30px; }
Welcome Visitor:

CQFR N°52 Skatepark

Onglets principaux

Texte: 

Articles similaires

Défilé saint Nicolas 2009

Texte: 

Qui est Saint Nicolas ? Saint Nicolas, saint patron et protecteur des petits enfants et de la Lorraine est fêté tous les 6 décembre, surtout dans l’Est de la France et dans le Nord ainsi que dans quelques pays d’Europe. La légende du Père Noël a été créée à partir du personnage de Saint Nicolas. L’histoire dit que le personnage de Saint Nicolas est inspiré de Nicolas de Myre, également appelé Nicolas de Bari. Il est né à Patara, en Asie Mineure, entre 250 et 270 après J-C, et décédé le 6 décembre, en 345 ou en 352, dans la ville portuaire de Myre en Asie Mineure. C’est l’un des saints les plus populaires en Grêce et dans l’Eglise Latine. Il fût Evêque de Myre au 4ème siècle. Sa vie et ses actes sont entourés de légendes. Après sa mort, Saint Nicolas a alimenté une multitude de légendes qui reflètent sa personnalité généreuse. Chaque épisode de sa vie a donné lieu à un patronage ou une confrérie d’un métier ou d’une région. C’est l’un des saints le plus souvent représenté dans l’iconographie religieuse : sur les vitraux des églises, dans les tableaux, en statue, sur les taques de cheminée, les images d’Epinal, etc… Ses légendes offraient aux imagiers une riche matière. Saint Nicolas, dans son costume d’évêque, fait équipe avec un personnage sinistre : le père Fouettard. Celui-ci, tout vêtu de noir, n’a pas le beau rôle puisqu’il est chargé de distribuer les coups de trique aux garnements. La Saint Nicolas est aussi l’occasion pour les enfants de recevoir des cadeaux, trois semaines avant que le Père Noël ne passe dans les cheminées. La veille de la Saint Nicolas, les petits enfants placent leurs souliers devant la cheminée avant d’aller se coucher. Ils déposent à côté de leurs chaussures, une carotte et des sucres pour la mule du Saint Nicolas et un verre de vin pour réchauffer le grand saint. Depuis le XIIe siècle, on raconte que Saint Nicolas, déguisé, va de maison en maison dans la nuit du 5 au 6 décembre pour demander aux enfants s’ils ont été obéissants. Les enfants sages reçoivent des cadeaux, des friandises et les méchants reçoivent une trique donnée par le compagnon de Saint Nicolas, le Père Fouettard. La Légende de Saint Nicolas veut que le saint ait ressuscité trois petits enfants qui étaient venus demander l’hospitalité à un boucher. Celui-ci les accueillit et profita de leur sommeil pour les découper en morceaux et les mettre au saloir. Sept ans plus tard, Saint Nicolas passant par là, demande au boucher de lui servir ce petit salé vieux de sept ans. Terrorisé le boucher prit la fuite et Saint Nicolas fit revenir les enfants à la vie. Suite à cette anecdote, Saint Nicolas devint le patron des écoliers et petits garçons. Au fil des siècles, la légende disparut peu à peu, à l’exception de l’épisode des enfants tués, mis au saloir et sauvés par Saint Nicolas qui leur rendit la vie. Le décor ainsi que certains détails évoluèrent et l’épisode s’adapta progressivement à la région, pour entrer définitivement dans les mémoires lorraines. Déjà au Xe siècle après J.-C, il était vénéré en Allemagne et le 6 décembre on le fêtait comme patron des commerçants, des boulangers et des marins. Selon les régions, Saint Nicolas apparaît soit comme un vieil homme gentil, soit comme un évêque digne, avec une crosse et une mitre. C’est à lui que les enfants adressent leurs prières, se réjouissant de petits présents qui les attendent pour le 6 décembre. En Belgique et dans l’Est de la France, pour le jour de la Saint Nicolas, on distribue aux enfants de grands pains d’épices en forme du Saint Evêque. Saint Nicolas défile dans les rues et distribue des bonbons aux enfants. Saint Nicolas est accompagné d’un personnage rude au visage noirci qui porte une baguette. Il est connu dans l’Est de la France sous le nom de « Père Fouettard », qui distribue des verges. Ce n’est qu’au XVIe siècle qu’on commença à parler du Père Fouettard. Qui est-il ? Il est né à Metz en 1552, lors du siège de la ville par les troupes de Charles Quint. Les habitants promenèrent l’effigie de l’Empereur à travers les rues, puis la brûlèrent. Ainsi, le Père Fouettard serait, dit-on, Charles Quint. Reconnu pour sa grande générosité, Saint Nicolas devint, au Moyen Age, le patron des petits enfants puis des écoliers. Le soir du 5 décembre, les enfants laissent leurs souliers devant la cheminée ou devant la porte avec du sucre, du lait et une carotte pour la mule qui porte Saint Nicolas. Ils découvrent au matin du 6 décembre une multitude de sucreries, de friandises et de petits présents que Saint Nicolas a déposés à leur intention. La mule a mangé la carotte et Saint Nicolas a bu le verre de lait ou de vin que les enfants lui ont laissé.

