danse