Welcome Visitor:

Maxéville

La douceur de vivre du Haut-des-Vignes

Texte: 

Une habitante du quartier explique que le Haut-des-Vignes a été crée en 1966 pourl loger provisoirement les employés de la DDE.

"On est bien dans cet ensemble de 28 logements gérés par MmH avec 4 entrées où une bonne partie des habitants a pu acquérir leur logement leur logement pour devenir propriétaire". Bienvenue à la périphérie de la commune en lisère de forêt où il fait visiblement bon vivre.

"La nouvelle municipalité a mis en place la participation cotoyenne pour échanger avec vous, connaître vos préoccupations quotidiennes et faire ensemble pour avancer" a expliqué Jacqueline Ries, maire adjointe, qui animait la réunion de quartier à la salle de la Justice, jeudi soir, avec Delphine Joncquart, conseillère municipale, Vincent Pierron, des espaces verts et du cadre de vie, Serge Pariset de la ppolice municipale, Frédéric Rynkievicz, chef de pôle en mairie et Céline Roussel, pour la participation.

Jacqueline Ries s'est félicitée de voir autant de participatants plein de bonnes volontés. La mairie a pris bonne note des demandes et des attentes : aire de jeux à entretenir, incivilités des quads et motos avec l'arrivée de beaux jours qui font un vacarme devant l'immeuble, problèmes de circulation et de stationnements...

La police municipale a indiqué qu'il fallait les prévenir ou faire le 17 en cas de nuisances, que l'anonymat était de toute façon de rigueur. "On ne peut pas intervenir si nous ne sommes pas au courant", explqiuait Serge. La municipalité a indiqué qu'elle faisait pression à la CUGN pour qu'une desserte de transports en commun passe au moins par Marvingt et le quartier Solvay.

On a appris qu'une réunion sur la fibre aurait lieu début mai. Autre bonne nouvelle : les habitants se disent prêts à relancer un repas de quartier ou une fête des voisinsArticle

Article de l'Est républicain

 

De l'école à la mairie

Texte: 

Grande première mardi après-midi, les délégués de classes des écoles André Vautrin et Saint-Exupéry ont découvert les services communaux.

Une visite de la mairie organisée à la demande des enseignantes de l'école Vautrin, Katia Riff et Patricia Baltenneck et de son directeur Jean-Louis Adam. L'idée a fait son chemin à l'école Saint-Exupéry qui était représentée par Mme Florentin et les délégués du cycle 3.

Bernard Ricci, adjoint au maire en charge de la vie scolaire a reçu les jeunes écoliers et leurs enseignants pour les guider à travers les dédales de l'hôtel de ville. Dans chaque service, le fonctionnement d'une mairie et ses objectifs : service social, état civil, accueil, pôle financier, communication et participation citoyenne...

Mieux qu'un cours magistral d'éducation civique, M.Ricci a expliqué, par des exemples simples, comment que chaque service s'efforcçait de défendre les valeurs de la République (liberté, égalité, fraternité).

Le temps fort de la visite restera la rencontre avec le maire dans son grand bureau et les échanges qui suivirent en salle du conseil municipal où les élus ont expliqué leur rôle. Une information citoyenne le but étant de sensibiliser les jeunes Maxévillois à la vie et à l'organisation de leur commune. Les enfant ont pris place autour de la table pour un petit goûter et un échange avec le maire que certains rencontreaient pour la première fois, M.PIerron, responsable des espaces verts et M.Pivel en charge de l'urbanisme, de la sécurité, du développement durable, de l'environnement et des transports et Maeva Mouri, la plus jeune élue âgée de 21 ans.

Le maire a annoncé aux écoliers qu'ils pourront se présenter au conseil municipal d'enfants qu'il compte  créer à la rentrée 2015. Il concernera les élèves de CM1 qui seront élus pour 2 ans.

Article de l'Est républicain

Le chantier carrefour sur le tapis

Texte: 

Attention le chantier de réfection du carrefour devant la mairie va démarrer. La municipalité organisait lundi soir une réunion publique avec les techniciens du Grand Nancy pour présenter en détail la nature des travaux. 

La patience s'impose car ce chantier qui débutera le 23 mars doit s'étaler sur 5 mois. Une date butoir : la rentrée scolaire. Toujours est-il que les riverains sont sous pression, ils craignent des embouteillages monstres pendant les travaux d'autant que la densité de circulation est déjà un problème sur le centre-ville. Ils ont manifesté leur inquiétude à leurs élus. "Est-ce qu'une enveloppe est prévue pour dédommager les commerces de proximité qui souffriront certainement des travaux ?", demande une participante, "quelles sont les déviations ?". Non répond la mairie, "nous n'avons pas un centime mais ma porte reste ouverte en cas de difficultés sérieuses".

