30px; }
Welcome Visitor:

Futuroscope à Poitiers

Onglets principaux

Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: workflownode. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1143 of /var/www/vhosts/maxeville.tv/httpdocs/includes/bootstrap.inc).

Le futuroscope fête ses 25 ans cette année 2012. Alors MaxévilleTv a décidé de faire un reportage sur ce parc dans la Vienne. J'ai déjà pu visiter le parc il y a 10 ans. A cette époque, c'était magique car on découvrait la 3D qui est devenu aujourd'hui courant dans les salles de cinéma. Il est vrai que le parc était futuriste, je dis "était" car malgré certains aménagements, j'éatis déçu du parc. Non pas parce que durant le séjour, il a plu tout le temps. Et quand je dis, il a plu, je peux vous affirmer que lorsqu'on a décidé de prendre la route, on a regardé la météo avec attention, et nous avons prévu le nécessaire.

Avec une température ne dépassant pas les 10° et la pluie qui ne cessait de tomber, ce n'était pas un reportage agréable. L'avantage du parc est qu'il ne s'agit pas de manège à l'extérieur, tout se passe dans les salles à l'intérieur. C'est pourquoi, pour vous présenter ce reportage dont la durée de la vidéo est quand même d'environ une heure, je l'ai diviser en plusieurs séquences.Je ne voulais pas vous soumettre cette durée. Ainsi, çà me permettra de détailler chaque attraction.

Comment fait-on pour aller au futuroscope ? Je n'ai pas chercher à me compliquer la vie, j'ai pris l'autouroute. pour ceux qui ont un GPS, c'est très facile. Le coût du péage est de 60 € pour l'aller et donc 60 € pour le retour. Le temps du voyage est de 7 h de route en roulant à 140 km/h avec 2 pauses, une de 30 minutes et l'autre de 15 minutes. Il y a suffisament d'aire de repos pour s'arrêter quand on veut.

Pour l'aller, il y a des radars fixes sur l'autouroute, et pour le retour j'ai eu 4 radars mobiles. Mais en respectant la vitesse autorisé, vous n'avez rien à craindre. Pour parcourir les 650 kilomètres, il m'a fallu 2 pleins de carburant diesel à raison d'un réservoir de 70 litres.

Ensuite, il a fallu se loger, j'ai pris donc un séjour de 3 nuits à l'hotel Mercure Alizé et 2 jours de visites du parc avec le spectacle de nuits. Je vous détaillerai toutes les pièges à éviter, les bons plans pour que vous puissez passer un bon séjour dans le parc du futuroscope.

 " Près d'un emploi sur six "

Une étude de l'Insee commandée par le conseil général devrait le confirmer de manière incontestable à la rentrée ; le tourisme générerait ainsi 700 M€ de chiffre d'affaires, soit 7,1 % du PIB (produit intérieur brut) du département, selon les premiers résultats dévoilés mardi. Avec près de 8.000 emplois durant la haute saison, le secteur représente 10 % de l'emploi salarié marchand de la Vienne. « C'est 1,5 fois plus que les Deux-Sèvres ou la Charente, deux départements voisins au patrimoine naturel comparable au nôtre », précise Claude Bertaud, le président du conseil général.
En vingt-cinq ans, le Pays du Futuroscope a succédé au Parc du Futuroscope dans l'offre touristique locale qui s'est enrichie avec la Vallée des singes, l'Ile aux serpents ou encore la Planète des crocodiles, autant de satellites dont la fréquentation varie de 50.000 à 220.000 visiteurs par an. Au total, entre 1987 et 2012, le nombre de touristes accueillis chaque année dans la Vienne est passé de moins de 700.000 à 4,5 millions en générant jusqu'à 1,2 million de nuitées !
En cédant 40 % des parts qu'il détenait dans la société du Futuroscope à la Compagnie des Alpes pour financer le projet de Center Parcs du Loudunais (130 M€ sur un budget de 300 M€), le conseil général souhaite à présent doubler la mise. « En phase d'exploitation, ce seront 600 emplois supplémentaires dans le tourisme et 1,2 million de nuitées supplémentaires », souligne Claude Bertaud.
Rien de tout cela n'aurait été possible sans le succès du parc qui a reçu 1,8 million de visiteurs l'an dernier (lire ci-dessous). Pas plus que la Technopole n'aurait vu le jour pour constituer un pôle original autour des loisirs, de la formation et de l'économie regroupant 7.000 emplois sur le site. « Au total, au travers de tous ces projets, le Futuroscope a déjà généré 13.000 des 83.000 emplois marchands que compte la Vienne, c'est-à-dire près d'un emploi sur six ! », fait remarquer Denis Brunellière, le conseiller du président Bertaud. À l'origine, René Monory en espérait un millier…