Après sa disparition Il fut enseveli dans une tombe de marbre et de sa tête se mit à couler une source d’huile apportant la santé à bien des malades et de ses pieds une source d’eau. Cette huile cessa de couler lorsque le successeur de Saint Nicolas se vit chassé de son siège par des envieux. Mais dès que l’évêque fut réinstallé sur son siège, l’huile se remit aussitôt à couler. Longtemps après, les Turcs détruisirent la ville de Myre. Et comme quarante-sept soldats de la ville de Bari passaient par là, quatre moines leur ouvrirent la tombe de Saint Nicolas : ils prirent ses os, qui nageaient dans l’huile, et les transportèrent dans la ville de Bari, en l’an 1087. Les reliques du saint accomplirent de nombreux miracles en Italie. Elles protégèrent des voleurs, sauvèrent des personnes de la noyade et ramenèrent à leurs parents les enfants perdus ou volés. Quelques années après l’arrivée des reliques du saint en Italie, un chevalier lorrain qui revenait de croisade passa à Bari. Il déroba un doigt du saint pour l’amener dans sa ville natale : Saint-Nicolas-de-Port. Bientôt des pèlerinages importants furent organisés dans cette petite ville de Lorraine. Lorsqu’on priait Saint Nicolas, des miracles se produisaient. Des chevaliers enchaînés par les infidèles furent miraculeusement transportés devant le portail de l’église de Saint-Nicolas-de-Port et Saint Louis fut sauvé de la noyade.

Où est fêté Saint Nicolas ? Saint Nicolas est fêté dans l’Est (Lorraine et Alsace), le Nord de la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Autriche, les Pays Bas. Tous les 6 décembre, Saint Nicolas fait le tour de toutes les villes de Lorraine, précédé par son effigie en pain d’épices et en chocolat dans les confiseries et pâtisseries. Il distribue des friandises aux enfants et se voit remettre les clés de la ville par le maire. Chars, défilés prestigieux, feux d’artifice… Saint Nicolas est une fête importante dans la vie culturelle de ses régions. Saint Nicolas, dans son costume d’évêque, fait équipe avec un personnage sinistre, le père Fouettard. Celui-ci, tout vêtu de noir n’a pas le beau rôle puisqu’il est chargé de distribuer les coups de trique aux garnements. La Saint Nicolas est aussi l’occasion pour tous les petits Lorrains de recevoir des cadeaux, trois semaines avant que le Père Noël ne passe dans les cheminées. Chaque année, Saint Nicolas et le père Fouettard visitent également les écoles maternelles en distribuant du pain d’épices et des oranges.

Centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville

Texte: 

Le nouveau centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville

Rachida Dati, Garde des Sceaux, ministre de la justice a inauguré le 9 juin 2009 le centre pénitentiaire de Nancy-Maxeville (lire le discours).

 

Inauguration de Nancy-Maxeville par Rachida DatiBâti en moins de 3 ans, il constitue le sixième centre pénitentiaire ouvert depuis l'automne 2008 dans le cadre du programme 13 200 -places de détention-.

« La prison, ce n’est pas seulement des murs et des bâtiments en béton, mais c’est aussi des paysages qu’on offre aux personnels et aux détenus » Jean Pierre Guerrin, architecte, responsable du programme pénitentiaire à l’agence Valode et Pistre

Bénéficiant d’une architecture novatrice, le centre pénitentiaire de Nancy-Maxeville marque une nouvelle génération d’établissement pénitentiaire. Sa conception est au service d’une détention humanisée et conjugue sécurité, sûreté, dignité et réinsertion. Sa réalisation et gestion relève d’un modèle contractuel innovant avec le  partenariat public-privé. Alors que son exploitation et sa maintenance sont assurées par un bailleur privé, son utilisation relève de l’administration pénitentiaire, locataire de l’établissement pour une durée de 30 ans.
Edifié en zone urbaine, le nouveau centre pénitentiaire tourne une  page d’histoire avec la  fermeture de la maison d’arrêt Charles III.

 

L’établissement pénitentiaire de Nancy-Maxeville en chiffres :

690 places ;
280 personnels pénitentiaires ;
4 quartiers d’hébergement (1 maison d’arrêt pour femmes -30 places-, 2 maisons d’arrêt pour hommes -390 places- et 1 centre de détention pour hommes -240 places-) ;
10,5 m 2 : surface d’une cellule individuelle, 13 m2 : cellule double et 19 m2 cellule pour personne à mobilité réduite ;
3 unités de vie familiale ;
1 unité de consultation et de soins ambulatoires ;
1 gymnase ;
1 terrain de sport ;
2400 m2 d’ateliers ;