Les élus, Olivier Pivel en tête, ont tenté de rassurer les habitants montrant que ce projet avait pour but de sécuriser le carrefour et que son aménagement apportera une plus-value au Centre. "Un projet déjà ficelé à notre arrivée que nous avons amendé", ajoute Christophe Choserot qui tient à préciser que le côut total est de 716.000 € financés en totalité grâce à l'enveloppe du Grand-Nancy. Candélabres à leds, nouveau pavage, création d'un plateau surelevé au coloris rouge automne, élargissement des trottoirs, davantage de stationnements,création de trottoirs traversants (idéal pour les poussettes et les personnes à mobilité réduite) et des petits îlots de verdure et coins détente, mise aux normes des 3 arrêts de bus, aménagements cyclables.

"On souhaite ne pas détruire la fontaine pour la reposer ailleurs", indique un élu. Le chantier incitera sans doutes les automobiles en transit à choisir un autre parcours. Pour des raisons pratiques et de sécurité pendant toute la durée du chantier, seul le sens descendant sera conservé rue de la république (il faudra donc monter par l'avenue Pinchard). Même chose rue du 15 septembre dans sa portion allant de la rue Charcot à l'école, il n'y aura qu'une voie de circulation dans le sens rue du 15 septembre-rue Courbet.

Une déviation vers la rue du général Leclerc sera proposée. La municipalité prévoit des stationnements de secours au-dessus de Cheverny pendant les travaux. "On ne fait pas de travaux sans désagréments, nous avons essayé de trouver les meilleures solutions" conclut le maire qui pour transformer le paysage urbain de sa commune se dit prêt à rouvrir le dossier circulation avec la communauté urbaine et qui annonce une réunion publique pendant les travaux.

Article de l'est républicain

 

Une façade très républicaine

Texte: 

Moment hautement symbolique, vendredi 27 février 2015, pour la nouvelle municipalité qui inaugurait la devise républicaine Liberté égalité Fraternité, apposée sur le fronton de l'hôtel de ville.

"Personne, jusqu'ici, n'avait pensé à les inscrire sur le fronton de notre mairie. Nous sommes donc très fier parce que ces trois mots ont beaucoup de sens actuellement avec les attaques dont nous sommes la cible et les événements douloureux que nous venons de subir" a expliqué le maire, Christophe Choserot, avant qu'une Marseillaise, aux accents très jazzy, n'accompagne l'émotion qui parcourait les officiels, la majorité des élus,les porte-drapeueax de l'association locale des anciens combattants et les quelques habitants.

La cérémonie s'est poursuivie sur le parvis de l'hôtel de ville autour d'un vin d'honneur. En tous cas, tout le monde semblait apprécier l'attention toute particulière portée à la réalisation très originale de la plaque. Sa conception a en effet été confiée à deux élus, Didier Bonhomme, qui a dessiné les lettres en s'inspirant d'une caligraphie allemande ancienne, et Alain Simon qui a démarché les entreprises (la société Honoré pour la découpe au laser qui a pris 6 minutes parait-il, et la maison Licorni, métallier à Champigneulles pour la finition).

Illuminée en soirée et visible depuis la rue de la République, elle s'impose avec ses belles dimensions de 1.5 sur 2 mètres et donne un joli cachet a frontispice de la mairie.

Article de l'est républicain

 

La Cie Azimuts interroge le périurbain

Texte: 

La compagnie de théâtre meusienne Azimuts était sur la scène de la salle de spectacle du CILM pour une soirée mi-conférence, mi-spectacle. Le fruit d'une enquête décalée et de rencontres avec les habitants de Champ-le-Boeuf durant la résidence d'artistes de 5 jours dans le quartier.

Les artistes s'étaient fait passer pour des chercheurs de l'Institut national de recherche sur l'avenir des territoires. Toujours à l'affût des ressources inexploitées des territoires,l'Inrat travaille depuis longtemps en région dans le cadre du programme "Lorraine, un grand oui aux reconversions". Les personnes interrogéses ont vite compris qu'il s'agissait d'une farce sur le ton de l'humour et de la caricature qui invite à réagir et,surtout, qui a le don d'enrayer la sinistrose.

C'est pour cette raison que les chercheurs,qui n'en sont pas vraiment, se sont intéressés au périurbain plus précisément au secteur de Champ-le-Boeuf, invités par la MJC Massinon. Ils ont présenté, devant une trentaine de personnes, leur projet : le Pipad.