en savoir plus

Le vaisseau amiral remis à flot

En vingt-cinq ans, le Futuroscope a accueilli 40 millions de visiteurs. Après le succès fulgurant des premières années, le concept s'est toutefois essoufflé pour toucher le fond en matière de fréquentation en 2003. Depuis, Dominique Hummel a repris les commandes du parc et engagé le virage vers les attractions à sensations. L'an dernier, le nombre de visiteurs a de nouveau atteint 1,8 million et la société présente des comptes d'exploitation meilleurs qu'au cours des premières années. Le parc qui réalise 80 M€ de chiffre d'affaires en réinvestit 10 % par an pour se renouveler en permanence.

il a dit

Claeys : " On associe Poitiers au Futuroscope "

Le député-maire de Poitiers, ancien chef de file de l'opposition au conseil général, était l'un des rares élus de gauche à ne pas s'opposer au projet de René Monory dans les années 80. « Le Futuroscope, c'est M. Monory ; il faut le dire clairement », précise Alain Claeys qui rend hommage au « grand bâtisseur » et salue la gestion de Dominique Hummel, « un bon directeur ». « L'impact sur le tourisme est indéniable », ajoute-t-il en rappelant son souci de rapprocher la ville et le parc. « On associe Poitiers au Futuroscope. On ne dit pas le Futuroscope du conseil général, de Chasseneuil-du-Poitou ou de Jaunay-Clan. »

point chaud

Image

En vingt-cinq ans, le Futuroscope a changé. La Vienne aussi. Et le premier constat n'est pas tout à fait étranger au second. Le parc européen de l'image devenu un parc d'attractions à part entière a profondément contribué à changer l'image du département. Cela tient à la thématique du futur autant qu'à la dynamique économique créée autour du parc avec sa Technopole. Partout en France et au-delà, le Futuroscope est devenu la carte de visite de la Vienne et le symbole de Poitiers. Un département innovant et une ville en mouvement, forcément, qui attirent chaque année de nouveaux habitants. Si elle ne se mesure pas en nombre d'emplois créés ni en retombées générées, cette avancée en terme d'image est peut-être la plus précieuse pour l'avenir.

L'envol de la Technopole

Les chiffres permettent de mesurer le développement de la Technopole du Futuroscope depuis l'installation des pionniers - le distributeur automobile PGA Motors en 1988, Serli Informatique et Terrena Poitou deux ans plus tard. L'an dernier, la Technopole comptait 225 établissements publics et privés (21 de plus qu'en 2010) dont une dizaine d'hôtels, 7.083 salariés (dont près de 3.000 spécialisés dans la relation clients avec les centres d'appels), 1.500 étudiants et 175.666 m2 de bureaux. Le Centre national d'enseignement à distance (CNED) et l'École nationale supérieure de mécanique et d'aéronautique (ENSMA) s'y sont installés en 1993. D'autres structures de formation de l'Université les ont rejoints depuis. Dernièrement, l'arrivée de ZTE a donné un nouveau souffle au volet entrepreneurial de la zone. Sur un site de 13 ha, le géant chinois de la téléphonie mobile a engagé la construction d'un premier bâtiment de 10.000 m2 où doivent être formés ses salariés pour l'Europe et l'Afrique et il prévoit au total une surface de 60.000 m2 de locaux.

Commentaires

Je dois recommencer mon reportage sur le futuroscope effectué en 2012. j'avais complètement terminé ce reportage mais suite à une mauvaise manipulation, j'ai effacé les 20 commentaires sur ce reportage. Malheureusement, je ne pourrais pas vous décrire mes notes parce que tout est parti à la poubelle. Il ne me reste plus que des souvenirs pour vous raconter ce reportage.

Dans cette première attraction, C'est un film de 20 minutes projeté sur un écran de 700 m2. L'originalité de cette attraction réside dans le faot qu'il y a un écran face à soi et un écran sous nos pieds.

D'ailleurs, j'ai fait croire à ma fille qu'à la fin du film, nous allons tombé dans l'eau.

On se demande bien pourquoi ils ont décidé de nommer cette attraction les astromouches alors qu'il n'y a aucune présence de mouches dans le film en 3D. Avant de parvenir dans la salle de projection, il faut parcourir un trajet de file d'attente qui cette fois-ci s'est avéré très rapide car il était 10h25.

Et comme il pleuvait, il y avait pratiquement personne.

Pages