Mickaël Monnin et son compère sont partis du constat que le centre de détention de Maxéville était déjà surpeuplé et qu'en 2050, la situation serait explosive. Ce plan farfelu d'incarcération des prisonniers à domicile est présenté comme ine idée révolutionnaire qui créerait de l'emploi pour toutes les familles prêtes à accueillir un prisonnier à leur domicile. Au final, un spectacle burlesque vraiment récréatif.

 

les déjections canines

Texte: 
Point sur la campagne contre les déjections canines
Aménagements paysagers en cours
En novembre dernier, Maxéville a lancé la phase 1 de la campagne de sensibilisation aux déjections canines ayant pour double objectif la propreté de la ville d’une part et l’implication des habitants – propriétaires de chiens dans l’entretien de la ville d’autre part.
Aujourd’hui, le bilan est plutôt positif : même si les services concernés (espaces verts, entretien, police municipale) ont remarqué une nette amélioration et des efforts de la part de propriétaires de chiens, force est de constater que certains sites sont encore souvent marqués par les déjections canines et que des habitants se plaignent…
 
À partir du 9 mars, ramasser la crotte de votre chien vous coûtera moins cher que de ne pas la ramasser ! Juste en dessous du panneau « je ramasse », dans les pelouses où les enfants jouent, dans les massifs que le service espaces verts de la mairie entretient, sur certains trottoirs que vous empruntez, les crottes sont malgré les efforts de certains propriétaires encore bel et bien là.
C’est à ce titre que cette campagne de sensibilisation aux déjections canines pour une ville propre va entrer dans sa deuxième phase :
deuxième phase qui verra la verbalisation des propriétaires récalcitrants.
Il leur en coutera selon l’article L 632-1 du code pénal la somme de 35 €
(infraction de 2e classe).
Avec l’arrivée des beaux jours, il devient urgent d’oeuvrer pour une ville encore plus propre. « Alors que les services municipaux se mobilisent tous les jours pour que notre ville se modernise et s’embellisse, il faut que nos concitoyens nous aident à la garder belle et propre » précise Jacqueline Ries.

 

Participation citoyenne : A l'écoute de l'avenue de Metz

Texte: 

Les habitants qui le souhaitent pouvaient participer à la réunion de l'atelier circulation et stationnement, organisé par la municipalité jeudi, en fin d'après-midi. Rendez-vous était donné sur le parking du magasin hard-discount de l'avenue concernée au premier chef.

Quelques riverains sont venus poser leurs questions aux élus présents, Jacqueline Ries (participation citoyenne), Olivier Pivel (sécurité, environnement, urbanisme...) et à Céline Befve, policière municipale. Peu de participants mais de nombreux échanges constructifs qui permettent à la mairie de connaître les attentes des habitants et de se montrer à l'écoute.

Les points noirs ont été passés à la loupe et comme toujours, ce sont les problèmes de vitesses ou de stationnement, des petites incvivlités qui aliments ce genre de réunion de quartier. "C'est infernal, on ne peut pas prendre à gauche en direction de Maxéville en sortant des résidences Belle-vue-Les Roches", dit Georges qui pour éviter l'accident prend soin de faire un détour par les Trois-Maisons ! Autre souci : les places de stationnements autour du Liberty-Club.

Une habitante s'interroge sur le respect des places handicapées. Des problèmes de vitesses excessives également rue Gambetta, notamment, au iveau du parc Marcel-Laage et ce, malgré le ralentisseur qui, apparemment ne suffit pas. La question de la sécurité des enfants est soulevée. 

Un parent d'élève demande aussi s'il ne serait pas possible de créer un dépose-minute derrière l'école André Vautrin côté parc. Le manque de places devant le cimetière devrait être réglé car la municipalité va créer une zone bleue où le stationnement sera limité à 1h30. Trois emplacements GIC-CIG vont être matérialisés.

Les particpants ont promis de se revoir. Pour terminer, Mme Ries a rappelé qu'un marché des producteurs prendra ses quartiers aux Brasseries tous les jeudis de 16h à 19h, à caompter du 2 avril. Un rendez-vous convivial avec du café et des animations, promet-on.

Article de l'est républicain

Dégradation du quartier Balance

Texte: 

"A l'époque de sa construction en 1969 nous avions de la moquette dans les ascenseurs" se souvient une habitante de l'immeuble; Les temps ont bien changé d'ailleurs pour des raisons d'hygiène la moquette n'est plus dans l'air du temps.

Mais le problème est ailleurs. Car l'immeuble la Balance qui est situé dans un quartier complètement excentré incarnait plutôt la modernité à l'époque. Aujourd'hui les habitants se plaignent du bruit, de l'insalubrité, des incivilités à répétition, de la vétusteté du bâtiment, du sentiment d'insécurité et d'une ambiance générale qui se dégrade. "Les gens ne respectent rien il n'est pas rare de voir des détritus voler par les fenêtres", déclare une participante. Une autre a failli recevoir une paire de roller sur la tête. "Les extérieurs sont sales il faudrait un city-stade pour les gamins, un abri poubelle..., les doléances se succèdent.

"Quid de la fibre optique ? On est venus pour avoir des réponses suite à notre précédente entrevue", dit une habitante à Jacqueline Ries, maire adjointe, qui animait la réunion ce mardi avec Romain Miron et Jean-Marc Muller de la police municipale.

Mme Dagonnet de Batigère annonce que les détecteurs de fumée sont pris en charge par le bailleur mais que l'échéance est repoussée au 1er janvier 2016. La réunion a eu du succès grâce au Secours catholique qui anime un coin café tous les jeudis de 14h à 17h en bas de l'immeuble. "faut-il changer le nom de l'immeuble ?", proposent les élus en réponse à des habitants qui se plaignent de l'image de la Balance. "La mémoire des lieux vous en faites quoi ?", interroge Marie-Thérèse Kribs. Une réhabilitation de l'immeuble et des extérieurs mais surtout une prise de conscience collective aurait certainement plus d'effet. "J'habite ici depuis 15 ans, l'ambiance, les nuisances tout se dégrade", déplore Colette. La municipalité fera une nouvelle réunion dans quelques mois pour essayer de trouver des solutions.

Article de l'Est républicain.

L'idée d'un vélobus fait son chemin

Texte: 

Les amoureux de la petite reine se sont réunis salle de la Justice, dans le cadre des ateliers thématiques et de la participation citoyenne. Pami eu deux élus, Bruno Guillaume et Didier Bonhomme ont animé cette nouvelle rréunion destinée à favoriser la pratique du vélo en ville.

Les participants ont d'abord recensé les principaux pointn oirs de la commune : carrefour devant la mairie qui sera transformé et aménagé prochainement, carrefour du pont fixe et rond point du Super U.

Ils ont aussi souligné l'importance de respecter les règles élémentaires de sécurité avecdes équipements en bon état (catadioptres, phares, freins, port du gilet jaune...). Ils souhaitent également l'installation dans les années qui viennent d'une ou deux stations de location vélOstan'Lib car avec l'école du professorat et de l'éducation (Espé) pas d'étudiants fréquentent Maxéville. Une réunion avec la communauté urbaine est fixée prochainement. Le grand projet des adeptes de la bicyclette est la création d'un vélobus pour les enfants de l'école Vautrin avec problamement un départ depuis le secteur de la Balance. Il s'agit d'un ramassage scolaire à vélo encadré par des adultes. Un test sera fait lors de la Semaine du vélo début juin, des animations comme une expo de différents vélos pendant la Fête du vélo les 6 et 7 juinsont en préparation. Un atelier réparation devrait avoir lieu le 25 avril.

Didier Bonhomme invite les Maxévillois à participer aux balades urbaines de la Nancyclette chaque premier samedi du mois (départ 14h) et le vendre qui suit (départ 18h) depuis la place de l'Allience à Nancy. Prochaines réunions vélo à Maxéville le vendredi 20 mars à 18h30 et le lendemain en vélo, rendez-vous devant le lavoir à 10h.

Pour toute remarque ou question : participation@mairie-maxeville.fr

 

Article de l'est républicain

Une chasse aux trésors pour les héros en vacances

Texte: 

De belles vacances au centre de loisirs Max'Anim au Centre comme au Champ-le-Boeuf. Sur le thème "les supers héros aux pouvoirs étranges" avec plusieurs temps forts dont le grand jeu commun organisé jeudi au quartier Champ-le-Boeuf.

Malgré le froid, une chasse aux trésors géante à travers les rues du quartier et dans le parc avait été mise sur pied par Steve et son équipe. Les enfants ont fait preuve de patience pour débusquer les égnimes et découvrir le mystérieux trésor : la chouette d'or. Ils ont aimé aussi choisir un personnage en changeant d'identité : l'homme invisible, le super-gluant, la super-boulette, le dormeur...

Un programme d'activités qui a ravi les bambins : sortie à la patinoire d'Amnéville, cuisine, grand jeu sur le thème du handicap à Laxou, conte, paint-sponge dans le parc de la mairie et sortie au cinéma (Bob l'éponge)..

Article de l'Est républicain

 

Pages